Un haut responsable arabe espionnait pour Israël à son insu

4
2473

Un haut responsable arabe espionnait à “l’insu de son plein gré” pour Israël depuis cinq ans

L’unité d’information humaine de Tsahal dévoile l’un des atouts les plus importants de l’État juif dans un État arabe non spécifié, un espion connu sous le nom de ‘Torpedo’, comprenant des détails sur son recrutement remarquable

 

Image illustrative d’un espion.

Cela ressemble à un scénario de film : Selon les forces de défense israéliennes, l’Etat juif aurait un espion très haut placé dans un Etat arabe – sans même qu’il sache qu’il fourni(ssai)t des renseignements d’une valeur inestimable à Israël.

L’affaire a été rapportée jeudi par le quotidien Yedioth Ahronoth, qui a publié un extrait d’un article plus long qui sera publié ce week-end, après avoir été approuvé par la censure militaire.

Selon le reportage, la source de haut niveau dans un pays arabe anonyme, surnommé “Torpedo”, travaille pour ce qu’il pense être un organisme non militaire. Il a été recruté dans une opération complexe, il y a cinq ans et continue de fournir à son insu des informations extrêmement importantes à Israël jusqu’à ce jour.

Le reportage cite des responsables de l’unité 504 du renseignement militaire israélien, qui emploie des agents au-delà des frontières israéliennes, ajoutant que l’histoire a été publiée à l’initiative de cette unité.

«Nous visons toujours haut, vers des sources ayant une grande valeur en termes de renseignement, dans des rôles très importants», a déclaré le commandant en charge de l’affaire, un lieutenant-colonel qui n’a été identifié que par la première lettre hébraïque de son prénom, Ayin.

«Cela augmente forcément le niveau de difficulté, car celui qui a atteint un tel poste est déjà plus âgé et plus expérimenté, alerte et suspicieux», a ajouté Ayin, responsable des questions liées à une région spécifique de l’unité 504.

Le reportage détaille comment le contact initial a été établi avec le responsable, offrant un aperçu de la tactique de l’une des unités les plus secrètes de l’armée israélienne.

Premièrement, ses soldats ont étudié toutes les informations fournies par d’autres sources autour de lui, afin de vérifier s’il pouvait prendre des vols pour l’étranger et à quelle fréquence, quelle était sa situation dans la vie, s’il se sentait «coincé» et pensait pouvoir faire plus et gagner plus, peut-être dans le secteur privé.

Le commandant de l’unité 504 reçoit une recommandation officielle en avril 2019. Pour des raisons de sécurité, l’identité du commandant est classifiée. (Forces de défense israéliennes)

Dans ce cas, la décision extraordinaire a été prise de recruter «Torpedo» secrètement, sans qu’il sache qu’il était recruté en tant qu’atout pour le renseignement israélien.

“En tant qu’organisme civil, par exemple, vous n’intimidez pas la cible et ne lui faites pas peur,” a déclaré le responsable de Torpedo, identifié également par la première lettre en hébreu de son prénom, Dalet. «Vous entrez dans ce qu’on appelle sa« zone de déni »- consistant à faire une chose qu’il n’est probablement pas autorisé à faire, mais qui n’est pas aussi extrême que de travailler pour Israël. Ce n’est pas une ligne rouge pour lui. “

Plus tard, la couverture biographique a été construite et l’opération a commencé.

“Lors de la collecte d’informations sur Torpedo, j’ai découvert qu’il avait une connaissance, un parent éloigné, qui vivait à l’étranger et qui avait déjà eu des liens avec un certain domaine”, a déclaré Dalet. «J’ai contacté cette connaissance en ligne et commencé à lui poser des questions sur des sujets sur lesquels il est un expert. Il était content de coopérer.

Dalet a déclaré qu’il n’avait pas du tout parlé de Torpedo lors de ses conversations et qu’il avait attendu que la connaissance – qui était impatiente de commencer à collaborer – se soit identifiée d’elle-même.

«Il m’a parlé d’un de ses proches qui est un haut responsable dans ce pays. Il a expliqué qu’en raison de sa position, il est proche de nombreux responsables officiels et dispose de bonnes relations », a déclaré Dalet. «Je lui ai dit que je réfléchirais aux idées émises lors de notre correspondance et que je reviendrai avec une réponse. Mon but était de donner l’impression que je ne suis pas avide, ni pressé. Je veux créer du suspense. Qu’il vérifiera sa boîte de réception tous les jours et attendra ma réponse. “

L’extrait se termine ici, ajoutant que toute l’histoire comprendrait des détails sur les étapes suivantes, lors de la prise de contact dans un immeuble de bureaux au bord d’un lac, ainsi que des détails sur les hésitations de Torpedo et le succès de l’armée israélienne à l’utiliser comme un atout-maître. – jusqu’à ce jour.

La suite dans le Yediot Aharonoth

(Ynet en ligne)

4 COMMENTS

  1. Bonsoir
    C’est la mode chez les journaux israéliens de fournir des détails sur des espions ou des tactiques liées à la sécurité ?
    Nicole Hannah

    • C’est une très bonne question à poser,mais c’est justement que cet intérêt existe, puisque, précisément, le texte de l’article le dit, c’est le service en question, alias 504 qui a jugé utile de le faire, et aucun journaliste en Israël ne se permettrait d’enfreindre la censure militaire. Il existe donc, par déduction, un intérêt propre à cette publication, pour l’unité en question, et qui n’est pas que de “pur prestige”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.