Comment le Hezbollah détruit le Liban

Autrefois, le Liban s’appelait « Suisse du Moyen-Orient » ou « Paris du Moyen-Orient », ces jours sont révolus depuis longtemps.

Le Liban traverse actuellement une profonde crise financière et politique et sa population meurt de faim. Ils ne survivent (à peine) que grâce au soutien extérieur de parents ou d’organisations caritatives. Il n’y a plus de travail pour les citoyens qui ne sont pas du Hezbollah. Malgré la crise, le Hezbollah juge nécessaire d’attaquer (via direct ou par procuration) et menacer Israël, et ajoute la menace de guerre avec les citoyens libanais qui ont été enlevés plus d’une fois à cause du Hezbollah

Comment le Liban en est-il arrivé là ? Si vous posez cette question à n’importe quel Libanais, vous entendrez probablement que les politiciens libanais corrompus ont amené le Liban à ce point. Ceci est une réponse standard. En effet, la grande majorité des hommes politiques libanais sont corrompus. Ou même très probablement, tout le monde est corrompu dans une certaine mesure. L’économie libanaise repose fortement sur le parrainage et les contributions de la France et des États-Unis, ses peuples musulmans du monde entier ne viendront pas vraiment à son aide en cas de besoin.

Le Hezbollah est un parti libanais et une organisation terroriste créée par l’Iran au début des années 1980 en réponse à l’invasion israélienne du sud du Liban, qui a commencé en juin 1982 en raison de la prolifération des nids terroristes dans le sud du Liban et s’est terminée en juin 1985.

Mais après le retrait d’Israël, le Hezbollah n’a fait que se renforcer et il a continué à utiliser Israël comme justification de son existence. En juillet 2006, il a provoqué une autre guerre avec Israël, tuant des centaines de civils libanais et causant des dégâts considérables à l’économie et à l’industrie du tourisme libanaises. Depuis lors, il a continué à menacer Israël à chaque occasion. Récemment, alors que le Liban mourait de faim, le Hezbollah a tiré des roquettes sur Israël, provoquant la colère de certains habitants du village libanais (druze).

Le Hezbollah est maintenant défini comme une organisation terroriste militaire, c’est une organisation énorme et une force régionale forte qui agite partout dans le monde avec l’aide de Mère Iran.

Le Hezbollah est une organisation criminelle internationale qui a commencé ses activités criminelles dans les années 1980. Il est fortement impliqué dans le trafic de drogue, la traite des êtres humains, le blanchiment d’argent, la cybercriminalité et d’autres activités criminelles, en collaboration avec les cartels de la drogue en Amérique latine et d’autres criminels du monde entier. Des drogues interdites commercialisées par le Hezbollah ont été saisies en Égypte, en Grèce, en Jordanie, en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et en Italie, le trafic de drogue est payant pour le Hezbollah car son commerce continue de toute façon et devient de plus en plus sophistiqué. L’activité criminelle internationale du Hezbollah a également atteint le Canada, que le Hezbollah a déjà utilisé comme base d’action contre les États-Unis. Les activités criminelles du Hezbollah comprennent également des menaces et des violences contre les Libanais vivant à l’étranger afin de leur extorquer de l’argent.

On estime que le Hezbollah est responsable d’une série d’assassinats (cette liste n’inclut pas les tentatives d’assassinat) :

  • Février 2005 : Rafik Hariri, Premier ministre du Liban.
  • Juin 2005 : Samir Kassir, journaliste avec une chronique influente dans le journal libanais An Nahar.
  • Décembre 2005 : Gebran Tueni, journaliste libanais et député.
  • Novembre 2006 : Pierre Amine Gemayel, ministre du cabinet.
  • Juin 2007 : Walid Eido, membre du Parlement libanais.
  • Septembre 2007 : Antoine Ghanem, membre du Parlement libanais.
  • Décembre 2007 : Michel Suleiman, général de l’armée libanaise.
  • Janvier 2008 : Wissam Eid, ingénieur informaticien et chercheur principal en terrorisme au sein des Forces de sécurité intérieure libanaises.
  • Octobre 2012 : Wissam al-Hassan, chef de la Branche d’information des Forces de sécurité intérieure libanaises.
  • Décembre 2013 : Mohamad Chatah, ancien responsable du gouvernement libanais.
  • 2017 : Joseph Skaf, colonel de l’armée libanaise.
  • Mars 2020 : Antoine al-Hayek, membre des forces de sécurité libanaises à la retraite.
  • Juillet 2020 : Hisham al-Hashimi, conseiller antiterroriste du Premier ministre irakien.
  • Décembre 2020 : Joseph Bejjani, ancien photographe de l’armée libanaise.
  • Décembre 2020 : Mounir Abu Rjeily, un douanier libanais.
  • Février 2021 : Lokman Slim, un éminent journaliste libanais.

Le Hezbollah se présente comme l’ennemi de la corruption dans la politique libanaise, mais il possède le parti le plus corrompu du Liban. Dans le cadre du système de corruption libanais, le Hezbollah est en partie responsable de l’effondrement économique du Liban, mais son influence est beaucoup plus prononcée que celle des autres partis politiques car contrairement aux autres partis politiques, le Hezbollah a sa propre armée et par conséquent une énorme influence sur la politique libanaise. La corruption du Hezbollah concerne le système financier libanais, les transports et la santé dont il détourne des fonds. Rien ne se passe dans la politique libanaise sans l’approbation du Hezbollah, et le Hezbollah s’oppose à toute réforme pouvant aider le Liban à se relever.

L’effondrement du Liban n’aurait pas dû surprendre ceux qui ont observé le comportement du Hezbollah au cours des quatre dernières décennies. Il y a eu de nombreux avertissements, au premier rang desquels l’énorme explosion dans le port de Beyrouth en août 2020, puis John Daniel Davidson a écrit : « S’il y a un groupe qui porte la responsabilité principale de la situation au Liban qui a conduit à l’explosion à Beyrouth, c’est le Hezbollah ».

Baria Alamuddin, journaliste et animatrice primée au Moyen-Orient et en Grande-Bretagne, a écrit en décembre 2020 : « J’ai toujours été fière d’être Libanaise, mais aujourd’hui, c’est une source de honte intense alors que le monde voit notre belle nation kidnappée par Corruption du Hezbollah, crime et terrorisme. »

Mais non seulement l’effondrement du Liban est la faute du Hezbollah, mais c’était aussi son objectif que, comme l’écrivait Avi Issacharoff, « plus le pays est faible, plus il sera facile d’influencer et de contrôler ce qui s’y passe ». Le Hezbollah, avec l’aide de l’Iran et ses formidables profits tirés d’activités criminelles, peut désormais contrôler le Liban plus que jamais, et fournir ses propres services sociaux et établissements de santé pour gagner la confiance et le soutien d’une population libanaise épuisée et effrayée.

Comme un cancer qui affaiblit et finit par tuer son corps, le Hezbollah a lentement détruit le Liban et a rendu ses institutions vides de sens. Le milliardaire libanais Najib Mikati tente toujours de former un gouvernement, un mois après qu’on lui en ait confié la tâche. Avant lui, Saad Hariri a tenté pendant neuf mois d’accomplir la même tâche mais a échoué. Avec une renonciation, Hariri a qualifié ce moment de « moment de vérité », mais quelle vérité ? La vérité est-elle que former un gouvernement n’est plus important parce que le pouvoir est toujours entre les mains du Hezbollah ? Hariri aurait probablement dit la vérité s’il n’avait pas eu peur d’accepter le sort de son père.

L’effondrement du pays semble plus proche que jamais, pénuries de nourriture, de matériel médical, d’eau, d’électricité, de carburant La recette de la destruction du Liban a déjà été préparée et mise en œuvre par le Hezbollah.

Ce n’est pas pour rien que le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré la semaine dernière qu’il importerait du carburant d’Iran, et hélas pour les États-Unis et Israël s’ils faisaient quoi que ce soit au pétrolier. Il a également prononcé cette phrase dans le bunker mais a mis les citoyens libanais au premier plan dans un moment d’escalade.

Le cancer iranien a amené le cancer du Hezbollah qui a été abandonné partout où il est passé. Faire baisser les métastases c’est bien mais ça ne déracine pas la maladie elle-même.

  

Sources : timesofisrael, yalibnan

1 COMMENTAIRE

  1. Enfin un article réaliste et objectif sur la situation du Liban !
    Vous sera -t- il possible d’en envoyer un exemplaire à Manu 1er et aux responsables du Gay d’Orsay ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.