Rapports contradictoires de quasi-collision entre un avion de ligne iranien de la compagnie Mahan et des avions de combat américains

L’Iran a affirmé que des F-15 américains avaient «harcelé» son avion de passagers au-dessus de la Syrie le jeudi 23 juillet, avant qu’il ne réussisse à atterrir à Beyrouth. Un responsable américain a déclaré que les avions de combat sont passés près de l’avion de ligne iranien, mais à une distance de sécurité. Téhéran a initialement blâmé Israël pour l’incident, mais plus tard, la télévision d’État iranienne a cité le pilote de l’avion iranien disant que les pilotes des avions de combat s’étaient identifiés comme américains par communication radio.

Un responsable de l’aéroport libanais a déclaré que le vol Mahan Air 1152, avait atterri sans autre incident à Beyrouth jeudi soir. Le fonctionnaire, qui a parlé sous couvert d’anonymat, n’a pas évoqué plus de détails.

Les médias d’État syriens ont cité des responsables non identifiés de l’aviation civile à Damas, affirmant que deux jets, soupçonnés d’appartenir à la coalition dirigée par les États-Unis, avaient «intercepté» un avion de ligne iranien au-dessus d’al-Tanf, dans le sud-ouest de la Syrie, à la frontière avec l’Irak et la Jordanie, où les États-Unis maintiennent depuis 2016 une garnison autour de laquelle ils ont déclaré une zone de déconfliction. En dehors de ses frontières, se trouvent les forces syriennes et pro-iraniennes.

Selon la télévision iranienne, les avions de combat américains se seraient approchés à moins de 100 mètres de l’Airbus A310 iranien. Le pilote a rapidement changé d’altitude pour éviter une collision, volant à basse altitude et causant de légères blessures à certains passagers.

Le capitaine de l’US Navy Bill Urban, un porte-parole du Central Command, a déclaré plus tard à l’AP qu’un avion de combat américain F-15 «avait effectué une inspection visuelle standard d’un avion de ligne de Mahan Air à une distance de sécurité d’environ 1000 mètres de l’avion de ligne. Il a expliqué : «L’inspection visuelle a eu lieu pour assurer la sécurité du personnel de la coalition à la garnison d’al-Tanf. Une fois que le pilote du F-15 a identifié l’avion comme un avion de passagers de Mahan Air, le F-15 s’est éloigné de l’avion en toute sécurité.

Des sources américaines notent que Mahan Air a longtemps été accusé par les États-Unis et Israël de transporter des armes iraniennes illégales à ses milices chiites en Syrie. D’où l’«inspection visuelle» minutieuse des avions américains. La compagnie aérienne elle-même est sous sanction américaine depuis 2011 pour avoir fourni aux gardiens de la révolution un soutien financier et autre.

Les données du vol enregistrées par le site Web FlightRadar24.com ont montré que l’avion de ligne est passé de 34000 pieds à 34600 pieds en moins de deux minutes au moment de l’incident, puis est redescendu à 34000 pieds dans la minute qui suit. L’avion a atterri peu de temps après, selon des sources de l’aéroport de Beyrouth, mais trois passagers et une partie de l’équipage du cabinet ont été blessés et ont été transportés à l’hôpital.

Téhéran enquête sur l’incident et a soumis une note de protestation à l’ambassade de Suisse qui représente les intérêts américains et au secrétaire général de l’ONU.

Conflicting reports of near-collision between Iranian airliner and US fighter jets

1 COMMENTAIRE

  1. Selon des sources « bien informées » il y avait dans cet avion de ligne, une vingtaine d’officiers iraniens (gardiens de la révolution) tandis que les soutes étaient remplies de missiles et de matériel sophistiqué de guidage de précision.
    Ce n’est pas la première fois que les mollahs utilisent des avions de ligne civils, pour transporter du matériel de guerre, en utilisant les passagers comme boucliers humains.
    Il est assez hilarant d’entendre des enturbannés déclarer que les Etats-Unis ont commis un acte de piratage, eux qui ont abattu un avion civil il y a peu de temps, qu’ils l’ont reconnu, et qu’ils ont envoyé les boites noires en France, après un long moment de tergiversations.
    Enfin, lire que les mollahs veulent porter plainte auprès du secrétaire de l’ONU pour cet « acte de piratage » relève de la plus grande comédie iranienne jamais jouée….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.