Trump atterrit en Israël, alors que la paix reste hors d’atteinte

L’arrivée du Président américain Donald Trump en Israël, lundi, après un vol direct en provenance de Riyad qui a été légèrement retardé, alors qu’un chaleureux accueil dans les règles de l’art du cérémonial l’attendait à l’aéroport Ben-Gourion. On trouvait, d’un côté, le Président Reuven Rivlin, le Premier Ministre Binyamin Netanyahu et une rangée entière de Ministres du Cabinet. La ferme résolution avouée de Trump de mettre un terme définitif au conflit palestino-israélien vieux de 100 ans, dans le cadre d’un « accord définitif » est traité avec scepticisme – avec bienveillance et affection, de la part des Israéliens, et avec ombrage par les Palestiniens.

Certains vivent avec beaucoup de ressentiment sa désignation du Hamas en tant qu’organisation terroriste lors de son discours épique de sensibilisation devant plus de 50 dirigeants musulmans à Riyad, dimanche et sa déclaration de guerre aux  groupes terroristes islamistes. Le Président américain a aussi ajouté : « Si les trois principales religions montrent qu’elles sont capables de joindre leurs rangs pour coopérer, alors la paix mondiale et la paix entre les Israéliens et les Palestiniens sont possibles ».

Après avoir été transporté dans les airs par l’hélicoptère américain Marine One, Trump a atterri à la Résidence Présidentielle du Président de l’Etat Reuven Rivlin. Il est censé se rendre en visite au Saint-Sépulcre et rejoindre à pied, le Kotel (Mur occidental), dans la Vieille Ville. Il sera le premier Président américain à se rendre en visite sur le Kotel, lieu le plus saint du Judaïsme, en traversant la Vieille Ville (« stérilisée » par les forces de sécurité) à pied. Plus tard, la première Dame et lui, se joindront pour le  dîner prévu avec le Premier Ministre Binyamin Netanyahu et son épouse. Mardi, il rencontrera le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à Bethléhem.

Bien que la question d’Israël n’ait pas directement été mentionné lors du discours de Trump à Riyad, ses commentaires martelés contre l’Iran ont été bien accueillis à Jérusalem. Un responsable de la Maison Blanche a déclaré un peu plus tard aux reporters : « Un Iran enhardi a unifié le monde arabe d’une façon tout-à-fait unique, et ces pays travaillent ensemble de manière très coopérative – et aussi, franchement, ils coopèrent de façon inédite et incroyable avec Israël ».

Arrivé par Air Force One, accompagné d’une douzaine d’hélicoptères de sécurité autour de « Marine One » (l’hélicoptère présidentiel), il déplace avec lui de nombreux véhicules blindés.

Plus de 11.000 agents de police israéliens imposent des mesures les plus étroites de sécurité, lors de cette visite de 28 heures jusqu’à mardi après-midi.

 

DEBKAfile Special Reportage Spécial 22 Mai 2017, 12:13 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

 Ce voyage devrait faire place nette sur de nombreuses affaires en suspend à domicile, au moins durant un temps, alors que trop d’adversaires politiques sur place souhaitent sa destitution. S’il marque des points déterminants, en matière de politique étrangère, comme cela semble le cas, il pourrait partiellement faire oublier ses déboires à l’opinion publique et faire avancer des dossiers en souffrance. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.