2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en 2020 : les inégalités se sont accrues, mais le nombre de « pauvres » a diminué – parce que le seuil a changé.

[Face à tous les chiffres ci-dessous, ayons en tête cette leçon juive. Le décompte en hébreu se dit Mispar, et quand on dénombre le peuple juif dans la bible l’expression récurrente est Mispar Chemot (suivant le décompte des noms). Mispar a pour racine SeFeR qui veut aussi dire SiPouR une histoire et une identité. Chem est aussi une identité – la valeur numérique de שם=ספר=340. Cela pour dire que derrière l’apparence du chiffre qui n’est qu’une quantitéצ le juif y voit d’abord une identité. Derrière tous les chiffres qui sont donnés, il y a des hommes, des femmes et des enfants.]

Selon une estimation de l’Institut national d’assurance, Israël s’est appauvrit et son niveau de vie a chuté au cours de l’année covid. Cependant, le nombre de personnes définies comme «pauvres» en Israël a légèrement baissé à 1 980 309 personnes, contre plus de 2 millions en 2019. La raison: le seuil de pauvreté est défini en fonction du niveau de vie de la population et comme ce dernier a considérablement baissé cet artifice gomme la réalité. Conclusion : Un public qui vivait dans la pauvreté avant la crise du covid, n’était plus défini comme pauvre en 2020, même si ses revenus ont diminué et son sentiment de pauvreté augmenté.

Israël est plus pauvre et son niveau de vie diminue. La crise du covid a provoqué une augmentation de 7% du taux de pauvreté et une baisse significative du niveau de vie en 2020 de 4,4%, selon une estimation faite par l’Institut national d’assurance pour l’année du sacre 2020. La dernière fois que le niveau de vie a baissé en Israël remonte à 2008, mais la baisse a été modérée. Cependant, la baisse du niveau de vie au cours de l’année covid était en fait beaucoup plus élevée, à 23%. Ceci, sans l’impact direct des paiements et des subventions de la sécurité sociale.

  • Cent mille nouveaux chômeurs sont venus grossir la population de sans emploi,
  • 70% des nouveaux chômeurs sont des femmes et cela à la suite du troisième confinement.
  • Finance : la dette publique a bondi à 73% du PIB en 2020, devrait atteindre un sommet depuis 20 ans en 2021
  • Le plan du ministre des Finances Katz pour sortir de la crise consiste à des aides pour les travailleurs et l’annulation des charges sociales

Les données montrent que durant l’année de la grave crise du covid, l’indice de Gini des inégalités s’est également aggravé et a enregistré une augmentation de 7,8% entre 2019 et 2020.

Rappelons que déjà en 2018, l’indice en Israël était relativement élevé dans la plupart des pays de l’OCDE. La raison principale : un grand nombre de ceux qui ont abandonné le marché du travail étaient des hommes et des femmes au salaire le plus bas. Conclusion : Les écarts entre les riches et les pauvres en Israël ont augmenté au cours de l’année covid à un rythme très significatif.

Le nombre de pauvres en Israël a atteint 1 980 309 en 2020, sur environ 9,2 millions d’habitants israéliens. Parmi les pauvres, 907 279 sont des enfants.

 

Mais comme mentionné, un phénomène extraordinaire s’est produit en 2020 et a provoqué des données extraordinaires. Comme dans le reste du monde, le seuil de pauvreté est défini en Israël en fonction du niveau de vie de la population. Habituellement, le niveau de vie augmente avec le temps. Cependant, en 2020, le niveau de vie, exprimé dans le revenu médian ajusté en fonction de la taille de la famille, a fortement baissé. En conséquence, le seuil de pauvreté, qui a augmenté pendant la plupart des années, a chuté cette fois de 4,4%. Ainsi, il peut y avoir une situation dans laquelle un public vivant dans la pauvreté avant la crise du covid n’était pas défini comme pauvre en 2020, alors que ses revenus pourraient même avoir diminué et son sentiment de pauvreté doit avoir augmenté.

Par conséquent, ceux dont le revenu était inférieur mais proche du seuil de pauvreté en 2019, et dont le revenu a diminué, mais de moins de 4,4%, ne seront pas définis comme pauvres même si leur situation économique s’est en fait détériorée au cours de l’année corona. Il est à noter que le niveau de vie en Israël a augmenté en moyenne depuis 2012 de 3,4% par an. Donc, en fait, le niveau de vie en 2020 est tombé par rapport à ce qui était attendu à un taux très élevé de 8%. Le seuil de pauvreté en 2020 était de 2403 NIS par habitant, contre 2514 NIS en 2019 et 2467 NIS en 2018.

Pour cette étrange raison, en raison des changements dans la répartition des revenus et de la baisse du seuil de pauvreté, et compte tenu de l’importante intervention du gouvernement en 2020, l’incidence de la pauvreté des familles, des personnes et des enfants a été artificiellement réduite en 2020 de 0,8% -0,9%.

Le nombre de Juifs pauvres s’élevait à 1 277 477 personnes, dont 560 882 enfants. Le nombre de pauvres ultra-orthodoxes a dépassé un demi-million – 500 396. Les ultra-orthodoxes sont particulièrement pauvres en raison de la faible main-d’œuvre masculine. Le nombre d’enfants ultra-orthodoxes pauvres a atteint 296.167. Parmi les Arabes, il y avait 702 832 pauvres et le nombre d’enfants arabes pauvres a atteint 346 397 enfants. La raison principale ici : une minorité de femmes arabes qui travaillent.

20.8% des familles en Israël sont pauvres. 21,6% de la population est pauvre et 30,0% des enfants en Israël, près d’un tiers, sont pauvres. Un chiffre particulièrement triste.

Le nombre de pauvres dans les familles avec enfants est de 1 488 116. Les familles de 1 à 3 enfants comptent 744 261 pauvres, les familles de 4 enfants 743 854 personnes et les familles de 5 enfants ou plus comptent 511 117 personnes pauvres.

Et le plus grave : en Israël, il y a 155 279 personnes âgées pauvres – selon les définitions du monde, des femmes à partir de 60 ans et des hommes à partir de 65 ans. À l’âge de la retraite – 62 pour les femmes et 67 pour les hommes – il y a 135 172 pauvres en Israël. Autrement dit, la plupart des aînés pauvres ont atteint l’âge de la retraite. Rappel : la pension de vieillesse a récemment augmenté de 6 NIS seulement en deux ans. En 2020, 10,7% des personnes âgées en Israël étaient pauvres.

Les données de la sécurité sociale montrent que l’aide fournie par l’État pendant la crise du covid de 2020 a réduit l’impact sur le niveau de vie. Précisément dans le décile inférieur, le revenu disponible par habitant n’a pas seulement diminué, comme dans les autres déciles, mais a également augmenté.

En 2020, les allocations familiales et les allocations de chômage ont augmenté leur efficacité pour sauver la pauvreté jusqu’à 10 fois plus qu’auparavant. Les allocations de chômage ont sauvé 23,6% des familles de la pauvreté, contre 2% en 2019. Les allocations familiales ont sauvé environ 8% des familles de la pauvreté, contre 2,6% en 2019, principalement grâce aux subventions versées par le gouvernement aux familles.

Le rapport montre que le revenu économique familial a diminué en moyenne de 11% en 2020, à 13627 NIS, contre 15 274 NIS en 2019. Cependant, le revenu disponible n’a diminué que de 2,6%, passant de 13 856 NIS en 2019 à 13 501 NIS. En 2020.

Le revenu des jeunes, lorsque le chef de ménage a jusqu’à 44 ans, a diminué de 11 à 12%. Le revenu des personnes à l’âge de la retraite, 62 ans pour les femmes et 67 ans pour les hommes, n’a baissé qu’à des taux faibles par rapport à l’ensemble de la population, en ce qui concerne le revenu disponible – moins d’un demi pour cent.

Le revenu des familles exclues du marché du travail, qui se caractérise généralement par un niveau de pauvreté très élevé, a augmenté d’environ 6%, grâce à des subventions, comme pour les familles avec enfants avec l’aide de Pâque et l’aide sociale par citoyen l’été dernier.

Eli Cohen, PDG de Pethon Lev : « Depuis des années, nous prétendons que la pauvreté est le fléau d’un État qui ne fait que s’étendre à de nouveaux publics. Selon le rapport, une baisse de 23% du niveau de vie signifie que la partie inférieure de la classe moyenne s’est détériorée dans la pauvreté, tandis que ce qui freine la catastrophe, ce sont les aides du gouvernement. Dans un proche avenir, les aides du gouvernement s’arrêteront tandis que la baisse du niveau de vie va perdurer. Une nouvelle génération de pauvres est née. Derrière chaque chiffre, chiffre et statistique du rapport se cache une personne, une famille et une entreprise qui se sont effondrées – avec de nombreux rêves et de grandes dettes. Sans promesse ni but de la part du gouvernement. « 

Les enfants en danger de pauvreté

L’avocat Roi Cohen, Président de Lahav : << C’était écrit d’avance. Le rapport de l’Assurance nationale sur l’étendue de la pauvreté dans la société israélienne est une garantie de pauvreté et a pris au dépourvu dans la crise du covid le filet de sécurité sociale pour les travailleurs indépendants. À la lumière du rapport, il était dit « Que le gouvernement assumera la responsabilité de la situation et que le Premier ministre Benjamin Netanyahu participera à une conférence de presse et présentera publiquement des excuses à des dizaines de milliers de familles de travailleurs indépendants parce qu’à cause de lui et son gouvernement ont glissé sous le seuil de pauvreté et qu’il faudra encore de nombreuses années pour sortir de cette sombre réalité. »

Eran Weintraub, PDG de l’organisation Let : « La situation sur le terrain est chaotique, la plus grave que nous ayons connue depuis des décennies. Nous prévoyons que la crise économique atteindra son apogée dans les prochains mois. L’aide gouvernementale ne peut pas compenser la détresse, avec des centaines de milliers de personnes perdant leur emploi, des anciens combattants pauvres dégénérant en des réalités insupportables en raison de la perte de moyens de subsistance et d’un séjour prolongé chez eux, des dizaines de milliers de familles de la classe moyenne cherchant les premiers soins dans leur vie et des centaines de milliers de personnes âgées dans le besoin souffrant d’un froid et d’une vie insupportable et dégradant.

<< La mesure de la pauvreté par le seul paramètre du revenu ne donne pas une image complète de la pauvreté, car en raison de la baisse du niveau de vie de la population en général, le seuil de pauvreté a également chuté et les familles qui étaient auparavant définies comme pauvres peuvent désormais être considérées comme non pauvres. Il est également crucial qu’un indice de pauvreté multidimensionnel, examine le degré de pénurie dans les domaines basiques de la vie : la santé, le logement, l’éducation ou la sécurité alimentaire et la gestion du choix de vie. « 

Michal Cohen, PDG de la Fondation Rashi, qui œuvre pour réduire les disparités sociales : « Nous sommes dans une urgence socio-économique. Le vaccin de Pfizer n’est malheureusement pas efficace contre la covid économique. Des pans entiers de la classe moyenne se sont effondrés. Le gouvernement doit révolutionner le monde de la formation professionnelle. Certaines professions ne sont plus pertinentes pour le nouveau monde et une génération entière est perdue ici. « Quiconque entre dans cette crise affaiblie en sort encore plus faible. »

Yossi Alkobi, président de l’Association de l’artisanat et de l’industrie, qui représente les travailleurs indépendants et les petites entreprises : « Le rapport sur la pauvreté est un signal d’alarme pour le gouvernement israélien, qui a transformé les travailleurs indépendants en entreprises en faillite, des employeurs en pauvres, et de l’économie malade et fragile. La covid a aggravé une condition que nous connaissions tous. Il n’est pas possible pour un travailleur indépendant d’être laissé complètement seul, abandonné et pauvre. Vous payez la sécurité sociale et vous êtes victime de discrimination sociale.

Jforum – Israël Hayom

 

 

 

2 Commentaires

  1. Oui, c’est sur. Mais la banque d’Israël se porte divinement bien.
    Alors comment se fait-il qu’il y a autant de pauvres. Pourquoi Netanyahou préfère-t-il enrichir les Big pharma et nous mettre en confinement, en permanence, plutôt que de mettre à disposition des malades, le protocole de soins efficace de Raoult, très bon marché, au demeurant, et laisser les gens travailler et ouvrir leurs magasins? Le gouvernement se fiche du peuple, pauvre ou pas pauvre. Chacun recherche sa parcelle de pouvoir et de richesse.. Zehou !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.