Mausolée de l'Imam Réza Shrine.

A propos des implications de Raisi à la Fondation Astan Quds Razavi. En 2016, Raisi a été nommé par le guide suprême iranien à la tête de la Fondation [xenophobe antijuive]  Astan Quds Razavi, dans laquelle il a supervisé la production d’un documentaire de 50 épisodes faisant la promotion des Protocoles [des Sages de Sion].

Le documentaire a été diffusé à la télévision iranienne et distribué aux pèlerins dans un important sanctuaire religieux sous leur contrôle, le sanctuaire Imam Reza à Mashhad, en Iran, le lieu de repos du huitième imam chiite. Le sanctuaire est un site religieux important visité par 20 millions de pèlerins un an avant la pandémie, selon les dossiers iraniens soumis à l’UNESCO.

Bien que la Fondation ait déjà publié et promu des éditions imprimées des Protocoles et ait continué à le faire tout au long de son mandat, sous Raisi, elle a également exploité les nouveaux médias pour amplifier la diffusion des Protocoles antisémites. Environ un an après la prise de fonction de Raisi, la Fondation a annoncé des plans pour le documentaire sur Les Protocoles des Sages de Sion.

En 2018, le film, intitulé «Le plan du diable», est sorti et la Fondation a tenu une conférence de presse dans l’une des cours historiques du Sanctuaire. Le réalisateur du film a déclaré aux journalistes que les Juifs, «les chefs de ce front du mensonge», ont eu dans les Protocoles «codifié pendant des siècles le plan le plus complet pour leur domination démoniaque du monde» et que le film explique la nécessité de son  « élimination ». Il a dénoncé «les mains du parti de Satan, c’est-à-dire le sionisme mondial» et a déclaré que le film sera diffusé à la fois sur le réseau de télévision de la Fondation et sur les télévisions publiques.

La Fondation a ensuite publié un bulletin annonçant que son documentaire en 50 parties serait disponible sur CD pour les pèlerins visitant le sanctuaire Imán Reza et serait distribué au public des programmes culturels de la Fondation.

Raisi a quitté la Fondation en 2019 lorsqu’il a été élu à la tête du système judiciaire iranien, mais la Fondation a poursuivi le projet antisémite qu’il avait lancé sous sa direction. Par exemple, plusieurs semaines après le départ de Raisi, la Fondation a annoncé un concours dans lequel les candidats seraient interrogés sur le contenu du film Protocole, afin de mieux enseigner «les moyens de résister aux ruses de Satan». Le public a été invité à participer au concours en ligne et les pèlerins ont été encouragés à soumettre leurs réponses via des boîtes aux lettres spéciales au sanctuaire Imam Reza.

En tant que directeur de la Fondation, qui serait le plus grand organisme de l’Est de l’Iran, Raisi était responsable de l’exploitation d’un site patrimonial majeur pour répandre un antisémitisme ignoble et d’avoir utilisé ses ressources financières pour répandre une telle incitation contre la ville juive.

Mais même depuis qu’il a quitté la Fondation, Raisi a continué à inciter aux théories du complot haineux et même à la violence dans ses commentaires publics. L’année dernière, il a allégué que les États-Unis et le «sionisme mondial» conspiraient pour subjuguer tous les musulmans, tirant les ficelles d’un empire médiatique mondial, élaborant des plans sournois dans des groupes de réflexion et conspirant pour insulter Mahomet. Et il a encouragé d’autres terroristes, proclamant que «tous les sionistes savent que le Hezbollah lancera de telles roquettes et bombes afin qu’aucune personne en Israël ne soit en sécurité».

Le bilan des discours de haine de Raisi met en évidence le double danger posé par l’engagement des États-Unis avec l’Iran au sujet de ses activités nucléaires. D’une part, il sera difficile de faire de réels progrès avec un tel régime, surtout maintenant que l’élection de Raisi efface la fiction selon laquelle le guide suprême iranien, Ali Khamenei, pourrait être compensé par un président iranien moins provocateur. Mais d’un autre côté, ces révélations soulignent également l’urgence de telles négociations, étant donné à quel point la perspective d’armes nucléaires entre les mains d’hommes aussi cruels et haineux serait terrifiante.

Facsimile des affiches des protocoles des Sages de Sion.

De toute évidence, ce dilemme n’offre pas de réponses faciles. Cependant, la découverte que Raisi était responsable de la propagation systématique des Protocoles des Sages de Sion, l’un des traités les plus dangereux de l’histoire, fournit un rappel obsédant de l’engagement du gouvernement et des dirigeants de Sion. La révélation semble corroborer la profonde anxiété parmi les Israéliens et d’autres dans la région au sujet d’un Iran naissant et militarisé.

La récente interruption par l’administration Biden de sites Web soutenus par le régime diffusant de la désinformation et du fanatisme iraniens était une étape positive, même si ces sites reprennent déjà leurs activités. Ce qu’il faut maintenant, c’est une reconnaissance directe par cette administration que le régime iranien reste le principal sponsor étatique de l’antisémitisme, ce que l’équipe Trump a bien compris. Et sur cette base, l’administration devrait émettre une stratégie pour limiter et contrer les initiatives de l’Iran qui incitent à la haine et à la violence contre les communautés juives du monde entier.

La dévastation causée par les dictateurs, d’Hitler à Staline en passant par Khomeiny, brandissant les Protocoles, devrait nous obliger tous à prendre au sérieux la menace posée par un régime iranien déterminé à acquérir des armes nucléaires et à parrainer le terrorisme dans toute la région. Raisi arrive à cette position en tant qu’auteur de crimes contre l’humanité, et aucun pays responsable ne devrait l’accueillir pour une visite d’État ou pour toute conversation officielle. Maintenant, les États-Unis et toutes les puissances mondiales doivent travailler ensemble pour s’assurer qu’ils ne peuvent pas commettre plus de crimes contre l’humanité.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.