Shvouth: la conversion au judaïsme en un an

0
646

La conversion au judaïsme en 12 mois semble maintenant possible grâce au programme Shvouth que met en place l’Agence Juive …

Qui n’a pas, dans son entourage, un ami, un proche ou même simplement une connaissance dont le père est juif mais pas la mère ? Si, pour quelques personnes, cela ne pose « aucun problème », la réalité devient autrement plus complexe quand il s’agit de transmettre la religion et ou même plus simplement les traditions aux générations à venir.

C’est fort de ce constat, mais aussi du fait que la conversion devrait pouvoir se faire dans un cadre splendide, que l’Agence Juive a mis en place un programme spécial sur une durée de 12 mois : Shvouth.

Ce programme se fait avec un simple visa touriste et permet aux francophones célibataires hommes et femmes de 18 à 30 ans, dont le père est juif, de venir passer un an à Yakir, un magnifique village de Samarie, à un quart d’ heure de route de Petah’-tikva et des grands centres urbains proches de Tel-Aviv. Au cours de cette année, les participants avanceront dans leur cycle de conversion (pour obtenir un certificat officiel et reconnu) à la fin de l’année. Mais en plus de pouvoir devenir “pleinement juif”, chaque participant aura la possibilité de vivre une aventure humaine et spirituelle exceptionnelle. En plus des prières et des cours, ils partiront à la découverte des sentiers d’Israël, par le biais de visites du pays, liées elles-aussi au judaïsme.

Pour en savoir plus sur ce programme de conversion , vous avons pu entrer en
contact avec un ancien participant. Yoni Amiel est originaire de l’ile de la
Réunion et suite au succès obtenu grâce à ce programme, il est aujourd’hui
israélien, marié et père de famille…

 

 

Jforum: Yoni, qui
êtes-vous et d’où êtes-vous originaire ?
Yoni Amiel: Je suis français, originaire de l’île de la Réunion dans les DOM TOM,
près de Madagascar.
Je suis né là-bas et j’y ai grandi. A l’âge de 20 ans je suis allé vivre en France
métropolitaine, à Marseille précisément. J’y suis resté 3 ans avant de
découvrir le programme Shvouth et de venir en Israël. 

Jforum: Religieusement, quel était votre statut ? 
Y. A:
c’est là quelque chose de typique de chacun des participants à ce programme. A titre personnel, mon père est juif , mais  ma mère ne l’ était pas. 
Je suis donc arrivé ici en
“éclaireur”, j’ai fait ce programme, je suis passé devant le Beth-Din… Et dans la foulée , ma famille à son tour a sauté le pas ,ma mère et ma grande sœur, de 5 ans plus âgée que moi vivent aujourd’ hui en Israël, après avoir passé elles-aussi leurs conversions.. 

Jforum: Comment s’est passé ce programme ? 
Y. A:
il y a plusieurs paramètres à prendre en compte dans Shvouth. Il y a l’aspect plus “technique”, tout ce que l’on va apprendre, toutes les lois
juives, les ‘histoires d’Israël. On va beaucoup étudier le Tanakh également.
Après, chacun à ses aspirations pour étudier tel ou tel sujet de manière plus approfondie. En plus de cette base commune, nous avons toute une partie “intégration et découverte d’Israël” , aussi bien son histoire que sa
réalité contemporaine et quotidienne. Nous avons aussi des activités vraiment dite d’intégration, avec l’apprentissage de l’hébreu. Dans ce programme il y a aussi un excellent oulpan pour commencer à apprendre cette langue.

Le but de tout cela étant bien entendu de pouvoir permettre aux gens de se convertir, mais aussi de pouvoir rester vivre en Israël. Ce n’est pas un programme où les gens viennent se convertir, prennent un papier et s’en vont. C’est vraiment une démarche complète de conversion et d’intégration à la société israélienne. 

Jforum: Où se déroule ce programme ? 
Y. A:
Nous sommes logés à Yakir, village de Samarie créé il y a 35 ans. Nous sommes en plein dans un milieu israélien, avec des familles d’accueil, des shabbat, des activités en famille…

Jforum: Toute cette année se passe donc en groupe. Est-ce que l’on se sent plus soutenu et compris parce que les gens qui vous entourent ont à peu près la même histoire ?
Y. A:
Absolument ! D’abord, il y a un constat: tous ceux qui viennent ont une réelle volonté de s’imprégner vraiment profondément du judaïsme. Mais il est sûr que les participants ont souvent un malaise, une recherche d’identité du fait d’être né d’un mariage mixte. De tout cela nait un véritable esprit de groupe ou chacun peut vraiment s’aider et échanger…

Jforum: A la fin de l’année, la conversion n’est pas automatique, n’est-ce pas
?
Y. A:
Exactement. Tout cela se fait au cas par cas. On a, tout au long de l’année,
des rendez-vous avec le Beth Din mais aussi avec l’équipe pédagogique pour faire le point sur nos progressions et évolutions. Ce qui est important c’est de voir une réelle démarche, une réelle évolution. Chacun aura des niveaux différents: il y a des participants qui sont nés dans des milieux religieux, où l’on étudie la Torah et où l’on fait Shabbat. Il y a d’autres personnes qui partent de plus loin. Ce qui est vraiment important à l’issue de ce programme, c’est l’évolution et la démarche du participant à Shvouth

Jforum: sort-on de ce programme forcément “ultra-religieux” ?
Y. A:
Ce n’est pas comme un programme scolaire avec un point de départ et un point d’arrivée. C’est l’appétit d’apprendre qui va faire évoluer la personne. Mais chacun à son libre arbitre. Aujourd’hui, je sais dans quel domaine je dois progresser…
Mais ce n’est pas pour autant qu’on sort “rabbin”. La conversion,
c’est le passeport pour commencer une nouvelle vie. Une nouvelle vie juive. 
Après, c’est la détermination de chacun qui déterminera le degré de religion. 

Jforum: recommanderiez- vous ce programme à d’autres personnes ?
Y. A:
Encore plus que ça : Pour moi, c’est LE programme qui est amené à se
développer… Qui doit se développer… Pour les gens issus de mariages mixtes en France

Renseignements:  Baruch Lior (972)50-5524-554  (Israel)

shvouth.shomron@gmail.com

http://www.ami4u.org/en/shvouth-programme-massa?lang=fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.