A demonstrator holds up a poster comparing Adolf Hitler's 1933 enabling act with the citizen protection law of German Chancellor Angela Merkel's government as police use a water cannon to disperse protesters demonstrating against measures imposed by the German government to limit the spread of the novel coronavirus, on November 18, 2020 at the Brandenburg Gate in Berlin. - After repeated warnings for the crowd to put on face coverings went unheeded, police said they would take action to clear the protest and "detain violators". Around 5,000 activists massed at the Brandenburg Gate, after the German government banned rallies outside parliament because of fears of violence. The demonstration mirrored similar protests seen across Europe against restrictions opponents see as a violation of their civil rights despite government warnings about the need to stop the spread of infections. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP) (Photo by TOBIAS SCHWARZ/AFP via Getty Images)

Allemagne: la Covid-19 Déclenche une Nouvelle Vague d’Antisémitisme

par Soeren Kern 4 mars 2021

Traduction du texte original: Germany: Covid-19 Triggers New Wave of Anti-Semitism

En 2020, la police allemande a fait état de 2275 délits de haine antisémite – six par jour environ – selon les données préliminaires fournies par le gouvernement fédéral. Soit une hausse de plus de 10% par rapport aux chiffres de 2019 … La police a pu identifier 1367 suspects – mais cinq personnes seulement ont fini par être arrêtées.

Pourquoi si peu d’antisémites ont-ils à subir les conséquences judiciaires de leurs délits, surtout quand les responsables gouvernementaux proclament à qui veut l’entendre que la lutte contre l’antisémitisme est une priorité absolue ? L’explication est qu’il pourrait s’avérer politiquement incorrect d’identifier les vrais suspects.

Il n’est pas impossible que ce soit sur ordre des autorités politiques que la police allemande attribue systématiquement les délits antisémites non résolus à l’extrême droite.

« Pourquoi la majorité des actes antisémites sont-ils systématiquement attribués à des Allemands « de droite » ? Une explication politicienne serait que l’antisémitisme en hausse constante peut être utilisé comme une arme politique « contre la droite » ». Tichys Einblick.

« Nombre d’experts ont protesté contre l’attribution systématique de la majorité des actes antisémites à l’extrême droite, estimant que la police ferait bien de se pencher sur les agissements des organisations islamistes et islamiques » – Die Welt .

« Aujourd’hui, l’antisémitisme n’est pas un phénomène marginal d’extrême droite. Il touche au cœur de notre société. » – Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Mass.

Antisémitisme lié au coronavirus

Le coronavirus a été à l’origine d’un sursaut antisémite en Allemagne en 2020. Des groupes marginaux ont utilisé la pandémie pour accuser les Juifs de complot. De vieilles techniques médiévales de construction d’un bouc émissaire juif ont ainsi resurgi, certains accusant les Juifs d’avoir fabriqué le coronavirus pour étendre leur contrôle sur la planète.

Cet antisémitisme lié au coronavirus s’est donné libre cours sur Internet. Dans son Rapport annuel 2020 sur l’antisémitisme, rendu public le 27 janvier 2021, le ministère israélien des Affaires de la diaspora, s’est livré à une évaluation complète de l’antisémitisme lié au coronavirus en Allemagne :

« En 2020, 42 300 posts rédigées par 11 240 utilisateurs ont été classées comme antisémites par l’ACMS [système de cyber-surveillance de l’antisémitisme]. Les posts se sont répartis comme suit : le nouvel antisémitisme [antisionisme et critique du gouvernement israélien] et l’antisémitisme classique [diabolisation des juifs, théories du complot juif et appel à la violence explicite contre les juifs] ont fait jeu égal avec respectivement 39,1% des posts et 40,5% des posts. La négation de l’Holocauste et la distorsion des faits à son propos ont représenté 20,4% … des expressions de haine contre les Juif

« Les posts qui banalisent l’Holocauste et ceux qui accusent les Juifs d’être à l’origine de la Covid-19 sont en augmentation depuis mars. Les contenus antisémites type illustrent différentes formes de théories du complot et 53,4% d’entre eux reprennent des messages antisémites classiques …

« De vieux codes antisémites à peine modifiés ont resurgi pour stigmatiser « l’influence » que les Juifs exercent sur la marche du monde et les énormes profits qu’ils empochent grâce aux vaccins. Comme il se doit, ils ont été accusés de prendre le contrôle de l’économie mondiale et d’assoir ensuite leur domination sur la planète …

« Des personnalités juives bien connues comme la famille Rothschild ou George Soros ont été cités comme soutiens, cerveaux ou profiteurs de la pandémie en raison de leur influence présumée sur l’industrie pharmaceutique.

« Les antivaccins comparent également les centres de vaccination à Auschwitz, et affirment que la police met en place une dictature et que tous ceux qui refusent le vaccin iront en camp de concentration … »

Les contestations liées au coronavirus

Comme ailleurs en Europe, le gouvernement fédéral et les pouvoirs locaux en Allemagne ont tenté d’enrayer la pandémie à l’aide de confinements, couvre feux et autres restrictions de déplacements pour les personnes. L’imposition de mesures étendues de distanciation sociale ont généré une grande détresse économique et financière, et sont à l’origine d’importantes manifestations antigouvernementales.

Les Allemands opposés aux confinements ont surgi de tous les horizons politiques : ils n’étaient ni de gauche ni de droite, mais représentaient un bon échantillon de toutes les personnes soucieuses de liberté d’expression et de liberté de réunion qui entendent défendre les libertés civiles contre des mesures gouvernementales répressives.

Nombre de manifestations ont été organisées par un petit mouvement dont la popularité va croissant appelé Querdenker (« Pensées hors-pistes » ou « Penseurs hors codes ») qui s’oppose à la « dictature Merkill Corona » de la chancelière Angela Merkel.

Querdenker a été fondé par Michael Ballweg, un fabricant de logiciels de Stuttgart, pour obliger le gouvernement Merkel a lever les restrictions liées au coronavirus sur la base du respect des droits constitutionnels fondamentaux. Son manifeste déclare :

« Nous insistons sur les 20 premiers articles de notre constitution : droits de l’homme ; droits individuels ; liberté de croyance et de conscience ; liberté d’opinion ; liberté de réunion ; liberté de mouvement. Nous sommes non partisans et n’excluons aucune opinion.

Le mouvement compte désormais 70 sections à travers l’Allemagne et a organisé plus de 100 manifestations contre le coronavirus qui auraient attiré au moins 100 000 personnes.

L’une des plus grandes manifestations de Querdenker a eu lieu à Berlin le 29 août 2020. Pas moins de 40 000 personnes – libertaires, constitutionnalistes, verts, ésotériques, naturopathes, militants LGBT, négationnistes de la pandémie, militants antivaccins et anti-masque, familles avec enfants… – se sont rassemblées pour protester contre les politiques gouvernementales liées à la lutte contre le coronavirus. Mais plusieurs manifestations ont fini en émeutes parce qu’elles avaient été infiltrées par plusieurs centaines d’agitateurs d’extrême droite agitant des drapeaux nazis.

Depuis lors, chacun de ces rassemblements a donné lieu à des dizaines d’incidents antisémites. Certains manifestants sont apparus portant des t-shirts ornés d’une étoile jaune de type nazie dans lesquels le mot « juif » a été remplacé par « non vacciné ». D’autres arboraient des panneaux sur lesquels on pouvait lire « La vaccination rend libre », une référence au slogan « Le travail rend libre » qui ornait l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz. Certains ont évoqué la « solution finale de la question Corona » ainsi que la « vaccination à Dachau ».

Nombre de manifestants ont banalisé l’Holocauste en se comparant aux Juifs persécutés par les nazis et d’autres se sont présenté comme des résistants opposés à un gouvernement prétendument antidémocratique. D’autres protestataires ont comparé les confinements sanitaires aux camps de prisonniers de l’époque nazie. Il en est même qui ont affirmé qu’ayant expérimenté le confinement, ils savaient désormais ce qu’Anne Frank avait pu ressentir.

« Ils banalisent la Shoah quand ils comparant les mesures prises contre la pandémie à l’Holocauste », a regretté Alexander Rasumny de RIAS. « Ce phénomène est très blessant pour tous les gens qui ont eu à souffrir de la Shoah, en fait pour tous les juifs. »

Voyant les théories du complot resurgir à l’occasion de la pandémie, le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a admis que « aujourd’hui, l’antisémitisme n’est pas un phénomène marginal confiné à l’extrême droite. Il touche au cœur de notre société. »

Le commissaire à l’antisémitisme du gouvernement allemand, Felix Klein, a lui aussi tiré le signal d’alarme : la pandémie fertilise une agitation anti-juive a-t-il expliqué.

« Malheureusement, les Juifs et Israël sont immédiatement devenus une cible. Le discours de haine antisémite se répand rapidement sur Internet, notamment sur les plateformes de réseaux sociaux.

« On entend parler d’un contrôle juif sur l’économie mondiale, des bénéfices juifs concernant un éventuel vaccin, d’armes biologiques développées par Israël, ou d’une tentative juive de réduire la population mondiale. Les formes d’antisémitisme les plus grossières éclosent au grand jour.

« Le passé a apporté une preuve tragique que les mots peuvent devenir des actes. Chaque individu est ici interpellé en intervenant et en signalant des diffamations antisémites aux opérateurs de la plateforme. »

La ministre de la Justice, Christine Lambrecht, a annoncé une action plus intensive contre les déclarations anti-juives sur Internet. « Nous allons pousser les plateformes en ligne à prendre leur part de responsabilité. Elles ne doivent pas permettre qu’on les utilise pour agiter et lancer des théories du complot ».

Pendant ce temps, l’analyste allemand Stefan Frank a mis en lumière le rôle des médias de gauche qui, en Allemagne et ailleurs, ont joué un rôle dans la promotion de thèmes anti-israéliens et antisionistes liés à la pandémie :

« Les activistes anti-israéliens font campagne dans les médias pour propager des fake news selon lesquelles les Palestiniens ne reçoivent pas de vaccins par la faute d’Israël. Ce n’est pas seulement l’Associated Press ou la ZDF (télévision publique allemande) qui sont à blâmer. Nombre d’autres médias sont impliqués….

« Ce phénomène n’indique pas seulement une aversion générale pour Israël, il révèle aussi une stratégie consciente de ne jamais rien rapporter de positif sur Israël. Si les vaccinations ont commencé en Israël, les lecteurs pourraient avoir l’idée que c’est une bonne chose. C’est pourquoi le message doit être transformé en son contraire en omettant les informations pertinentes, en les déformant et en mentant. »

Soeren Kern est Senior Fellow au Gatestone Institute de New York.

Photo : le 18 novembre 2020, à Berlin, alors que la police disperse une manifestation contre les mesures gouvernementales visant à limiter la propagation du coronavirus, un manifestant brandit une analogie entre la loi sur la protection des citoyens du gouvernement Merkel et le décret de 1933 pour la protection du peuple et de l’État qui attribue les pleins pouvoirs à Adolf Hitler. (Photo par Tobias Schwarz / AFP via Getty Images)

1 COMMENTAIRE

  1. Chassez le naturel il revient au grand galop
    Mais ici comme dans toute l’Europe là où les arabes arrivent l’anti judaïsme et l’anti Israël resurgissent
    La parole est libéré et les nazis c’est à dire les chrétiens allemands qui n’osaient pas peuvent enfin clamer de mort aux juifs
    Ils ont attendu 75 ans es nazis et tous ces allemands sans scrupules voleurs, violeurs, tueurs, assassins et surtout peuple sanguinaire dé -civilisé qui a voulu faire disparaître tout le peuple juif dans des chambres à gaz après lesavoir raflés avec la collaboration des européens la France surtout et les autrescomme la Hollande ou la Pologne ou l’Ukraine…via des camps puis des trains pour arriver dans des camps d’extermination
    Tout le monde savait mais silence
    Quellequbaine on va tuer tous les juifd et s’approprier leurs biens
    Alors fermons nos frontières comme disait Roosevelt parfaitement au courant parson ambassadeur depuis 1933-36 où Le Pape PieXIi ce sqlopard de chrétien qui s’est tu sauf en 1945 pour laisser fuir à travers les couvents et monastères les nazisvers les pays arabes ou d’Amérique latine
    Et voile 1, 5 million de syriens réfugiés qui arrivent en Allemagne et peu de temps après l’islamonazi est de nouveau comme en39-45 avec le muphti naziet Hiler , l’alliance antijuive renaît après avoir été silencieux contre tous les crimes dénoncés contre les allemands
    Alors avec les arabes agissons et c’est la renaissance
    Merci Merkel allemande ce l’Est jamais denazifie par les communistes allemands de la RDA avec sa Stasi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.