Une autre élection est-elle imminente en Israël, en pleine la crise économique conjoncturelle?

Cela se produira en novembre, à moins que les deux co-premiers ministres israéliens, tout aussi têtus, ne résolvent leur différend budgétaire avant le 25 août, concernant le budget de cette année. Netanyahu insiste sur un budget d’un an pour 2021, bien qu’il ne reste que trois mois cette année. Les deux dirigeants et leurs partisans font de l’obstruction et se battent fermement pour leurs positions mutuellement intenables. Si ni l’un ni l’autre ne plie, Israël fera face à sa quatrième élection superflue en moins de deux ans et se retrouvera très probablement devant la même impasse, avec aucun parti unique capable de former un gouvernement viable. Comment les électeurs masqués, dont des milliers sont en quarantaine contre le coronavirus, pourraient-ils aller voter, alors que c’est le cadet de leurs soucis, surtout pour ces deux protagonistes enfermés dans leur violente controverse?

Deux bonnes nouvelles ont, entre-temps, été publiées par le cabinet du coronavirus jeudi, dans l’espoir de soulager la morosité populaire. A partir du 16 août, les Israéliens seront autorisés à se rendre dans des pays «verts» et ne seront pas obligés de passer 14 jours de quarantaine à leur retour chez eux. Les pays «verts» n’ont pas encore accepté de les accueillir dans le cadre d’accords bilatéraux pour permettre à leurs ressortissants de se rendre en Israël, malgré son niveau élevé d’infection. Des millions d’Israéliens, qui ont l’habitude de voyager à travers le monde, sont gravement irrités par les restrictions du covid-19.

Une autre lueur d’espoir est venue de la nouvelle de l’Institut biologique de Ness Ziona, selon laquelle son vaccin contre le coronavirus passe au troisième stade des essais cliniques sur l’homme. Le ministre de la Défense, Gantz, a été informé que ces essais commenceraient à la mi-octobre et pourraient être prêts pour une production en série au premier semestre 2021.

Cependant, les derniers sondages publiés le vendredi 7 août ont montré la désaffection croissante de la population, face à la performance du gouvernement, qui pèse sur les deux partis au pouvoir, le Likud de Netanyahu et Kahol Lavan de Gantz, tout en bénéficiant à l’opposition.

Le Likud, qui, il y a deux mois, était au plus haut avec 41 sièges (sur 120) suite au succès de Netanyahu dans la lutte contre la première vague de coronavirus, a progressivement chuté à 32 si des élections avaient lieu aujourd’hui. Les chiffres ont été poussés à la baisse par la flambée de l’infection virale, les ralentissements économiques et les protestations sociales. Le partenaire de coalition du Likud, Kahol Lavan, a chuté à 11 sièges.

Les pancartes hissées par les manifestants sociaux appellent le gouvernement à se retirer à cause du péché d’être «déconnecté» des besoins les plus urgents du pays. Le premier ministre n’a pas toujours réussi à tenir ses promesses de généreux avantages sociaux et d’indemnisation pour ceux qui ont perdu leur emploi et les propriétaires de petites entreprises durement touchés.

Dans le camp de l’opposition, le segment Kahol Lavan dirigé par Yair Lapid et Moshe Yaalon, qui s’est détaché de Benny Gatz lorsqu’il a rejoint le gouvernement, serait arrivé deuxième avec 18 sièges. Yamina, la droite de Naphtali Bennett, qui a également choisi de ne pas faire partie du gouvernement de coalition, en a profité et peut compter sur 12 sièges – en hausse. Les partenaires religieux de Netanyahu, Shas, peuvent s’attendre à un solide 10 sièges et au judaïsme unifié de la Torah – 8. Leurs dirigeants, Aryeh Deri, Moshe Gafni et Yakov Litzman, implorent Netanyahu et Gantz d’accepter un compromis raisonnable sur leur différend budgétaire, et disent qu’une élection, dans l’état médical et économique actuel, serait une «folie».

Évalués selon le nouveau sondage en termes de blocs, les gens de droite de Netanyahu pourraient vraisemblablement atteindre une majorité infime de 61 ou 62, à condition que Yamina remonte à bord, tandis que les centristes de Gantz pourraient totaliser 60 si la Liste arabe commune était cooptée au sein gouvernement pour la première fois.

Le gouvernement en place tomberait après à peine quatre mois au pouvoir s’il ne déposait pas de budget d’État à la Knesset avant le 25 août. La Knesset se dissoudrait automatiquement et un vote national aurait lieu en novembre 2020.

Alors, quelles sont les options ? Le jeu d’accusations réciproques très bruyant entre les deux partis au pouvoir a projeté divers scénarios, certains hautement spéculatifs. Netanyahu est accusé par Kahol Lavan et le chef de l’opposition Yair Lapid d’avoir fait éclore la crise budgétaire afin de prendre le pouvoir en tant que Premier ministre par intérim et de barrer la voie à son partenaire Gantz pour l’empêcher de prendre ses fonctions de Premier ministre en novembre 2021, conformément à leur accord de coalition.

Kahol Lavan soutient qu’un budget de trois mois n’a aucun sens, tandis que le Likud fait valoir que le coronavirus existera toujours en 2021, accompagné de défis financiers imprévisibles. Un autre argument avancé par Netanyahu est qu’un budget biennal nécessiterait des coupes dans les dépenses, alors que remettre sans délai les différents secteurs économiques sur pied nécessite des dépenses massives en espèces en ce moment.

La rhétorique fiévreuse entendue de toutes parts cette semaine est largement interprétée comme un accord implicite d’ouverture d’une campagne électorale. La spéculation qui sévit sur leurs diverses manœuvres inclut l’accusation selon laquelle Gantz doit s’en tenir à ses arguments sur le budget, afin de prouver qu’il a l’épine dorsale pour diriger. Une autre conjecture est que Netanyahu envisage de former un nouveau parti au vu des critiques auxquelles il fait face dans certaines parties de son propre Likoud. Il y a deux semaines, il a tenté et échoué de renvoyer la députée Yifat Shasha-Biton, la présidente du Likud du comité des coronavirus de la Knesset, pour avoir mené une révolte contre les restrictions gouvernementales sur les gymnases et les piscines. D’autres membres du Likud se sont alignés derrière elle et ont remis en question le jugement du secrétaire de leur parti, Micky Zohar, un allié fidèle de Netanyahu.

Les politiques israéliennes sont des séries à suspense notoires, avec des crises désespérées souvent résolues au dernier moment possible après avoir exacerbé les nerfs de la nation jusqu’à la dernière limite. Les deux prochaines semaines sont donc cruciales pour éviter une élection dont personne ne veut. Le succès du nouveau directeur du coronavirus, le professeur Ronni Gamzu, à réduire le taux d’infection croissant au cours de cette période, pourrait éventuellement aider à préparer le terrain pour quelques accommodements.

Is another election looming over Israel in mid-covid-19, mid-economic crisis?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.