Israel's Likud party leader Benjamin Netanyahu speaks with Gideon Sa'ar at the party meeting in the Knesset, the Israeli parliament, in Jerusalem March 2, 2009. Prime Minister-designate Benjamin Netanyahu said at a Likud faction meeting in the Knesset on Monday that he will form a government soon. "The incidents will not wait, the Qassams will not wait, and neither will the unemployment," Netanyahu explained. Photo by Miriam Alster / FLASH90. *** Local Caption *** ?????? ???????? ???? ?????? ?????? ????? ????? ???? ???? ????? ??? ???? ?????? ?????? ??? ?????? ??? ????? ?????
Tu quoque mi fili ou bien Tu quoque fili ou encore Tu quoque fili mi (en français : « Toi aussi, mon fils ! ») Tout César a son Brutus

Le carrefour pour Netanyahu : ce sont quelques scénarios politiques possibles

Une large coalition mixte droite-gauche sans Benjamin Netanyahu • Un gouvernement de centre-gauche avec ou sans grand changement • Une étroite coalition Likoud-Haredi ou un gouvernement en coopération avec les députés arabes • Ce ne sont là que quelques-unes des possibilités du système politique après les élections de 2021 • Interprétation

Publié dans:  Mis à jour à: 
La carte actuelle des sondages rend difficile d’évaluer quelle coalition sera formée après la campagne électorale – la quatrième en moins de deux ans – et même s’il y en aura vraiment une.
Apparemment, c’est aussi la raison pour laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait de son mieux pour empêcher la campagne électorale et la retarder.

Diviser pour régner

Selon le scénario cauchemardesque du Premier ministre, après les élections, tous ses rivaux politiques, de droite et de gauche, unissent leurs forces et forment une coalition sans lui. S’ils atteignent tous ensemble une majorité de 61, c’est possible, même si la coalition sera loin d’être homogène, et quand la seule chose qu’ils ont en commun est la volonté d’évincer Netanyahu.
Netanyahu: « Ganz a plié devant Nissenkorn, qui impose une dictature des Juges » // Photo: De la page Facebook de Benjamin Netanyahu
Il est facile d’estimer qu’un gouvernement dans lequel Gideon Saar, Naftali Bennett, Avigdor Lieberman, Yair Lapid et d’autres représentants des partis de gauche existants et nouveaux siégeront ensemble ne survivra pas longtemps. Et pourtant, cela suffit pour faire détrôner Netanyahu.

Les chances que la gauche améliore ses mauvais résultats

Un autre scénario, qui semble impossible dans un avenir prévisible, est un gouvernement de gauche, en collaboration avec un ou deux partis de droite pour obtenir la majorité nécessaire à la coalition.
Jusqu’à présent, le bloc de gauche n’a pas réussi à former un gouvernement, mais il est possible que le fait que le bloc de droite se dissolve après les prochaines élections et que Gideon Saar ait rejoint la course améliorera les chances de la gauche de former un tel gouvernement.
Dans son discours d’hier, le Premier ministre a promis de gagner les élections.  Une chose est claire qui se reflète dans les résultats des récents sondages: le Likud, dirigé par Netanyahu, est le plus grand parti, et avec une marge significative allant jusqu’à dix sièges sur les autres. Mais l’expérience montre que cela ne suffit pas pour la victoire et qu’une telle victoire peut être à nouveau vaine.
Netanyahu devra former une coalition et c’est là que la difficulté commencera. Le Likud et les factions ultra-orthodoxes, qui restent dans le bloc de droite, le Shas et le judaïsme de la Torah, reçoivent environ 46 à 48 sièges dans les urnes.

Le président consulte les membres du Likud après l'élection // Photo: Mark Neiman, GPO

Le président consulte les membres du Likud après l’élection // Photo: Mark Neiman, GPO
Benjamin Netanyahu devra ajouter au moins 13 à 15 sièges supplémentaires pour avoir un gouvernement stable. La droite peut obtenir un tel nombre, tout comme Gideon Saar, mais ce dernier a promis justement de ne pas siéger dans le gouvernement dirigé par le toujours même Netanyahu.
Si le Parti Kakhol lavan passe le seuil d’inéligibilité mais n’obtient qu’environ 5-6 sièges, comme le prévoient les sondages actuels, ses membres pourraient également servir d’option pour rejoindre un futur gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu.

Contourner à gauche?

Et qu’en est-il d’un gouvernement qui s’appuie sur les votes de la liste commune? De nombreux partis ont déjà déclaré qu’ils n’avaient aucun problème à le faire, notamment le Meretz, le Parti travailliste, Yesh Atid et Kakhol lavan.
Avigdor Lieberman d’Yisrael Beiteinu, bien qu’il ne l’a pas déclaré ouvertement, a donné le feu vert pour démarcher Benny Gantz après les prochaines élections de mars dernier.
Cependant, le Parti semble manquer du temps suffisant.  Il pourrait rejoindreGideon Sa’ar et Naphtali Bennett, qui ne sont pas vraiment sûrs d’accepter de faire partie d’un gouvernement qui s’appuie sur la liste conjointe.
Pour résumer: rien ne va plus, mais l’avenir nous le dira.

Canal 12 – Likud 29; Nouvel Espoir 18; Yesh Atid-Telem 16; Yamina 13; Liste arabe commune 11; Shas 8; Judaïsme unifié de la Torah 8; Yisrael Beytenu 7; Meretz 5; Bleu et blanc 5; Travailliste (Avoda, parti historique de la gauche) 0; Gesher 0; Habayit Heyehudi 0

Canal 13 – Likud 28; Nouvel Espoir  19; Yesh Atid-Telem 16; Yamina 14; Liste arabe commune 11; Shas 7; Judaïsme unifié de la Torah 7; Meretz 7; Yisrael Beytenu 6; Bleu et blanc 5; Travailliste 0; Gesher 0; Habayit Heyehudi 0

Kan – Likud 28; Nouvel Espoir 20; Yamina 15; Yesh Atid-Telem 13; Liste arabe commune 11; Shas 8; Judaïsme unifié de la Torah 7; Bleu et blanc 6; Yisrael Beytenu 6; Meretz 6; Travail 0; Gesher 0; Habayit Heyehudi 0; Otzmah Yehudit 0

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.