Conférence de Paris : le non des associations palestiniennes ©

4
130
Conférence parisienne : les associations de palestiniens en Europe n’en veulent pas

logojusticebertrand-45-c0a62

Le 12 mai 2016, les organisations et associations de palestiniens en Europe ont publié une déclaration « Nous rejetons l’initiative française : Pas de substitut pour le droit de retour». Dans celles-ci, elles rejettent catégoriquement « la soit disant initiative française pour la paix » proposée comme « une solution définitive au conflit arabo-sioniste » (c’est nouveau), dont la promotion est faite par certains pouvoirs et officiels européens, et des partis arabes et palestiniens. Pour ces associations, l’initiative manque de crédibilité politique ou de légitimité morale et survient dans le cadre de la destruction systématique de la cause nationale palestinienne et de toutes ses institutions nationales en évitant « les droits nationaux pour un peuple qui souffre dont la moitié vit en exil et l’autre moitié sous les baïonnettes d’un colonialisme raciste ». ( En fait, la paix marquerait la fin du projet d’anéantir Israël).
Effectivement, il ne faut pas prendre les palestiniens pour des imbéciles. La communauté internationale leur a fait imaginer qu’ils existaient en tant que peuple historique sur une terre, et ils ont fini par le croire (alors même que la notion d peuple palestinien est née avec la Charte Olp de 1967). De même, la communauté internationale a fait croire aux palestiniens disséminés dans le monde qu’ils disposaient d’un droit au retour sur leur terre (ce qui est une nouvelle fois, faux). Les palestriniens s’y accrochent donc comme un droit intangible, inaliénable et imprescriptible. Bien évidemment, le droit au retour prévu par la résolution 194 de 1948 stipule  « que les réfugiés souhaitant retourner dans leurs foyers et vivre en paix avec leurs voisins pourraient être autorisés à le faire à une date aussi rapprochée que possible ; et que ceux qui décideraient de ne pas rentrer devraient être indemnisés de leurs biens ».
L’application de ce texte subordonnée le retour à la réunion de conditions. Il concerne les palestiniens qui disposaient de foyers en Palestine en 1948 (et non leurs enfants, leurs petits enfants ou leurs arrières petits enfants). Ainsi, seuls les palestiniens ayant quitté la Palestine en 1948 sont habilités à revenir, à conditions qu’ils disposent d’une habitation. (Tel n’est plus le cas). Par ailleurs, le texte mentionne des dispositions d’esprit (la volonté de vivre en paix, non celle de détruire Israël). Cette condition est également rédhibitoire. Enfin, l’article prévoit une condition de délai pour le retour : le plus rapidement possible et non 70 après. Ces conditions n’étant pas remplies, le texte est devenu inapplicable, étant entendu qu’il a déjà été appliqué par les palestiniens ayant souhaité revenir en 1949, comme la famille du maire de Nazareth Shoufani. En fait, c’est la Charte de l’Olp de 1967 qui a fait de ce « droit au retour dans les foyers » un droit trans-générationnel : elle a posé que la Palestine historique était le « foyer des palestiniens », ce qui permettait aux palestiniens d’invoquer le droit au retour dans leur foyer, c’est à dire dans la Palestine historique. Naturellement, la Charte de l’Olp n’a jamais été une source du Droit international. Aussi, le fameux droit au retour que les palestiniens appellent de leur vœu, n’est en fait qu’un vœu pieux.
Les palestiniens européens insistent donc sur la  « la nécessité de poursuivre la lutte pour faire face et contrecarrer toute initiative politique, qu’elle soit internationale ou régionale, qui ne tient pas compte des droits du peuple palestinien à la liberté, au retour et à la pleine souveraineté et de l’indépendance. Nous ne pouvons pas abandonner notre peuple ou troquer ses droits nationaux légitimes, pour lesquels de grands sacrifices ont été faits par des centaines de milliers de martyrs, des prisonniers et des blessés, pour préserver et protéger ces droits ».
A force de bassiner les palestiniens qu’ils sont titulaires exclusifs de droits (fantasmés) ils finissent par oublier que le corollaire des droits sont les devoirs, et que les droits ne sont pas ceux mentionnés dans la Charte de l’Olp qui appellent (tout comme celle du Hamas) à l’éradication de l’Etat hébreu. Pour les palestiniens européens, (qui se gardent bien d’aller vivre à Ramallah ou dans la bande de Gaza), il faut donc continuer la lutte : « Le rejet de l’initiative française est l’expression naturelle de la position de notre peuple en Palestine et partout où il se trouve, qui porte un soulèvement populaire depuis près de six mois, et luttent dans des conditions difficiles pour mettre fin au siège qui leur est imposé ».
Les associations palestiniennes en Europe réclament donc :
         la réalisation de l’unité nationale (qui fait cruellement défaut)
         une prise de conscience du peuple des dangers qui menacent ses droits collectifs et sa cause nationale (qui n’existent pourtant pas)
Elles rappellent se préparer à marquer l’anniversaire de 100 ans de résistance au colonialisme et au sionisme et confirme ne pouvoir « accepter l’initiative française qui vise à paralyser la résistance populaire et l’action et vise à poursuivre la voie absurde des négociations, à octroyer à l’entité sioniste plus de temps pour poursuivre sa politique de colonisation. » (Les palestiniens sont historiquement des combattants, interdits de pactiser avec l’entité sioniste, ce en quoi les associations  rejoignent les thèses du Hamas).
Les associations palestiniennes confirment donc rejeter l’initiative française « qui comprend la reconnaissance de la légitimité de l’entité sioniste sur la terre de Palestine, et la reconnaissance du soi-disant « caractère juif de l’État d’Israël » (dommage). Elles ne veulent pas d’un « mini Etat » à qui sera refusé le droit de s’armer (les palestiniens ont de la suite dans les idées) avec la « radiation du droit au retour » « ce qui exposera notre peuple au risque d’une nouvelle liquidation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Palestine » (les palestiniens commencent à comprendre que la notion de peuple palestinien a été inventée pour constituer l’antithèse du peuple juif, et qu’elle a peu de chance de tenir dans le temps).
Les associations palestiniennes d’Europe appellent donc les masses du peuple palestinien à déclarer leur rejet de cette initiative en signant la déclaration par courriel rejectfrenchinitiative@gmail.com, et grâce à la poursuite de la résistance et la lutte jusqu’à « ce que nous imposions le droit au retour, la libération et la mise en place d’un Etat démocratique palestinien sur l’ensemble du territoire de la Palestine. (La messe est dite). Le propos se termine par «  Enfin, nous appelons les forces nationales et islamiques à prendre une position claire et explicite sur l’initiative française et qui adhère fermement aux droits de notre peuple. Cette initiative vise à liquider la cause palestinienne, à approfondir la crise interne palestinienne, et à liquider nos constantes et nos droits nationaux »…
Point positif, la France aura réussi à mettre juifs et les palestiniens d’accord : ils sont (pour des raisons différentes) unanimement contre la tenue de la conférence parisienne sur la paix.
Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

4 COMMENTS

  1. Si tous les juifs avaient droit au retour depuis leurs nombreux exils jusqu’à nos jours, il faudrait le GRAND ISRAEL du Nil à l’Euphrate !
    Il n’y a jamais eu d’autre Peuple , connu en temps que “Peuple” sur cette TERRE revendiquée par les arabes , si ce n’est le Peuple Hébreux !
    Alors pourquoi tergiverser; ce ne sont que des coups d’épée dans l’eau!
    Les musulmans ont des pays immenses sous-peuplés, qu’ils le peuplent et le développent , bande de nuls !

    Non, ils sont incapables, ils veulent s’installer dans un pays développé par les juifs !!

  2. Il faut que cessent la colonisation et l’occupation Arabe des Terres d’Israël.

    La seule solution de PAIX en Israël, c’est l’évacuation des Arabes de CisJordanie, vers leur Pays, la Jordanie.

    Plus de combattant, plus d’assassin = PAIX = Plus de haines, plus d’escalade de la violence.

    La “Cisjordanie” n’a jamais existé !,……… Il faut que cessent ces mensonges. S’ils veulent continuer à employer le mot “CisJordanie”, ….. C’est bien parce que cette population est Jordanienne.

    La Judée et la Samarie, ………. Cela fait plus de 3500 ans que cette région est nommée ainsi.

    Le principal problème à une initiative de règlement définitif, c’est l’Europe, cette Europe qui est le cimetière de plus de la moitié du peuple juif. Ce peuple qui y vivait en exil forcé. Et que tous les Pays Européens sans exception, soit massacraient, soit pillaient, soit spoliaient, soit rejetaient, soit brûlaient, soit….

    Que faut il attendre de cette Europe, sur laquelle furent commis les CRIMES les plus ATROCES contre ce peuple, et contre l’HUMANITE toute entière ?

    Depuis plus de 2600 ans les juifs vécurent forcés dans cette “Communauté Internationale”, que d’Anciens Ambassadeurs d’Israël implorent maladivement pour venir s’occuper des juifs et d’Israël. Ils sont vraiment malades !

    Il n’y a RIEN à attendre ni de la FRANCE, ni des Pays Européens, ni de la Communauté Européenne.

  3. Quand dira t on a ces abrutis, que la PALESTINE n est pas un pays, ni une nation mais une région..
    Que c est depuis 1948, que la France, et l Angleterre ont départagé la région, en créant La jordanie, et la Syrie
    pour faire court, et pour avoir la “paix” avec les arabes qui peuplaient ISRAEL (anciennement le Royaume de Juda)
    ont décider de couper en 2 la portion congrue de terrains qui restait.. On connait la suite.
    Pas une LIGNE dans leur coran, ne parle de la Palestine, pas UNE ligne sur le fameux 3 em lieu saint de l Islam,
    (la mosquée Al Aqsa dite la lointaine, n est pas celle qui se trouve à Jérusalem a côté le Dome, mais est bel et bien à La Mecque. Elle n existait pas à Jérusalem quand le Coran a été écris au 17em Siecle. Pas un mot non plus sur Jérusalem, alors que cette ville est mentionnée plus de 800 fois dans les livres saints Juifs..
    Bref tout ce bla bla, est spécialement monté par les pays arabes afin que le M.O reste pur de toute présence non musulmane. Dans la conquête du monde, dans quelques années, l Islam déclarera que le Vatican et la cathédrale St Paul, était une mosquée, et que ce sont les croisés qui l aurait conquise et batie la cathédrale en lieu et place, et il y aura 2 milliards de fidèles incultes qui prendrons comme vérité coranique cette déclaration.
    Une preuve ?? Au dernier salon sur le monde islamique, ils n ont pas hésité de montrer une maquette de fondations et d’élévation d une mosquée AVANT la construction du 1er Temple de Jérusalem. Ils étaient là avant ,
    et c est Salomon qui aurait fait bâtir le Temple en lieu et place de la mosquée !!! Faut oser le dire…
    Tout le judaisme repose sur 5000 ans d histoire, le 1et Temple de Jérusalem, il y a 3 OOO ans, le Christhianisme
    sur plus de 2000 ans, et v la Islam avec ses 1400 ans , qui s amène et revendique tout… ben ma foi pourquoi, vu
    qu’on laisse dire et faire !!! (Goering ! maudit soit il) l’aurais dis, “plus un mensonge est gros, plus il passe “”.
    Bref
    A GERBER mes bons Amis.

    • “Plus un mensonge est gros, plus il passe”, c’est vrais que çà fait gerber, mais bon tous ces pays qui se sont laissés corrompre par ce mensonge commence à avoir l’arrière train bien dilaté…..pour le reste je préfère m’en tenir là.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.