Palestinian security forces wearing face masks block the entrance to the West Bank city of Bethlehem, March 8, 2020. Photo by Wisam Hashlamoun/Flash90 *** Local Caption *** ????? ?????? ???? ??? ??? ??? ?????

Comment les Palestiniens font-ils face au coronavirus?

Pour la première fois depuis de nombreuses années, les responsables palestiniens n’ont pas peur de parler ouvertement de coopération avec Israël.

Des Palestiniennes travaillent dans une usine de désinfection au milieu des précautions contre le coronavirus, à Hébron en Cisjordanie le 12 mars 2020 (crédit photo: REUTERS / MUSSA QAWASMA)
Des femmes palestiniennes travaillent dans une usine d’assainissement en prenant des précautions contre le coronavirus, à Hébron en Cisjordanie le 12 mars 2020 (crédit photo: REUTERS / MUSSA QAWASMA)
“Je n’ai jamais imaginé de ma vie que le jour viendrait où je verrais des policiers palestiniens imposer un couvre-feu à un village ou une ville palestinienne”, a déclaré Siham Rishmawi, 63 ans, une mère palestinienne de quatre enfants, habitant Beit Sahur. «Je suis assez vieille pour me souvenir des jours où les soldats israéliens étaient ceux qui annonçaient les couvre-feux dans notre ville, en particulier pendant la première Intifada.»
Beit Sahur, au sud de Bethléem, est en confinement depuis trois semaines, lorsque les premiers cas de coronavirus ont été découverts dans la région. La ville voisine de Beit Jala est également fermée depuis lors, des policiers palestiniens patrouillant dans les rues pour exhorter les résidents à rester à l’intérieur afin d’empêcher la propagation du virus.
Dans le cadre de cet effort, au moins 13 postes de contrôle de sécurité ont été mis en place dans la région. Toutes les églises et mosquées ont été fermées, ainsi que les salles de mariage, les restaurants et les cafés célèbres pour leurs narguilés – les tuyaux d’eau colorés utilisés pour fumer du tabac aromatisé.
 “Qui aurait cru il y a un mois que nous serions dans cette situation, dans laquelle les gens ont interdiction de quitter leurs maisons, et Bethléem, Beit Sahur et Beit Jala deviendraient des villes fantômes?”, ajoute Rishmawi. «Les gens ici ont vraiment peur parce que personne ne sait quand cette crise prendra fin.»
Rishmawi, cependant, n’est pas fâchée contre la police palestinienne pour avoir imposé un couvre-feu et des restrictions strictes sur la circulation des Palestiniens dans la région de Bethléem. Au contraire, elle et de nombreux habitants ont déclaré qu’ils soutenaient les mesures sévères annoncées par le gouvernement de l’Autorité palestinienne, dirigé par le Premier ministre Mohammed Shtayyeh.
“Bien que la plupart des gens soient en détresse, ils comprennent que le gouvernement palestinien n’a d’autre choix que de prendre des mesures strictes pour empêcher la propagation de la maladie”, a déclaré Marwan Abu Hajlah, chauffeur à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine.
En outre, de nombreux Palestiniens ne semblent pas être gênés par la coopération entre l’Autorité palestinienne et Israël dans la lutte contre la pandémie.
Cette coopération, en particulier dans le domaine de la sécurité, a toujours été l’une des questions les plus controversées et les plus sensibles parmi les Palestiniens. Depuis plusieurs années, l’Autorité palestinienne fait face à de vives critiques pour avoir coordonné la sécurité avec Israël – un acte dénoncé par de nombreux Palestiniens comme un acte de trahison.
À la veille des élections de mars en Israël, la direction de l’Autorité palestinienne a été vivement critiquée pour avoir organisé des réunions entre Palestiniens et Israéliens. La critique a atteint son apogée après que l’Autorité palestinienne a invité un groupe de journalistes israéliens à une visite de Ramallah et à des entretiens avec de hauts responsables palestiniens. L’invitation s’inscrit dans le contexte de la tentative de l’Autorité palestinienne de saper les bases de soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu et dubloc de droite en persuadant le public israélien que les Palestiniens restent attachés à la paix et à la solution à deux États.
La critique généralisée a incité Mohammed al-Madani, chef du Comité palestinien pour l’interaction avec la société israélienne, à remettre sa démission au président de l’AP Mahmoud Abbas.
Madani, qui a ensuite retiré sa démission, s’est plaint en privé qu’Abbas n’avait pas réussi à le défendre, lui et ses collègues, contre la campagne de diffamation à laquelle ils étaient confrontés pour avoir prétendument favorisé la normalisation avec Israël.
Cependant, le déclenchement de la pandémie de coronavirus semble, du moins pour l’instant, avoir changé le point de vue des Palestiniens sur la coopération avec Israël.
Pour la première fois depuis plusieurs années, les Palestiniens ne condamnent plus la coopération avec Israël comme une forme de normalisation «perfide» avec «l’occupation israélienne». Et pour la première fois depuis de nombreuses années, les responsables palestiniens n’ont pas peur de parler ouvertement de coopération avec Israël.
Lorsque les premiers cas de coronavirus ont été confirmés dans la région de Bethléem, la première chose que le ministère palestinien de la Santé a fait a été de demander l’aide d’Israël pour tester des échantillons prélevés sur des Palestiniens soupçonnés d’avoir contracté la maladie. Le ministre de la Santé de l’Autorité palestinienne, Mai Alkailah, a déclaré aux journalistes palestiniens que les échantillons avaient été envoyés au centre médical de Sheba à Tel Hashomer, en coordination avec le ministère israélien de la Santé.
Les responsables israéliens et palestiniens de la santé et de la sécurité se sont soudainement retrouvés à tenir plusieurs réunions par jour pour coordonner les efforts visant à empêcher la propagation du virus.
Quelques jours plus tard, Israël a annoncé qu’il avait livré des centaines de kits de dépistage des coronavirus et du matériel médical de protection aux Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza.
L’annonce a été suivie d’une révélation faite par le porte-parole du gouvernement palestinien Ibrahim Milhem selon laquelle les Palestiniens et Israël avaient mis en place une «salle d’opérations» conjointe pour lutter contre le virus. Israël, quant à lui, a annoncé qu’il tenait une session de formation pour les professionnels de la santé palestiniens et israéliens afin de coordonner les efforts pour endiguer la propagation du virus.
“Nous sommes dans un état d’urgence, et en ce qui concerne les problèmes de santé, il n’y a pas de place pour la controverse”, a déclaré Mohammed Arafeh, un responsable du ministère palestinien de la Santé. «Il serait stupide et irresponsable de la part de quiconque de s’opposer à la coopération médicale entre les Palestiniens et Israël dans la lutte contre la pandémie, qui ne reconnaît pas les frontières et ne fait pas de distinction entre Palestinien et Israélien. C’est le moment de mettre de côté les divergences et les conflits et d’unir nos forces dans la lutte contre les coronavirus. »
Certains Palestiniens ont souligné que la coopération actuelle entre l’Autorité palestinienne et Israël n’a aucune incidence politique.
“Les Palestiniens ne vont pas changer leur opinion sur Israël et l’occupation à cause du virus”, a déclaré Bassem Abdel Haq, un activiste du Fatah de Ramallah. «Nous ne sommes pas opposés à la coopération avec quiconque souhaite nous aider à sauver des vies. La coopération contre le coronavirus est différente de la coordination de la sécurité ou des réunions politiques entre Palestiniens et Israéliens. »
Abdel Haq et d’autres Palestiniens de Ramallah se sont déclarés plus préoccupés par les répercussions économiques de la pandémie que par toute forme de coopération avec Israël.
Les sévères restrictions imposées par le gouvernement palestinien au cours des dernières semaines ont effectivement paralysé l’économie de la Cisjordanie.
«Jusqu’à il y a quelques semaines, les entreprises de Ramallah, Bethléem se portaient très bien», a déclaré Hisham Atallah, un comptable arabo-israélien qui vit à Ramallah avec sa femme et ses deux enfants depuis cinq ans. «Maintenant, les rues sont vides et les gens ont peur de quitter leurs maisons. Je n’ai jamais vu Ramallah comme une ville fantôme, surtout la nuit. Les restaurants et les cafés, qui étaient pleins la nuit, sont fermés et de nombreux travailleurs sont en congé sans solde. »
Il est intéressant de noter que le public palestinien semble pour l’instant satisfait de la manière dont Shtayyeh et son gouvernement gèrent la crise des coronavirus. Alors que de nombreux Palestiniens sont prêts à accepter la coopération médicale de leur gouvernement avec Israël, ils louent également les performances de Shtayyeh et de son gouvernement, y compris les forces de sécurité palestiniennes.
Shtayyeh, 62 ans, qui marquera le mois prochain sa première année au pouvoir, pourrait devenir le plus grand vainqueur de la guerre contre le coronavirus.
Les briefings quotidiens de Shtayyeh et de son porte-parole, Milhem, sur la pandémie, ainsi que les mesures strictes et rapides prises par le gouvernement et les forces de sécurité, ont été reçus avec une profonde satisfaction par de nombreux Palestiniens.
«Pour la première fois, nous voyons des dirigeants palestiniens mener la campagne contre la maladie de manière transparente et professionnelle», a noté Suhad Shamali, un travailleur social de la ville de Bir Zeit, au nord de Ramallah.
«Nous assistons à des conférences de presse quotidiennes du Premier ministre et de son porte-parole pour informer le public des derniers développements entourant le virus. Le sentiment ici est que le gouvernement ne cache rien au public. Nous voyons également de nombreux responsables, en particulier les gouverneurs des villes palestiniennes, visiter de nombreuses régions et parler au peuple. C’est un bon signe, et je dirais que Shtayyeh a marqué de nombreux points auprès du public palestinien. »
Nidal Tayeh, copropriétaire d’un café basé à Ramallah, a déclaré qu’il partageait l’avis selon lequel Shtayyeh pourrait émerger comme le plus grand gagnant de la crise actuelle.
“Il y a un sentiment ici que Shtayyeh est maintenant le leader“, a fait remarquer Tayeh. «Alors que la plupart de nos dirigeants, en particulier le président Abbas, se sont isolés depuis le début de la crise, Shtayyeh est devenu la figure la plus importante et la plus visible publiquement de la lutte contre le coronavirus.
«La plupart de nos dirigeants ont entre 80 et 70 ans et ne sont pas en bonne santé. C’est pourquoi ils restent chez eux, laissant Shtayyeh et son gouvernement seuls face à la pandémie.
«Beaucoup de gens louent maintenant Shtayyeh pour son charisme et sa transparence dans la gestion de la crise. Certains disent même qu’il devrait être le prochain président. »
La bataille contre le coronavirus a peut-être accru les chances de Shtayyeh de succéder à Abbas, âgé de 84 ans, mais il est peu probable que cela entraîne un changement fondamental dans l’attitude des Palestiniens envers Israël.
Pour que Shtayyeh gagne le cœur et l’esprit de son peuple, il doit moins parler de coopération avec Israël. Plus il condamne Israël, plus il augmente ses chances de devenir la prochaine force montante palestinienne.

2 Commentaires

  1. Ce n’est que si Israël avait eu un nouveau gouvernement, que les choses auraient pu évoluer.
    De nouveaux dirigeants des deux côtés auraient pu ouvrir de nouveaux espoirs, mais je ne vois pas comment changer les choses, car Israël refuse un état binational où arabes et juifs auraient les mêmes droits, et refuse deux états vivant côte à côte pacifiquement.

  2. LES HUMAINS CRAIGNENT PLUS LE VIRUS QUE D… LES 2 SONT POURTANT INVISIBLES CORONAVIRUS FAIT PLUS PEUR QUE D… PEUT-ÊTRE PARCEQUE CORONA ONT PEUT LE VOIR AVEC NOS YEUX HUMAINS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.