Cimetière juif profané: “Un coup de poignard” (J-L Debré)

5
591

Profanation du cimetière juif de Westhoffen : “Un coup de poignard” pour Jean-Louis Debré

Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass
 
 
 
 
 
 
La colère et l’indignation de Jean-Louis Debré, l’ancien président du Conseil constitutionnel dont la famille est enterrée dans le cimetière juif de Westhoffen (Bas-Rhin). Mardi, 107 tombes de ce cimetière ont été taguées de croix gammées.
 
Des croix gammées ont été découvertes mardi sur 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen, près de Strasbourg. Ce cimetière accueille plusieurs tombes des familles de l’ancien président du Conseil Léon Blum et de Jean-Louis Debré.

L’ex-président du Conseil constitutionnel ressent de la “colère devant ses gestes ignobles, scandaleux et révoltant. Il n’y a pas de nom pour qualifier ce qu’ont fait ces personnes. C’est une insulte à la mémoire, une insulte à ces femmes et à ces hommes qui ont honoré la France et sont enterrés à Westhoffen“.

Ce qui s’est passé est un coup de poignard, j’ai honte et j’ai vraiment envie de pleurer” – Jean-Louis Debré

Indigné, Jean-Louis Debré s’interroge : “Comment aujourd’hui on peut dessiner des croix gammées sur des tombes, comment est-ce qu’on peut ignorer le passé, comment est-ce qu’on peut souhaiter le retour à cette époque où les juifs ont été exterminés“.

Toute la famille de Jean-Louis Debré est enterrée dans ce cimetière alsacien. L’ancien ministre raconte au micro de France Bleu Alsace qu’en 1995, au moment où son père, Michel Debré, ancien Premier ministre du général de Gaulle et père de la Constitution de la Ve République, allait mourir, il l’a fait venir et il lui a dit : “Quand le maire de Westhoffen te demandera quelque chose pour le village, tu lui obtiendras, car c’est de là que tout est parti pour notre famille“.

www.francebleu.fr

 

Vive émotion de Jean-Louis Debré : des tombes de sa famille ont été profanées

« JE RESSENS UNE GRANDE COLÈRE »

Pauline Laforgue | mercredi 4 décembre 2019 à 16h53

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 3 décembre, des tombes ont été profanées dans le petit cimetière juif de Westhoffen, en Alsace. Une attaque antisémite, à laquelle Jean-Louis Debré a vivement réagi auprès du Point, et ce, parce que plusieurs tombes de membres de sa famille se trouvent parmi les 107 qui ont été taguées.

Un acte “terrible”. Mardi 3 décembre, 107 stèles tombales ont été profanées à Westhoffen, en Alsace. Comme pour les tombes profanées à Herrlisheim en 2018, puis à Quatzenheim plus tôt dans l’année, on retrouve dans le cimetière de ce petit village du Bas Rhin, des croix gammées taguées à la bombe aérosol noire, mais aussi, le chiffre 14, en référence aux 14 mots qui composent les slogans de David Lane, suprémaciste blanc.

Une nouvelle attaque antisémite, qui touche de près Jean-Louis Debré. Car comme le révèle l’ancien président de l’Assemblée nationale et ami de Jacques Chirac au Point mercredi 4 décembre, parmi les tombes profanées, se trouvent celles de certains membres de sa famille.

“Ce qui vient de se passer dans le petit cimetière juif de Westhoffen, où je vais souvent, où des tombes portant le nom de Debré ont été marquées de croix gammées, est un acte pour moi terrible car c’est la négation du passé, lance ainsi l’ancien ministre dans une interview accordée à nos confrères.

Très attaché à ses racines juives, Jean-Louis Debré, qui a publié en octobre dernier Une histoire de famille, un livre sur ses ancêtres, précise qu’en écrivant son ouvrage, il a “découvert que plus d’une dizaine de membres de [sa] famille n’étaient pas revenus d’Auschwitz, directement ou indirectement”. De quoi le faire sortir de ses gonds face à de tels actes.

“Je ressens une grande colère contre ces personnes qui oublient, en dessinant des croix gammées, ce qu’a été cette période de l’histoire pour des êtres humains”, explique-t-il.

S’il n’est pas originaire du petit village alsacien, Jean-Louis Debré précise avoir en lui “des cellules de Westhoffen” où “l’histoire de sa famille a commencé”, si bien qu’il s’est rendu avec Christophe Castaner sur place mercredi 4 décembre.

Et ce, avant de participer avec sa famille, le 18 décembre prochain, à une cérémonie privée. “Ce que nous voulons, ce n’est pas seulement nous souvenir de nos parents ou grands-parents, mais nous recueillir pour toutes les familles dont les tombes ont été marquées. Ce cimetière, ce village, j’y allais avec mon père, j’y ai emmené mes enfants, pour ne jamais oublier qui nous sommes, précise ainsi l’ami de Jacques Chirac, qui a accompagné l’ancien chef de l’Etat jusqu’au bout, même si Bernadette Chirac a selon lui, tout fait pour les éloigner.

www.gala.fr

5 COMMENTS

  1. et j’ajouterais que c’est d’autant plus remarquable quand on voit 127 juifs signer une pétition contre la motion assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme ; cherchez l’erreur!!!

  2. traiter Jean Louis Debré de renégat alors qu’il n’a qu’un grand père juif et que du point de vue religieux il est chrétien est ridicule; au contraire c’est tout à son honneur de ne pas renier ses origines et même d’essayer de transmettre ce souvenir à ses propres enfants , de se préoccuper de ce cimetière symbole de la mémoire familiale

  3. Ce genre d’evenement Sert à lui rappelé que jamais les juifs ne seront autre chose que des juifs
    Lui le juif de court et renegat

  4. il est en train de téchouver 😆

    ce ne sont pas ses frères qui clament leur judéité aussi sinçèrement

    des quatre frères, ilest mon préféré

    par contre le Bernard ( son jumeau) qui fut longtemps le patron du service d’ Urologie a Cochin(pavillon Albaran) je lui garde une rancune féroce, il a cru bon d’ aider un urologue inconnu a lui succèder a la tête du servie

    alors que le médecin-chirurgien qui fut son adjoint, pendant des années, a été écarté

    peut etre parce que ce N° 2 est Juif ?? et urologue de talent ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.