Des Juifs israéliens marchent vers l'avant-poste d'Evyatar, près de la ville cisjordanienne de Naplouse, pendant la fête de la Pâque, le 10 avril 2023. (crédit photo : SRAYA DIAMANT/FLASH90)

Des milliers de personnes marchent vers l’avant-poste d’Evyatar au milieu d’une vague d’attaques terroristes

Itamar Ben-Gvir : « Nous ne nous rendons pas au terrorisme, ni à Evyatar, ni à Tel-Aviv. Nous sommes ici pour dire que le peuple d’Israël est fort. Nous sommes ici et nous resterons ici. »

Environ 50 000 Israéliens, dont huit ministres et 20 députés, ont marché vers l’ avant-poste d’Evyatar lundi après-midi pour exiger la réglementation de l’avant-poste.

Les politiciens qui ont pris part à la marche comprennent le ministre des Finances Bezalel Smotrich, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir, le député Boaz Bismuth et le député Simcha Rothman, entre autres.

Des dirigeants du judaïsme sioniste religieux ont également pris part à la marche, notamment le rabbin Elyakim Levanon, le rabbin du Conseil régional de Samarie ; le rabbin Yaakov Ariel, ancien grand rabbin de Ramat Gan ; le rabbin Shmuel Eliyahu, grand rabbin de Safed ; le rabbin Dov Lior, ancien grand rabbin d’Hébron ; et le rabbin Yaakov Medan, un rosh yeshiva à Yeshivat Har Etzion.

La marche et le rassemblement sont sécurisés par Tsahal et la police israélienne alors que les forces israéliennes poursuivent leurs efforts pour attraper les terroristes à l’origine de la fusillade au cours de laquelle Maia et Rina Dee ont été assassinées dans la vallée du Jourdain et de la fusillade au cours de laquelle deux soldats de Tsahal ont été blessés. à Houwara.

Les médias israéliens ont rapporté que les responsables de la défense craignaient que la marche ne détourne les forces de sécurité de la gestion d’autres problèmes, tels que la chasse aux terroristes à l’origine des récentes fusillades et les efforts pour empêcher de nouvelles attaques.

Des troubles ont été signalés dans le village palestinien de Beita, situé près d’Evyatar, pendant la marche, les FDI tirant des gaz lacrymogènes sur les Palestiniens et les journalistes du village.

La députée Hadash-Ta’al, Aida Touma-Suleiman, a exprimé son indignation face à la marche de lundi, l’associant à l’abrogation de certaines parties de la loi sur le désengagement (qui concerne des zones situées à plus de 20 km au nord d’Evyatar) et déclarant : « La responsabilité des atrocités et de la destruction vécue par les Palestiniens tombe sur tout le monde ! Ne confondez pas le cerveau avec votre démocratie sélective ! »

La marche, qui a eu lieu à quelques kilomètres seulement de la ville de Huwara, intervient également alors que les tensions restent vives dans la région après plusieurs tirs de roquettes depuis le Liban, la Syrie et la bande de Gaza la semaine dernière et une vague d’attaques terroristes. Ces derniers mois.

Yossi Dagan : Marcher vers Evyatar en réponse à la terreur
Avant le départ de la marche, le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, a souligné que « l’arrivée des masses aujourd’hui est la preuve que le peuple d’Israël veut Evyatar et veut le sionisme. Ensemble, nous marchons maintenant et disons : nous n’abandonnerons jamais le pays de Israël, il est possible et nécessaire de surmonter les faiblesses et les retards, il est possible et nécessaire de s’installer dans notre Terre éternelle d’Israël. »

« La victoire du peuple d’Israël sur le terrorisme est l’ établissement de nouvelles colonies . Ils veulent nous faire sortir de notre terre et nous allons remonter le moral, nous marcherons la tête haute vers Evyatar, qui est un symbole de la la foi et la force du peuple d’Israël. Nous exigerons cette chose très simple, construire librement sur notre terre, réglementer le plan d’Evyatar et permettre aux 53 familles de rentrer chez elles. Ensemble, nous vaincrons.

Elyada Barak, le frère d’Evyatar Borovsky qui a donné son nom à l’avant-poste, a déclaré : « Je suis venu ici pour représenter notre famille bien-aimée. Malheureusement, mon père n’a pas pu venir en raison de son état de santé, je ne peux qu’imaginer Evyatar nous regarder d’en haut, voyant tout le travail béni, tous les justes qui construisent la Terre d’Israël telle qu’elle est, toutes les multitudes qui ont lutté pour venir et tous ceux qui nous soutiennent de loin. Evyatar doit se frotter les yeux d’incrédulité, souriant et fier de vous tous . »

Borovsky a été assassiné lors d’une attaque au couteau à Tapuah Junction en 2013.

Barak a appelé à la création de colonies à la mémoire des Israéliens assassinés lors des récentes attaques terroristes, déclarant : « Ces jours-ci, l’État d’Israël devrait adopter le plan d’Evyatar et promouvoir des plans de développement pour la colonie de Mitzpe Yaakov et Asher à la périphérie de Jérusalem, Hallel et Yagel sur les ruines de Huwara et Mitzpe Rina et Maia dans la vallée du Jourdain. »

Ben-Gvir a déclaré lors de la marche que « Nous ne nous rendons pas au terrorisme, ni à Evyatar, ni à Tel-Aviv. Nous sommes ici pour dire que le peuple d’Israël est fort. Nous sommes ici et nous resterons ici. »

Des Juifs israéliens défilent vers l’avant-poste d’Evyatar, près de la ville cisjordanienne de Naplouse, pendant la fête de la Pâque, le 10 avril 2023. (Crédit : SRAYA DIAMANT/FLASH90)

Alors que Ben-Gvir participait à la marche, des individus présents à l’événement ont été entendus crier au ministre « Rentrez chez vous, vous nous avez trompés ».

Daniela Weiss, la présidente du mouvement Nahala, a déclaré : « Le moyen le plus efficace de lutter contre le terrorisme, comme cela a été le cas tout au long de l’histoire, est d’établir de nouvelles colonies. Nous voyons le grand rassemblement du public voter avec leurs pieds pour le règlement de la terre et le retour immédiat à Evyatar. »

Smotrich a déclaré lors du rassemblement que « Cet endroit sera animé de vie – Juifs, droits, fiers, amoureux de la terre et de la Torah, et comme Evyatar, les colonies existantes et les nouvelles colonies seront également réglementées car c’est notre terre et il y a rien sans ça. »

Les députés qui ont pris part au rassemblement ont signé la « Charte d’Evyatar » qui appelle à la réglementation de l’avant-poste et à l’établissement de nouvelles colonies.

L’organisation de gauche Yesh Din a qualifié la marche vers Evyatar de « provocatrice » et de « manifestation de la suprématie juive, menée pour mettre un doigt dans l’oeil des Palestiniens ».

« Alors que les habitants des territoires palestiniens sont soumis à un blocus, des masses de colons vont manifester pour lever miraculeusement l’idéologie de l’expropriation et du pillage », a ajouté l’organisation. « La participation des ministres à la marche d’aujourd’hui est un autre élément du feu qui brûle dans les territoires occupés, car ses principales victimes sont, comme d’habitude, les Palestiniens. »

Le porte-parole de la présidence de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, a condamné la marche lundi, la qualifiant d’« invasion des milices de colons » et avertissant qu’elle « pousse les choses vers une explosion, que personne ne pourra jamais contrôler ».

Le responsable du Hamas, Musa Abu Marzouk, a averti que la marche vers Evyatar « signifie l’insistance [d’Israël] à poursuivre la vague d’escalade en cours ».

« La marche des colons vers l’avant-poste d’Evyatar et la prise d’assaut de dizaines d’autres à la mosquée al-Aqsa jettent encore plus d’huile sur le feu de l’escalade en cours et poussent la résistance à discuter davantage de ses options légitimes. »

Après une attaque terroriste en février à Huwara au cours de laquelle Hallel et Yagel Yaniv ont été assassinés, les colons et les politiciens sont retournés à Evyatar, mais ont été expulsés peu après par les FDI.

Les colons qui ont établi Evyatar ont initialement évacué l’avant-poste en juillet 2021 dans le cadre d’un compromis avec le gouvernement israélien en vertu duquel le Premier ministre de l’époque, Naftali Bennett, a accepté de faire avancer la légalisation de l’avant-poste. Depuis lors, il n’y a pas eu beaucoup de progrès concernant les modalités de l’accord.

Dans le cadre de l’accord, les structures placées sur le site à l’époque y sont restées et une base militaire a été installée sur le site. L’administration civile a mené une enquête sur les terres dans les mois qui ont suivi la signature de l’accord pour établir quelles zones de terres pouvaient être déclarées terres domaniales sur lesquelles Evyatar pourrait être établi et a constaté qu’environ 60 dunams de la zone pouvaient être déclarés comme tels, selon Ynet.

Selon l’arrangement, les colons devaient être autorisés à établir une yeshiva sur le site une fois que la terre aurait été déclarée propriété de l’État et que le gouvernement procéderait à la légalisation de l’avant-poste. Aucune partie de l’accord ne s’est concrétisée.

La légalisation de l’avant-poste a été incluse dans les accords de coalition signés par le Likud et les partis Otzma Yehudit et religieux sionistes.

Source : jpost.com – Par  Tzvi Joffre 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
marc

Bravo très bonne initiative
Israël doit affirmé et afficher
Ses droits a la sécurité, montrer également
Que la Cisjordanie est un territoire Israélien
Et que les palestiniens doivent partir et retourner en Jordanie