Israël récupère une pièce de monnaie frappée par des révoltés juifs lors de la révolte contre la domination romaine

JTA ) – Une pièce d’argent rare frappée par des révoltés juifs contre la domination romaine lors de la Grande Révolte juive il y a près de 2 000 ans (69-73), avait été pillée sur un site archéologique et échangée sur le marché noir. Maintenant, après des années de travail par des enquêteurs américains et israéliens, la pièce retourne en Israël. 
La pièce a fait surface pour la première fois en 2017 lors d’une vente aux enchères à Denver avec une valeur de vente estimée de 500 000 $ à 1 000 000 $, mais avant qu’elle ne puisse être vendue, les forces de l’ordre américaines l’ont saisie. 
Lundi, le bureau du procureur du district de Manhattan a  annoncé qu’après un processus judiciaire de plusieurs années, la pièce avait été remise aux autorités israéliennes lors d’une récente cérémonie de rapatriement. 
Datant de l’an 69 après JC, la pièce est un quart de shekel estampillé de branches de palmier, d’une couronne et du chiffre quatre, marquant la quatrième année de la Grande Révolte.   
La pièce est considérée comme un échantillon extrêmement rare d’une monnaie qui n’a été en circulation que quelques années alors que les Juifs se battaient contre le règne de Rome. Dans l’année qui a suivi la frappe de la pièce, les forces romaines ont pillé et incendié le mont du Temple. La révolte juive a pris fin en 73 après JC avec  la chute de Massada . 
« Des pièces comme celle-ci étaient une déclaration d’indépendance très directe des terres d’Israël », a déclaré Ilan Hadad, chercheur en numismatique et archéologue à l’Autorité israélienne des antiquités,  au New York Times . « Ils les ont fabriqués en grattant les images des empereurs sur les pièces d’argent romaines et en les retamponnant. »
La nouvelle du pillage de la pièce d’un site de la vallée d’Ella est parvenue à l’Autorité des antiquités d’Israël en 2002 par l’intermédiaire d’informateurs. Les enquêteurs sont restés sur la piste de la pièce pendant des années alors qu’elle était passée en contrebande à l’étranger. Finalement, elle a atterri chez des collectionneurs à Londres qui l’ont mis en vente aux enchères à Denver, présentant à la maison de vente aux enchères de faux documents sur l’origine de l’objet. Les autorités n’ont pas nommé les collectionneurs. 
Des milliers de pièces de monnaie juives de la Grande Révolte existent aujourd’hui, mais il n’y a que trois autres pièces d’un quart de shekel connues, ce qui a rendu ce cas de pillage particulièrement important. 
« Nous sommes honorés de rendre le quart de shekel, une pièce extrêmement rare qui a une immense valeur culturelle », a déclaré le procureur du district de Manhattan, Alvin Bragg, dans une déclaration écrite. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.