Une nation de conteurs (Ki Tavo 5779)

0
1738

Une nation de conteurs (Ki Tavo 5779)

Howard Gardner, professeur d’éducation et de psychologie à l’Université Harvard, est l’un des grands esprits de notre époque. Il est surtout connu pour sa théorie des «intelligences multiples», l’idée qu’il n’y a pas quelque chose qui puisse être mesurée et définie comme étant l’Intelligence, mais que cette notion recouvre beaucoup de choses différentes – une dimension fondamentale de la dignité de la différence. Il a également écrit de nombreux livres sur le leadership et la créativité, dont l’un en particulier, Leading Minds (Esprits dirigeants), qui sont importants pour comprendre la paracha de cette semaine. [1]

L’argument de Gardner est que ce qui fait qu’un leader est bien un leader, c’est sa capacité à raconter un type d’histoire particulier – celui qui nous révèle à nous-même et donne de la puissance et de la résonance à une vision collective. Churchill a donc raconté l’histoire du courage indomptable de la Grande-Bretagne dans sa lutte pour la liberté. Gandhi a parlé de la dignité de l’Inde et de la protestation non violente. Margaret Thatcher a parlé de l’importance de l’individu contre un État de plus en plus envahissant. Martin Luther King a expliqué à quel point une grande nation est daltonienne. Les histoires donnent au groupe une identité partagée et un sens du but à atteindre.

Le philosophe Alasdair MacIntyre a également souligné l’importance du récit pour la vie morale. «L’homme, écrit-il, est (investi) à la fois dans ses actions et pratiques, mais aussi dans ses fictions, il s’agit essentiellement d’un animal qui raconte des histoires.» C’est à travers les récits que nous commençons à apprendre qui nous sommes et comment nous sommes appelés à nous comporter. “Priver les enfants d’histoires et vous les laissez bégayer, anxieux, perdus dans leurs actions comme dans leurs mots.” [2] Savoir qui nous sommes revient en grande partie à comprendre de quelle histoire nous faisons partie.

Les grandes questions – «Qui sommes-nous?» «Pourquoi sommes-nous ici?» «Quelle est notre mission?» – trouvent une meilleure réponse en racontant une histoire. Comme Barbara Hardy l’a dit : «Nous rêvons à travers un récit, rêvassons, nous nous rappelons-nous anticipons, espérons, désespérons, croyons, doutons, planifions, révisons, critiquons, construisons, faisons des commérages, apprenons, haïssons et aimons par le récit.” C’est fondamental pour comprendre pourquoi la Torah est ce genre de livre : il ne s’agit pas d’un traité théologique ou d’un système métaphysique, mais d’une série d’histoires imbriquées qui s’étendent au fil du temps, depuis le voyage d’Abraham et Sarah de Mésopotamie à l’errance dans le désert des Israélites. Le judaïsme concerne moins la vérité en tant que système que la vérité en tant qu’histoire. Et nous faisons partie de cette histoire. C’est ce que c’est que d’être juif.

Une grande partie de ce que Moïse fait dans le livre de Devarim est de raconter cette histoire à la génération suivante, en leur rappelant ce que Dieu avait fait pour leurs parents et certaines des erreurs que leurs parents avaient commises. Moïse, en plus d’être le grand libérateur, est le conteur suprême. Pourtant, ce qu’il fait dans la parshat Ki Tavo va bien au-delà.

Il dit aux gens que lorsqu’ils entrent, conquièrent et s’installent dans le pays, ils doivent apporter les premiers fruits mûrs au sanctuaire central, le Temple, afin de rendre grâce à Dieu. Une Michna de Bikkurim [3] décrit la scène joyeuse de la convergence de personnes de tout le pays à Jérusalem, apportant leurs prémices accompagnés de musique et de célébrations. Le simple fait d’apporter des fruits n’était pas suffisant. Chaque personne devait faire une déclaration. Cette déclaration devient l’un des passages les plus connus de la Torah car, même si cela avait été dit, à l’origine, lors de la fête des prémices de Chavouot, à l’époque biblique, elle devint un élément central de la Haggadah le soir du Seder :

Mon père était un Araméen errant, il est allé en Égypte et y a vécu comme un petit nombre, devenant une grande nation puissante et nombreuse. Mais les Egyptiens nous ont maltraités et nous ont fait souffrir, nous soumettant à un dur labeur. Puis nous avons crié au Seigneur, le Dieu de nos ancêtres, et le Seigneur a entendu notre voix et a vu notre misère, notre travail et notre oppression. Alors le Seigneur nous a fait sortir d’Egypte avec une main puissante et un bras étendu, avec une grande terreur et avec des signes et des prodiges. ( Deut. 26: 5-8 )

Pour la première fois, raconter l’histoire de la nation devient une obligation pour chaque citoyen de la nation. Dans cet acte, connu sous le nom de vidui bikkurim, «la confession faite de prémices», on a commandé aux juifs de devenir une nation de conteurs.

C’est une évolution remarquable. Yosef Hayim Yerushalmi nous dit : «Ce n’est qu’en Israël et nulle part ailleurs que l’injonction de se souvenir est ressentie comme un impératif religieux pour tout un peuple.» [4] Maintes et maintes fois tout au long de Devarim, le commandement de se rappeler : «Souvenez-vous que vous étiez Esclaves en Egypte. ”“ Souviens-toi de ce qu’Amalek t’a fait. ”“ Souviens-toi de ce que Dieu a fait à Myriam. ”“ Souviens-toi des jours d’autrefois ; considérez les générations passées. Demande à ton père et il te dira, à tes aînés, et ils t’expliqueront.

Le vidui bikkurim est plus que cela. C’est, condensé dans l’espace le plus court possible, l’ensemble de l’histoire de la nation sous forme de résumé. En quelques phrases courtes, nous avons ici «les origines patriarcales en Mésopotamie, l’émergence de la nation hébraïque au milieu de l’histoire plutôt que dans la préhistoire mythique, l’esclavage en Égypte et sa libération, l’acquisition décisive de la terre d’Israël, – la reconnaissance de Dieu en tant que seigneur de l’histoire. ” [5]

Notons ici une nuance importante. Les Juifs ont été les premiers à trouver Dieu dans l’histoire. Ils ont été les premiers à penser en termes historiques – le temps comme une arène de changement par opposition au temps cyclique dans lequel les saisons tournent, les gens naissent et meurent, mais rien ne change vraiment. Les Juifs ont été les premiers à écrire l’histoire – plusieurs siècles avant Hérodote et Thucydide, souvent décrits à tort comme les premiers historiens. Pourtant, l’hébreu biblique ne comporte aucun mot qui signifie «histoire» (l’équivalent le plus proche est divrei hayamim, «chroniques»). Au lieu de cela, il utilise la racine zachor, ce qui signifie «mémoire».

Il y a une différence fondamentale entre l’histoire et la mémoire. L’histoire est «son histoire» [6], un récit d’événements qui se sont produits autrefois pour quelqu’un d’autre. La mémoire est «mon histoire». C’est le passé intériorisé et intégré à mon identité. C’est ce que veut dire la Mishnah à Pessa’him quand il est dit : «Chacun doit se voir comme s’il (ou elle) est sorti personnellement d’Égypte». [7]

Devarim Moïse avertit le peuple – pas moins de quatorze fois – de ne pas l’oublier. S’ils oublient le passé, ils perdront leur identité et leur sens de l’orientation. Un désastre suivra. En outre, non seulement les personnes sont tenues de se souvenir, mais aussi de transmettre ce souvenir à leurs enfants.

L’ensemble de ce phénomène représente un ensemble d’idées remarquable : sur l’identité en tant que question de mémoire collective ; sur le récit rituel de l’histoire de la nation; surtout sur le fait que chacun de nous est le gardien de cette histoire et de cette mémoire. Ce n’est pas seulement le chef, ou une élite, qui sont formés pour rappeler le passé, mais chacun d’entre nous. C’est aussi un aspect de la décentralisation et de la démocratisation du leadership que l’on retrouve partout dans le judaïsme comme mode de vie. Les grands leaders racontent l’histoire du groupe, mais le plus grand des leaders, Moses (Moïse, Moshe Rabeinu), a appris au groupe à devenir une nation de conteurs.

On peut encore relever le pouvoir de cette idée aujourd’hui. Comme je le fais remarquer dans mon livre « Nous construisons ensemble», si vous visitez les mémoriaux présidentiels à Washington, vous verrez que chacun porte une inscription tirée de leurs paroles : Jefferson: «Nous considérons ces vérités comme allant de soi. . . ‘, Roosevelt’ La seule chose que nous devons craindre, c’est la peur elle-même ‘, le discours de Lincoln de Gettysburg et son deuxième discours inaugural,’ Sans aucune malice envers quiconque ; avec charité pour tous. . ‘ Chaque mémorial raconte une histoire.

Londres n’a pas d’équivalent. Il contient de nombreux monuments et statues, chacun avec une brève inscription indiquant qui il représente, mais il n’y a ni discours ni citation. Il n’y a pas d’histoire. Même le mémorial de Churchill, dont les discours rivalisent avec celui de Lincoln, ne porte qu’un mot: Churchill.

L’Amérique a une histoire nationale parce que c’est une société basée sur l’idée d’alliance. La narration est au cœur de la politique des alliances car elle situe l’identité nationale dans un ensemble d’événements historiques. Le souvenir de ces événements évoque les valeurs pour lesquelles ceux qui nous ont précédés se sont battus et dont nous sommes les gardiens.

Un récit d’alliance est toujours inclusif, la propriété de tous ses citoyens, nouveaux venus ainsi que des personnes nées dans le pays. C’est dit à tout le monde, peu importe la classe ou la croyance : c’est ce que nous sommes. Cela crée un sentiment d’identité commune qui transcende les autres identités. C’est pourquoi, par exemple, Martin Luther King a pu l’utiliser de la sorte dans certains de ses plus grands discours. Il disait à ses compatriotes afro-américains de se considérer comme une partie égale de la nation. En même temps, il demandait aux Américains blancs d’honorer leur engagement envers la Déclaration d’indépendance selon laquelle “tous les hommes sont créés égaux”.

L’Angleterre n’a pas le même genre de récit national, car celui-ci ne repose pas sur une alliance mais sur une hiérarchie et une tradition. L’Angleterre, écrit Roger Scruton, «n’était pas une nation, ni un credo, ni une langue ni un État, mais un foyer. Les choses à la maison n’ont pas besoin d’explication. Elles sont là parce qu’elles sont là. » [8] L’ Angleterre était historiquement une société fondée sur la classe dans laquelle des élites dirigeantes gouvernaient au nom de la nation dans son ensemble. L’Amérique, fondée par des puritains qui se considéraient comme un nouvel Israël lié par un pacte, n’était pas une société de gouvernants et de gouvernés, mais une société de responsabilité collective. D’où la phrase, centrale dans la politique américaine mais jamais utilisée dans la politique anglaise: «Nous, le peuple».

En faisant des Israélites une nation de conteurs, Moïse a contribué à en faire un peuple lié par une responsabilité collective – les uns envers les autres, envers le passé et l’avenir et envers Dieu. En élaborant un récit que les générations successives s’approprieraient et enseigneraient à leurs enfants, Moïse a transformé les Juifs en une nation de dirigeants.

Rabbi Jonathan Sacks

A Nation of Storytellers (Ki Tavo 5779)

Adaptation : M.B

——

[1] Howard Gardner en collaboration avec Emma Laskin, Leading Minds: Une anatomie du leadership , New York, Basic Books, 2011.

[2] Alasdair MacIntyre, After Virtue , Presses de l’Université de Notre Dame, 1981.

[3] Mishnah Bikkurim ch. 3 .

[4] Yosef Hayim Yerushalmi, Zachor: Histoire juive et mémoire juive , Schocken, 1989, p .

[5] Yerushalmi, ibid., 12.

[6] Ceci est un simple rappel, pas une étymologie. Historia est un mot grec qui signifie enquête. Le même mot signifie en latin un récit d’événements passés.

[7] Mishnah Pesachim 10: 5 .

[8] Roger Scruton, Angleterre, une élégie , Continuum, 2006,16.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.