Tou Beav: à propos de la fête des amoureux (vidéos)

Rav Yossef 'Haïm Sitruk Zatsal

Le vrai problème du mariage, c’est qu’on se trompe d’amour, qu’on s’aime beaucoup trop pour être capable d’aimer quelqu’un d’autre.

La guémara (Nidda 31), dit qu’aimer, ce n’est pas s’aimer soi-même. Ce n’est pas se demander si elle/il veut ce que je veux mais exactement le contraire

L’amour le plus pur s’appelle en hébreu : ‘hessed, un amour sans espoir de retour

Le mot amour en hébreu, se dit : « Ahava » qui vient de la racine : « Hav », qui veut dire : « donner », donc aimer c’est donner

C’est parce qu’on a donné que l’on aime.
On ne donne pas à ceux que l’on aime, on aime ceux à qui on a donné

Nos Sages (Dérekh Erets Zouta) enseignent : « Si tu veux aimer autrui, donne lui et donne lui encore »

Le don va être le passage de ce coup de foudre, de cette illusion de bonheur des premiers temps, en une concrétisation
Etre un couple ce n’est pas vivre ensemble, c’est réaliser quelque chose ensemble.
Même s’il s’agit, et en l’occurrence et c’est bien le cas, uniquement de réaliser l’autre
Réaliser l’autre, c’est le but du couple

S’aimer ce n’est pas être en manque, c’est se demander s’il n’y a pas quelqu’un qui manque de quelque chose

Le mariage, c’est l’acte de générosité par excellence dans un couple, lorsque l’on permet à l’autre d’exister, alors on permet également à D.ieu d’exister au sein de ce couple …

Rav Yossef ‘Haïm Sitruk Zatsal

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.