Véritable gifle pour BDS, la Jordanie autorise la participation d’Israël au fonds d’investissement national

ShowImage (8)

Dans un coup de théâtre sans précédent, le Parlement jordanien, généralement réputé pour ses prises de résolutions israéliennes, a autorisé les entreprises israéliennes à prendre part aux projets gouvernementaux financés par le Fonds d’Investissement Jordanien.

Les députés jordaniens se sont réunis dimanche afin de procéder au vote de la Loi sur le Fonds d’Investissement Jordanien pour 2016. Cette loi est relative aux entreprises qui sont autorisées à participer au projets nationaux administrés par ce fonds d’investissement.

Durant la session parlementaire de la matinée, une majorité des députés a voté contre la participation des entreprises israéliennes à ce fonds, et par là même leur ont interdit de prendre part aux appels d’offres.

Mais, au cours de la session de la soirée, le Parlement a voté à nouveau sur une nouvelle version de cette loi, qui autorise les sociétés israéliennes à participer à ce même fonds. Cette version amendée s’est attirée la majorité des votes, débouchant sur le revirement du Parlement autour de cette résolution controversée.

Ironiquement, en effet, une votante parmi les ardents défenseurs de la nouvelle résolution est un membre féminin du Comité Parlementaire pour la Palestine, qui a fièrement annoncé qu’elle « levait les deux mains en soutien à l’introduction des entreprises israéliennes dans le Fonds d’Investissement ».

Ce changement au sein du Parlement a suscité un certain chaos sur les réseaux sociaux jordaniens, où les militants anti-israéliens ont lancé une campagne contre cette résolution sous le hashtag : « Une opposition jordanienne aux Investissements israéliens ».

L’un des militants a suggéré : « Apparemment, nous devons renoncer aux « représentants » du peuple et aller vers la démocratie directe ». Un autre citoyen jordanien, appelé Khaled Al Ansari, a écrit : « Nous pouvons appeler ces investissements, l »es chèques de l’occupation ».

Lamis Andoni, une auteure jordanienne réputée, a commenté cette résolution sur sa page Facebook : « Alors que les chercheurs, les universitaires et les artistes occidentaux paticipent au mouvement BDS, le Parlement Jordanien renonce à sa décision de ne pas autoriser la participation israélienne au Fonds d’Investissement Jordanien.

« Cela se produit lors de la semaine même durant laquelle nous commémorons le Jour de notre Indépendance, alors que les gens parlent de souveraineté nationale », ajoute Adoni.

Les militants politiques et députés qui ont voté contre la résolution amendée ont pris des photos avec le petit Ahmed Dawabshe, l’enfant palestinien âgé de 5 ans qui a survécu à l’incendie criminel de Duma, qui s’est déroulé en juillet 2015 et qui avait été entraîné à assisté à cette session parlementaire.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. Une leçon d’intelligence venant d’un parlement arabe qui a enfin compris l’importance du dialogue et de l’échange avec le monde Israéliens et plus généralement avec le monde juif

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.