Biden met en péril la sécurité d'Israël.

Biden met en péril les progrès de Trump au Moyen-Orient et la sécurité de l’Etat Juif.

La détermination de l’administration Biden à relancer la doctrine du président Obama au Moyen-Orient ‒ qui a échoué la première fois ‒ met en danger la sécurité du Moyen Orient. Pire encore, cette répétition d’erreurs passées menace d’annuler les progrès importants, quoique provisoires, réalisés par l’administration Trump dans la région, faisant le contraire de son prédécesseur.

Plutôt que de courtiser le régime iranien, le président Trump considérait l’ennemi iranien numéro un au Moyen-Orient. M. Trump a abrogé l’accord nucléaire du Président Obama avec l’Iran parce qu’il permettrait à l’Iran de franchir plus facilement le seuil nucléaire même si les Iraniens s’y conformaient. Cela dépendait, pour vérification, d’une bonne volonté iranienne qui n’existait pas. Il a subventionné l’agression iranienne en levant les sanctions et dépendait du Conseil de sécurité de l’ONU pour réimposer les sanctions si des violations iraniennes étaient détectées.

L’accord de M. Obama avec l’Iran n’a pas non plus réussi à endiguer les menaces de l’Iran contre Israël et la campagne de l’Iran pour inciter à la violence sectaire dans tout le Moyen-Orient par l’intermédiaire de ses mandataires en Syrie, au Liban et au Yémen. L’accord nucléaire d’Obama n’a pas empêché le programme florissant de missiles balistiques de l’Iran de menacer les alliés américains tant au Moyen-Orient qu’en Europe.

Obama à l’arrière de Biden.

La réimposition par le président Trump de sanctions primaires et la menace de sanctions secondaires ont paralysé l’économie iranienne, réduisant la capacité du régime à fomenter le chaos au-delà des frontières iraniennes. La décision de M. Trump – et, n’oublions pas, du Congrès – de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem, emblématique d’une politique plus large d’embrasser les États-Unis plutôt que de se distancer, a renforcé notre crédibilité à l’échelle mondiale. Contrairement aux prédictions des experts régionaux du Moyen-Orient, la répudiation par Trump de l’équivalence morale entre Israël et ses ennemis s’est heurtée à l’émergence d’une coalition régionale, avec Israël, l’Égypte et l’Arabie saoudite comme axes, pour contenir l’Iran.

Trump a réussi à accomplir tout cela sans impliquer les États-Unis dans un autre conflit qui aurait minimisé son objectif depuis longtemps de consacrer une énergie et une attention primaires à l’Indo-Pacifique. L’émergence des États-Unis en tant que superpuissance énergétique a également réduit notre exposition aux conflits que notre dépendance énergétique vis-à-vis du Moyen-Orient avait jusqu’à présent nécessités.

Le président Biden court le risque de gâcher tous les progrès de l’administration Trump. Sa stratégie est de faire ce que le Président Obama a fait, en espérant des résultats différents. M. Biden signale une volonté de rejoindre l’accord nucléaire iranien aux conditions de l’Iran, c’est-à-dire sans changement significatif des termes, un allégement rapide et significatif des sanctions, sans aucun changement de politique étrangère – ou interne – de l’Iran. Biden estime que la relance de l’accord avec l’Iran pourrait ouvrir la voie à la transformation de l’Iran d’adversaire en partenaire, de la même manière que le président Nixon a tenté de faire avec les communistes en Chine. C’est une analogie que Kissinger a constamment qualifiée de fausse et dangereuse.

La conciliation de l’administration Biden avec l’Iran va au-delà du programme nucléaire iranien. Présentant le rapport 2020 du Département d’État sur les droits de l’homme, le secrétaire Blinken a qualifié l’Arabie saoudite de violeur majeur, tout en omettant de mentionner que le régime iranien est au moins aussi mauvais, voire pire. Le rétablissement de l’aide aux Arabes palestiniens par le président Biden, tout en tournant le dos au Premier ministre Netanyahou et en rejetant les appels israéliens sur le danger de l’accord avec l’Iran, signale la tendance de l’administration à distancer les États-Unis et Israël, un autre élément défectueux de la doctrine Obama. La répétition par Biden des stratégies malavisées d’Obama au Moyen-Orient conduira à l’opposé de ce que l’administration entend:

Un Iran enhardi, une course aux armements nucléaires dans la région la plus instable du monde, un Israël en danger et une pression sur les pays occidentaux pour qu’ils concluent de mauvais accords avec les tyrans du Moyen-Orient, car le Green New Deal met en danger notre capacité en tant que superpuissance énergétique. Attendez-vous à ce que le chaos et l’érosion de la crédibilité américaine au Moyen-Orient aient des ramifications négatives ailleurs, en particulier dans les calculs de Xi Jinping et de Vladimir Poutine sur la question de savoir si les États-Unis ont la force et la prévoyance pour résister à leurs ambitions.

Pendant ce temps, nos alliés et collaborateurs du Moyen-Orient pleureront la défaite de M. Trump alors qu’ils aspirent à une victoire républicaine à l’élection présidentielle de 2024 qui offre la meilleure opportunité de renverser le cours dangereux de l’administration Biden.

JForum ‒ Infos Israel-news

5 Commentaires

  1. HACHEM n’est pas un Dictateur ! il a créé une humanité avec un cerveau et une conscience , il a choisi son Peuple qui lui tourne le dos ….celui-ci sera t-il cet ange déchu qui se croit plus fort …. alors je crains pour le Peuple d’ ISRAEL !!!

  2. « Éliminer Biden et Harris c’est la seule solution avant l’irréversibilité de la situation qui mettait effectivement Israël en danger »… et pas qu’Israël non plus.

  3. JE ME DEMANDE TOUS LES JOURS POURQUOI LES BLANCS NE SE REVOLTENT PAS ET COMMENT ILS FONT POUR ACCEPTER D’ETRE GOUVERNES PAR LE TRIO DE BRANQUIGNOLS HARRIS,BIDEN ET OBAMA !!!!!!ESPERONS QUE HACHEM VA REPRENDRE LA MAIN !!!!!!!!

  4. Éliminer Biden et Harris c’est la seule solution avant l’irréversibilité de la situation qui mettait effectivement Israël en danger
    Ce sont des gens incompétents et inconscients qui recommencent la politique islamique et pro iranienne d’Obama qui durant ses mandats a fait rentrer plus de 10 millions d’arabes aux USA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.