Trois moutons égorgés dans la rue à Niort pour la fête de l’Aïd el-Kebir : deux hommes mis en cause.

Ce samedi midi 9 juillet 2022, dans le quartier de la Tour-Chabot à Niort en Deux-Sèvres, ​les policiers niortais ont mis fin à un rassemblement au cours duquel trois moutons ont été abattus en pleine rue, à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Kebir.

Les trois ovins ont été tués et dépecés dans le quartier de la Tour-Chabot, peu avant midi, samedi 9 juillet 2022, lors d’un abattage rituel musulman, pour la fête de l’Aïd el-Kébir. Les deux supposés « bouchers » seront convoqués au commissariat.
C’est rue George-Méliès, à Niort, que la police a mis fin à un rassemblement d’une douzaine de personnes,  samedi 9 juillet 2022, à 11 h 15, alors qu’elles assistaient à l’abattage de moutons pour la fête religieuse musulmane de l’Aïd el-Kébir, qui se déroule du 8 au 12 juillet.
Trois bêtes ont été tuées et dépecées, selon les constatations des forces de l’ordre, et une quatrième s’apprêtait à subir le même sort quand l’intervention a eu lieu. Deux hommes portant des couteaux et étant suspectés d’avoir abattu les bêtes ont été convoqués au commissariat.
Selon la loi l’abattage rituel doit s’effectuer dans un abattoir agréé, aux termes de l’article L237-2 du code rural et de la pêche maritime. Y contrevenir constitue un délit passible de six mois d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende.
Sur place, les services de la ville ont rapidement procédé au nettoyage des lieux.

L’Aïd el-Kébir est une fête religieuse importante pour les musulmans. Elle occasionne chaque année l’abattage de 100.000 moutons en France.

La fête traditionnelle musulmane de l’Aïd el-Kebir a tourné court, ce samedi 9 juillet, dans le quartier de la Tour-Chabot à Niort. Vers 12 heures, le commissariat de police a reçu des appels de riverains de la rue Georges-Méliès surpris de voir au moins de trois moutons égorgés au beau milieu du quartier, dans le cadre d’un rassemblement.
Sur place, les policiers ont relevé l’infraction, ainsi que l’identité de deux hommes suspectés d’avoir découpé les animaux. Des agents de la Ville de Niort sont également intervenus pour nettoyer les lieux.
Une enquête est ouverte. Les deux mis en cause seront convoqués très prochainement au commissariat. Ils encourent des poursuites allant jusqu’à six mois de prison et/ou de 15 000 € d’amende maximum.

Un délit

Rappelons que la fête de l’Aïd el-Kebir, qui se déroule cette année du 8 au 12 juillet, est très encadrée dans l’Hexagone. Cette tradition qui se traduit en France par l’abattage de plus de 100 000 moutons, fait l’objet de dispositions précises régissant la bonne mise en œuvre des abattages, notamment en matière d’hygiène alimentaire et de protection animale.
Il est interdit à toute personne de procéder ou de faire procéder à un abattage rituel en dehors d’un abattoir agréé. L’abattage en dehors d’un abattoir constitue un délit​, précisait la préfecture des Deux-Sèvres, dans un communiqué diffusé mercredi 6 juillet.

JForum.fr

 

3 Commentaires

  1. L’egorgeur a t-il crié « Allah Akhbar ! » ? Si oui, c’est un attentat. Dans ce cas, Il faut poster des soldats devant les troupeaux de moutons. J’ai peur qu’un jour, un kamikaze se fasse exploser au milieu d’un troupeau de moutons. Bêêê !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.