Dans une exposition en partie inspirée par le Musée des Martyrs de Téhéran, un groupe d’artistes danois prévoit d’inclure les frères Ibrahim et Khalid el-Bakraoui, qui se sont fait exploser à Bruxelles dans les attaques meurtrières du 22 Mars, et Foued Mohamed-Aggad, qui se fait exploser à Paris au Bataclan le 14 Novembre.

L’installation se présentera comme un musée, et exposera des photos des «martyrs»,  des objets exposés leur ayant appartenus et des plaques avec des textes pour expliquer qui ils sont.

Les kamikazes seront présentés aux côtés de personnages historiques considérés comme morts pour leur cause, telles que l’héroïne française Jeanne d’Arc et le philosophe grec Socrate, selon Ida Grarup Nielsen du collectif artisitique The Other Eye of The Tiger(l’autre oeil du tigre).

« Un guide parlera de Mohamed Foued-Aggad et des événements au Bataclan, au cours de laquelle la pièce sera également animée d’un son et lumière», a-t-elle déclaré.

L’histoire serait vue «plutôt de leur point de vue à eux » dit-elle.

Les frères el-Bakraoui ne seraient pas inclus dans la visite guidée, mais des photos d’eux et des répliques de leurs biens seraient affichés, y compris un gant de cuir noir qui aurait été porté par Ibrahim el-Bakraoui pour cacher un détonateur de la bombe.

L’exposition est prévue d’être ouverte au public du 26 mai au 10 Juin dans un ancien abattoir dans le quartier branché du Meatpacking District de Copenhague.

Le lieu est la maison d’un groupe de théâtre dont le chef artistique, Christian Lollike, a été controversé en 2012 en mettant en scène une pièce de théâtre basée sur le manifeste du tueur de masse norvégien Anders Behring Breivik.

«Notre exposition veut vraiment décrire la notion de « martyr » sous des angles aussi différents que possible et à travers l’histoire», a déclaré Nielsen.

Tout un chacun est « le héros de (sa) propre histoire», a-t-elle ajouté.

Le tireur danois Omar El-Hussein, qui a tué deux personnes dans le double attentat à Copenhague en Février l’année dernière, ne ferait pas partie de l’exposition, car il était difficile de savoir s’il avait était prêt à mourir pour ses convictions, dit-elle.

Le  terroriste de 22 ans a été tué dans une fusillade avec la police quelques heures après avoir tué un garde de sécurité juif en dehors de la synagogue principale de la ville.

Un membre local du parti Venstre au pouvoir, Diego Gugliotta, a dénoncé lundi l’événement et ses organisateurs à la police, pour « incitation au terrorisme».

Décrire les terroristes internationaux comme des héros pourrait pousser certaines personnes à «franchir le pas et à se joindre à une organisation terroriste», a-t-il écrit sur Facebook.

The Guardian

5 Commentaires

  1. La France devrait faire une exosition de martyrs comme elle a fait au musée du Jeu de Paume aux Tuileries et y inclure les assassins du Bataclan, de Charlie Hebdo, des attentats de Bruxelles, et dire que ce sont tous des résistants. Jusqu’à présent elle a toujours appelé résistants, uniquement ceux qui tuent des juifs.

  2. En voilà un amalgame nauséabond. Donc Jeanne d’arc ou Socrates se seraient fait sautés au milieu du public en peripatos comme ça pour appuyer leurs causes. Amalgamer de purs héros reconnus qui ont donné de leur personne avec un courage inégalé d’un côté et de l’autre des voyous crapuleux d’une lâcheté infinie n’a pas de nom.
    C’est donc une incitation au crime à interdire d’office.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.