Les Forces Spéciales américaines sur le point de quitter Al-Tanf.
Les forces pro-Iraniennes des UMP y pénètrent sans résistance

 

Alors que les avions israéliens bombardaient une installation de bombes chimiques syriennes, au petit matin du jeudi 7 septembre, le contrôle de la frontière syro-irako-jordanienne était tranquillement en train de changer de mains. 

 

Alors que les avions-bombardiers israéliens pilonnaient le Centre du CERS syrien de fabrication d’armes chimiques à Masyaf, à 38 kms à l’ouest de la ville centrale de Syrie, Hama, tôt dans la matinée de jeudi 7 septembre, le contrôle de la frontière syro-irako-jordanienne à l’Est était tout bonnement en train de changer de mains.

 

Debkafile retrace le processus en cours :

  • Washington clôturait les débats avec Moscou sur les conditions dans lesquelles les forces spéciales américaines doivent évacuer le poste d’Al-Tanf qu’elles détenaient dans le triangle frontalier entre la Syrie, l’Irak et la Jordanie et en remettre le contrôle à l’armée syrienne.
    Quitter Al Tanf équivaut à un retrait américain du Sud-Est de la Syrie et à son abandon à la Syrie et à ses alliés, dont le Hezbollah.
  • Les unités rebelles syriennes soutenues par les Etats-Unis sont aussi sur le point de quitter leurs positions dans la ville sud de Dera’a, après avoir achevé les négociations en vue d’un accord avec les officiers russes organisant la zone de désescalade et les officiers du Hezbollah. Ils ont donné leur accord pour livrer leurs armes et soit rejoindre les unités du régime syrien soit se disperser… Pour la première fois au cours de la guerre civiles syrienne, le Hezbollah a annoncé une évolution importante au nom et à la place de la Fédération de Russie.
  • Les unités supplétives irakiennes de Téhéran, les Unités de Mobilisation Populaire (UMP),  essentiellement composées du Harakat Hezbollah al-Nujaba, ont commencé, jeudi soir, à franchir la frontière et à prendre position dans le Sud-Est de la Syrie. Les UMP, bien que formellement intégrées à l’armée nationale irakienne, prennent leurs ordres du Commandant suprême de l’Iran au Moyen-Orient, le Général en chef des Brigades Al Quds, Qassem Soleimani.
  • Vendredi matin 8 septembre, très tôt, Damas a diffusé une mise en garde contre les Etats-Unis et les forces kurdes combattant pour libérer Raqqa des mains de l’Etat Islamique, en leur intimant de ne pas continuer vers Abu Kamal, le bastion de Daesh dans le sud-est. Voici cet avertissement : « Le Haut-Commandement de l’armée syrienne perçoit la libération de la ville frontalière d’Abu Kamal dans la province de Deir ez Zor comme un effort militaire impératif qui ne peut pas être dicté par la coalition américaine et ses alliés ».
  • La connotation prise par ce communiqué syrien est évident : le chemin étant à présent nettoyé pour les troupes syriennes et du Hezbollah pour se mettre en marche vers la garnison d’Al-Tanf, il ne reste qu’Abu Kamal à reconquérir pour qu’ils achèvent le plein commandement de la totalité des 600 km de frontière syro-irakienne. L’objectif stratégique central de Téhéran consistant à ouvrir un couloir terrestre à travers l’Irak et la Syrie vers la Méditerranée sera alors dans la poche.

Jeudi soir, le Ministre de la défense d’Israël, Avigdor Lieberman, tout en esquivant à peine une confirmation de la frappe aérienne israélienne sur Masyaf, affirmait : « Nous ne permettrons pas la formation d’un couloir chiite allant d’Iran au Liban ».

Général-Major Hertzi Halevy, Renseignements Militaires (AMAN). 

Il était immédiatement suivi par le Commandant en chef des Renseignements Militaires (AMAN), le Général-Major Hertzi Halevy, qui répliquait : « Nous traitons avec détermination les menaces brandies contre nous ».

« Les menaces sécuritaires graves contre Israël, de la part des groupes armés (milices), sont appuyées par l’Iran, ce sont des menaces graves, mais pas existentielles », a déclaré Halevy. « L’Iran travaille à se positionner sur toutes nos frontières avec la Syrie, le Liban et Gaza, en inondant ces frontières par son idéologie meurtrière »…

Malheureusement, ces déclarations semblent se corréler avec les événements réels qui se déroulent non loin dans le sud-est de la Syrie, sans forces présentes pour les repousser ni les contenir sérieusement. Des pouvoirs qui sont de façon prédominante hostiles sont en train de découper de nouvelles zones stratégiques dans cette région, posant ainsi un grave préjudice à la sécurité d’Israël.

DEBKAfile Reportage Spécial  8 Septembre 2017, 8:29 AM (IDT)

6 Commentaires

  1. Depuis toujours, Israël ne peut compter que sur son armée et les services de renseignements ce fut en premier les Anglais: rappel de l’affaire de l’Exodus ,puis l’affaire des vedettes avec la France ,puis l’Europe avec le financement des palestiniens(je devrais dire les dirigeants et non le peuple) puis les accord de Kissinger qui au lieu de défendre Israël à pactiser avec les palestiniens , puis la reconnaissance de l’OLP par l’ex président des des états unis (pros arabe) y compris Poutine .
    De toute façon on reproche aux juifs et donc aux israélien de n’être pas tous mort dans les camps de concentration ;De ce fait le problème aurait était réglé une fois pour toute
    Espérons que nos religieux et nos politique en ce pays de miel et de lait qui ne demande qu’a vivre en paix ne prennent de mauvaises décisions,car nous sommes dans le même contexte géopolitique de 1948 avec l’encerclement de ce petit état la différence c’est que l’armée existe avec des moyens qui n’existaient ps à cette époque (un canon sur un camion pour donner l’impression d’en posséder plusieurs et uniquement des Sten (pris aux Anglais) mais à la tête du pays BEN GOURION ET MADAME GOLDA MEIR nous pourrions écrire une pleine page sur ce fait sociétal qui est antisémitisme cela date de puis fort longtemps alors un seul vœux qu’Israël vive longtemps Alain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.