Jon Stewart et Christiane Amanpour utilisent leur interview quotidienne pour brouiller l’image d’Israël

Chaïm Lax

Dans un récent épisode du Daily Show, Jon Stewart a accueilli Christiane Amanpour, présentatrice et présentatrice de CNN, pour discuter de la guerre en cours à Gaza entre Israël et le Hamas.

Même si les deux personnalités chevronnées de la télévision avaient des points de vue intéressants sur le conflit en cours, notamment sur le rôle des États arabes et sur la diversité politique de la société israélienne, les remarques de Stewart et d’Amanpour étaient entachées d’affirmations et de commentaires qui constituaient soit de pures distorsions de la vérité ou manquant de nuances appropriées.

Ensemble, ces affirmations problématiques pourraient contribuer à créer un récit fictif décrivant Israël comme l’agresseur clé dans une guerre particulièrement destructrice, éliminant la responsabilité inhérente des autres acteurs régionaux.

Voici quelques-unes des affirmations et commentaires problématiques formulés par Jon Stewart et Christiane Amanpour qui contribuent à créer une telle image fausse de la guerre:

  • En réponse à la boutade de Jon Stewart selon laquelle « il y a des journalistes sur le terrain [à Gaza], ils sont en train d’être tués », Christiane Amanpour répond que, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), près de 100 professionnels des médias et journalistes « ont été tué… à Gaza, en Cisjordanie et au Liban en six mois.
    Cependant, Amanpour oublie le fait que cette statistique inclut les journalistes israéliens et que, même selon les propres archives du CPJ, un nombre important de journalistes tués à Gaza étaient affiliés au Hamas, au Jihad islamique et à d’autres organisations terroristes.
  • Amanpour évoque une « loi terrible » qui vise à « chasser toute organisation de Gaza, y compris Al Jazeera ». Il s’agit d’une déformation d’une loi récemment approuvée par la Knesset (Parlement israélien), qui autorise le gouvernement à fermer temporairement les bureaux israéliens des médias étrangers considérés comme une menace pour la sécurité nationale israélienne pendant la guerre. La loi n’aura aucun impact sur les journalistes à Gaza.
  • Amanpour attribue à Al Jazeera « le mérite d’avoir tenté de dire la vérité dans cette guerre », ignorant le fait qu’il s’agit d’un média dirigé par le régime autoritaire du Qatar, qu’il a des liens connus avec le Hamas et qu’il a été un fournisseur de fausses informations. des nouvelles sur la conduite d’Israël pendant la guerre.
  • Christiane Amanpour affirme que le processus de paix d’Oslo « a échoué parce que les personnes responsables de sa mise en œuvre ne l’ont pas fait et l’ont en fait saboté », rejetant apparemment la faute sur Israël et les Palestiniens. Cependant, en réalité, le président américain de l’époque, Bill Clinton, a déclaré que c’étaient les dirigeants palestiniens sous Yasser Arafat qui étaient le facteur clé du « sabotage » du processus de paix en s’éloignant des négociations et en déclenchant la violente Seconde Intifada.
  • En ce qui concerne l’affirmation d’Israël de poursuivre la guerre jusqu’à ce que le Hamas soit détruit, Jon Stewart demande rhétoriquement : « Alors, vous allez tuer tout le monde ? Cela implique qu’Israël tue sans discernement des Palestiniens et détruit Gaza dans l’espoir d’éliminer le Hamas, plutôt que de faire ce qu’il fait réellement : s’attaquer aux cibles du Hamas profondément ancrées dans la population civile de Gaza, afin d’améliorer la vie des Israéliens et des Palestiniens qui ont souffert de l’organisation terroriste.
  • À un moment donné de l’interview, Amanpour trace une ligne entre la réaction américaine à la guerre à Gaza et sa réaction au génocide rwandais, comparant implicitement la guerre défensive d’Israël contre le terrorisme au nettoyage ethnique d’une population minoritaire.
  • Plus tard, Amanpour affirme que « pour le moment, le gouvernement israélien ne veut rien de tout cela. Il ne veut pas de l’ONU, il ne veut pas des pays arabes.» Malgré cette image d’insouciance et d’intransigeance israélienne, l’affirmation d’Amanpour est démentie par le fait que les responsables israéliens ont exprimé une certaine ouverture à l’égard de certains pays arabes qui assurent l’ordre et aident à administrer l’aide humanitaire et les services civils à Gaza.
  • Vers la fin de l’interview, Stewart se demande pourquoi la guerre entre Israël et le Hamas n’est « pas la priorité absolue » et « pas la seule session qui se déroule à l’ONU ». Dans sa formulation de la question, Stewart exagère l’importance de la guerre à Gaza, la présentant comme un conflit unique méritant une attention excessive plutôt que comme l’un des nombreux conflits qui ravagent actuellement le monde.
  • Peu de temps après, Stewart affirme que le nombre d’enfants tués à Gaza (« plus de 10 000 ») est sans précédent et qu’il n’a jamais « entendu parler d’une chose pareille ». Non seulement Stewart ignore le fait que la liste des enfants tués par le Hamas est très contestée , mais il fait une fois de plus de la guerre à Gaza un phénomène unique qui mérite une attention particulière et ignore le nombre élevé d’enfants tués dans d’autres conflits, comme celui de Gaza. Guerre civile syrienne (30 000 enfants tués) et guerre civile au Yémen (au moins 11 000 enfants tués ou blessés).
    En émaillant leur conversation d’affirmations sans fondement et d’affirmations hors contexte sur la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza, Jon Stewart et Christiane Amanpour créent subtilement une fausse image dans l’esprit du public qui présente Israël comme l’agresseur et enlève l’essentiel de la responsabilité au Hamas. .

Compte tenu de la puissante influence qu’exercent Stewart et Amanpour sur l’opinion publique américaine, cette image négative de la conduite d’Israël n’est pas seulement un mauvais journalisme, c’est aussi un puissant outil de propagande qui peut être utilisé pour affaiblir la lutte d’Israël contre le terrorisme et renforcer la possibilité d’une survie du Hamas.

JForum.fr avec honestreporting.com
Chaïm Lax
Chaïm Lax
Originaire de Toronto, au Canada, Chaim a déménagé en Israël en 2018. Il est titulaire d’un baccalauréat (avec distinction) en sciences politiques et en histoire de l’Université York ainsi que d’une maîtrise en études israéliennes de la Rothberg International School de l’Université hébraïque. Avant de rejoindre HonestReporting, Chaim a travaillé avec diverses organisations de défense d’Israël au Canada et en Israël.
.

Crédits photos :

– Jim Greenhill via Flickr ;

– Captures d’écran de Youtube.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pauliltique

La presse semble unanime pour salir Israel. Serait elle subventionnée par la Qatar?

KIGEM

SI ELLE AVAIT ÉTÉ LA SEULE À SALIR ISRAEL CELA AURAIT SUFFISANT »DAYENOU »