« C’est terminé » : Emmanuel Macron flingué par François Hollande

 

L’ancien Président de la République, François Hollande, a récemment suscité des vagues dans le paysage politique français. Il n’a pas mâché ses mots concernant Emmanuel Macron et la situation de la France dans une récente interview accordée à l’AFP.

 

Un Verdict Tranchant sur le Macronisme

François Hollande, connu pour son franc-parler, n’a pas mâché ses mots en évaluant la situation actuelle du macronisme. Selon lui, cette défaite électorale aux Européennes est symptomatique d’un désenchantement plus large de l’électorat envers la politique d’Emmanuel Macron.

Cette déclaration de François Hollande résonne particulièrement fort étant donné son propre parcours politique. Ancien chef de l’État, il a été témoin de l’ascension fulgurante de Macron, un ancien ministre de son gouvernement, qui a réussi à transformer le paysage politique avec un mouvement centré et pro-européen.

Cependant, Hollande semble désormais convaincu que le projet macroniste ne parvient plus à répondre aux attentes des citoyens français.

Un Contexte Politique en Pleine Mutation

Les propos de François Hollande doivent être compris dans un contexte de bouleversement politique plus large. Emmanuel Macron, qui avait dominé la scène politique lors des élections de 2017, a vu son influence diminuer considérablement au fil du temps.

La fragmentation de la France en est une preuve flagrante, rendant difficile la mise en œuvre d’un programme politique cohérent sans alliances solides.

L’ère du macronisme a été marquée par des réformes ambitieuses mais controversées, notamment en matière de fiscalité, de retraites et de politiques sociales.

Bien que certaines de ces réformes aient été saluées pour leur modernisation de l’économie française, elles ont également suscité des protestations et des mécontentements, notamment parmi les classes moyennes et les groupes de travailleurs précaires.

La pandémie de COVID-19 a également mis en lumière certaines des faiblesses de la gestion macroniste, exacerbant les inégalités sociales et économiques.

François Hollande, en critiquant le macronisme, semble également esquisser une possible renaissance des forces politiques traditionnelles. Selon lui, le temps est venu pour une nouvelle génération de leaders capables de proposer des alternatives crédibles aux citoyens français. Il appelle à une réflexion profonde sur les valeurs et les priorités de la République, en mettant l’accent sur la justice sociale, l’égalité des chances et la solidarité nationale.

francois-hollande

La déclaration de François Hollande sur la fin du macronisme ouvre un débat crucial sur l’avenir de la politique française. Si le macronisme a apporté des changements significatifs et a redéfini certaines normes politiques, il semble aujourd’hui confronté à des défis insurmontables. Les prochaines années seront déterminantes pour voir si de nouvelles forces politiques émergeront ou si les partis traditionnels réussiront à se réinventer.

L’AFP demande à François Hollande s’il a une revanche à prendre sur Emmanuel Macron ?

« Non. Je pense que c’est Édouard Philippe qui a le mieux résumé la situation, c’est-à-dire que le macronisme, c’est terminé. Si tant est que ça ait existé, mais c’est terminé, je le dis sans hostilité particulière. Je n’ai aucun compte à régler. Pas du tout. Tout ça est passé. Et puis de toute façon, il n’est pas candidat à sa propre succession.

Ça ne veut pas dire que son mandat se termine, ça, c’est autre chose. Mais ce qu’il a pu, à un moment, représenter, c’est terminé. Ça a coûté cher sur le plan politique parce que le dépassement a été une dissolution au sens propre du terme. Les partis se sont quand même beaucoup abîmés. L’esprit public aussi. L’extrême droite n’a jamais été aussi forte. Voilà. C’est un moment qui a été long mais qui s’achève. Le temps est à la recomposition.

francois hollande blagueEn somme, la critique de François Hollande n’est pas seulement une évaluation du passé mais un appel à l’action pour l’avenir. La fin du macronisme, selon Hollande, doit être vue comme une opportunité pour repenser les fondements de la politique française et pour restaurer la confiance des citoyens dans leurs institutions. C’est un moment de transition, porteur de risques mais aussi de possibilités pour une renaissance politique.

JForum.fr avec www.letribunaldunet.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Filouthai

Mollande ferait mieux de s’occuper de sa maison plutôt que de donner à tout va aux français des leçons de sa morale personnelle qui, comme son tour de bide, est plutôt une morale élastique et branlante.
C’est lui qui est le responsable direct de la venue de Macron l’inverti dans les premières sphères du Pouvoir en France.
C.est lui qui est la cause première de l’élection à la Présidence de Macron l’inverti en 2017.
C.est lui qui par son parcours et ses décisions lamentables, plus orientées vers la livraison de croissants au petit matin que par le développement du pays a permis au destructeur Macron de commencer son oeuvre d’effacement de la France (affaire Alstom).

Asher Cohen

Les français n’ont pas fini de nous intimider par leur intelligence supérieure. Dans les années 70-80 et 90, ils se sont fait plaisir à jouer aux petits malins avec leur corruption merdeuse et écraser les petits youpins qui naïvement leur faisaient confiance, et maintenant ils jouent les doubles malins en devant assumer la responsabilité de leurs choix et actions et en passant à la caisse pour payer cash. C’est pourtant un français qui a écrit que les cons ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnaît, mais malgré cela, les magistrats français, intelligences supérieures se prenant pour Dieu, n’ont pas su, ou pas voulu, reconnaître les cons, et ce, aux dépends de la société civile. Pauvre France, la situation actuelle n’est que la conséquence logique d’avoir toléré le déchaînement de la corruption, la criminalité et la gabegie, dans les années 70-80 et 90.

Maintenant, tout le monde se barre, personne ne prétend assumer la responsabilité de ses choix et actions antérieures. Ce n’est jamais moi le coupable, c’est toujours l’autre. Aucun politicien, aucun magistrat, aucun fonctionnaire n’est responsable de la situation actuelle. Alors, et c’est pathétique, on cherche à donner les clés d’un pays de 68 millions d’habitants, au bord de la guerre civile, en faillite et en situation d’effondrement économique, à un gamin de 29 ans, sans expérience professionnelle significative, ni le moindre diplôme d’enseignement supérieur, ni qualification particulière. Montrez-moi un cadre d’entreprise qui ramasse 15.000 euros par mois avec un tel niveau d’incompétence. Au risque de me répéter, montrez-moi un seul parti politique qui fournit un objectif chiffré de croissance économique ? Tout cela n’est que du pipeau, et les Juifs qui mordent à l’hameçon ne sont que des ratés sans intérêt pour la Nation Juive. Circulez, il n’y a rien à voir.

KIGEM

Sur ce point HOLLANDE a raison sitôt la disparition politique de MACRON les deux partis droite modérée et gauche modérée retrouveront leur place dans une FRANCE soulagee