Après plus de 2 heures 30 de débats, le conseil municipal de Grenoble a validé la modification du règlement intérieur des piscines de Grenoble. Cette modification autorise désormais le port du burkini dans toutes les piscines de la ville.

Le conseil municipal de Grenoble a validé lundi une modification du règlement intérieur des piscines de Grenoble se traduisant par l’autorisation du port du burkini, un sujet qui a suscité une polémique politique nationale. La délibération a été adoptée avec une courte majorité de 29 voix pour, 27 contre et deux abstentions, au terme de 2 heures 30 de débats parfois tendus. Le maire écologiste Eric Piolle a balayé les objections de l’opposition, en invoquant un combat « féministe », de « santé » et de « laïcité » parce que rien n’interdit le port de vêtements religieux dans l’espace public, « y compris à la piscine ». Le règlement intérieur des piscines désormais remanié prévoit que la longueur des maillots ne sera plus limitée, a expliqué l’adjointe aux Sports Céline Mennetrier. Il permettra ainsi aux femmes de se baigner seins nus et à tous les baigneurs de porter un maillot les protégeant du soleil

« Rupture avec les valeurs de notre République »

Le port du burkini était revendiqué par la controversée association Alliance Citoyenne, qui a organisé depuis 2019 plusieurs opérations coup de poing dans les piscines grenobloises pour faire passer son message. Ses membres, rassemblées dans une salle grenobloise, ont assisté à la séance du conseil municipal par retransmission vidéo. Les élus de l’opposition ont quitté le Conseil municipal dès les résultats du Vote connu, Alain Carignon annonçant vouloir faire un recours devant le tribunal administratif. Le président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, a rapidement réagi au vote du conseil municipal, accusant Eric Piolle d' »acter définitivement sa rupture avec la laïcité et les valeurs de notre République ». Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a également annoncé cesser immédiatement toute subvention à la mairie de Grenoble. Ce que le directeur de l’association Alliance citoyenne qui avait lancé une pétition et recueilli 2 500 signatures, Eliez ben Azib, a immédiatement contesté, une collectivité ne pouvant interférer dans les choix d’une autre collectivité, selon lui. Mais il a déclaré préférer se consacrer à savourer la victoire tant attendue. Le préfet de l’Isère, quant à lui, avait fait savoir dimanche soir qu’il saisirait le tribunal administratif de Grenoble, sur instruction du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin pour bloquer la mesure si elle était adoptée. Vu le nombre de procédures annoncées, les juges et avocats n’auront guère le temps d’aller à la piscine, sauf à y porter leur tenue professionnelle qui les protègera du soleil.

JForum – Europe 1- Dauphiné

2 Commentaires

  1. Au moins, ces burkineuses hallalisent la piscine.
    Il faudrait lacher un volée de femmes aux seins nus au milieu de la volaille hallal noire.

  2. Completement schizophrènes!!!
    ils empêchent les hommes de porter des shorts de bain pour des raisons d’hygiène et la ils autorisent de se baigner habillé. Qui contrôle la propreté des « Burkini »?
    On marche sur la tête dans ce pays…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.