Proche-Orient: Hillary Clinton a rassuré les Palestiniens sur les colonies

0
207

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton est parvenue lundi, après deux jours de flottement, à rassurer les Palestiniens sur l’opposition américaine à de nouvelles colonies israéliennes, son homologue palestinien se déclarant “satisfait” des explications fournies.

La secrétaire d’Etat qui avait donné le sentiment à Jérusalem que Washington reculait sur son opposition de principe à de nouvelles colonies juives, n’a pas commis d’erreur à cette occasion, a assuré lundi soir un haut responsable américain.

“Elle n’a rien dit de faux, tout ce qu’elle a dit était exact et précis”, a commenté ce responsable. La chef de la diplomatie américaine avait suscité samedi la déception des Palestiniens, en qualifiant de “sans précédent” une offre israélienne de gel partiel de la colonisation.

Afin de poursuivre l'”explication de texte” et lever tout malentendu qui pourrait subsister, Mme Clinton se rendra mercredi au Caire pour y rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak.
Riyad al-Malki le 1er novmebre 2009 à Jeddah

“Nous avons été surpris par les déclarations (ndlr: faites par Mme Clinton à Jérusalem) et, de notre point de vue, ça ne correspondait pas à ce que nous avions entendu à Abou Dhabi” (ndlr: lors de discussions de Mme Clinton samedi avec le président palestinien Mahmoud Abbas), a déclaré à Marrakech (sud) le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne Riyad al-Malki. “Je pense que ces déclarations ont été corrigées ensuite”, a-t-il ajouté lors d’un entretien avec des journalistes.

“Nous sommes satisfaits que cette position (américaine) ait été ramenée dans la droite ligne”, a poursuivi M. al-Malki, qui participe comme Mme Clinton à la 6ème édition du Forum pour l’Avenir.
La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton au côté du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le 31 octobre 2009 à Jérusalem

“Nous continuons nos consultations dans la région. Nous allons en Egypte, c’est la preuve de l’engagement fort du président (Barack) Obama et de l’administration” américaine”, a annoncé le porte-parole de Mme Clinton, Philip Crowley.

“L’Egypte, un acteur majeur dans la région, joue un rôle capital pour parvenir à une réconciliation palestinienne”, a-t-il souligné.

“La position de l’administration Obama sur les colonies est claire, sans équivoque. Elle n’a pas changé: les Etats-Unis n’acceptent pas la légitimité de la poursuite des implantations israéliennes”, avait assuré auparavant Mme Clinton.

La chef de la diplomatie américaine a de nouveau appelé les deux parties à reprendre au plus vite et sans préalable les négociations de paix. Elle avait suscité l’émotion des Palestiniens samedi, en qualifiant d’offre “sans précédent” la proposition israélienne d’un gel partiel des colonisations juives.
La colonie de Kochav Ya’akov, vue d’un check-point entre Ramallah et Jérusalem, le 24 septembre 2009

Le désaccord sur la question des colonies est l’une des principales raisons empêchant la reprise du dialogue de paix entre entre Israël et les Palestiniens, interrompu il y a près d’un ans.

Washington avait préconisé au printemps un gel complet de la colonisation, non seulement en Cisjordanie -ce qu’accepte en partie le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu-, mais aussi à Jérusalem-est. Les Palestiniens exigent un gel total.

La proposition de M. Netanyahu “est loin (…) de ce que nous préférerions. Mais si elle est mise en oeuvre, cela sera une restriction sans précédent de la colonisation et cela aura un effet significatif”, a insisté lundi Hillary Clinton, pour qui il y a là “une chance pour les deux parties d’essayer d’avancer ensemble pour reprendre les négociations”.

La secrétaire d’Etat, qui s’exprimait avant une rencontre avec son homologue marocain Taieb Fassi Fihri, a pris soin de lire une déclaration préparée. Manifestement soucieuse d’équilibrer ses propos, elle a repris l’expression “sans précédent” pour rendre hommage aux efforts palestiniens afin d’améliorer la sécurité.

“J’ai dit au Premier ministre Netanyahu que ces gestes positifs de la part des Palestiniens devaient susciter des gestes positifs d’Israël sur les déplacements, les accès (…) et l’organisation israélienne de la sécurité en Cisjordanie”, a-t-elle déclaré.

Mme Clinton a rencontré lundi soir ses homologues arabes à Marrakech dans le cadre du Forum pour l’Avenir, une initiative commune des Etats membres du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Russie) et d’une vingtaine de pays de la région.

Elle s’était entretenue dans l’après-midi à Ouarzazate (250 km au sud-est de Marrakech) avec le roi Mohammed VI.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.