A la mémoire de mon Professeur Binyamin (Beno) Gross zal et de mon frère Bernard Itshak Rebouh zal.


En règle générale, les Juifs même ceux qui ne sont ni religieux ni observants, savent que ce verset est ce qu’il convient de qualifier de profession de foi du Juif.


Dans les parashioth Vaéthanan et dans Ekev, nous trouvons le verset lui-même de Shéma Israël ainsi que les premier et deuxième paragraphes.
Nous lisons ou récitons le Shémâ Israël deux fois par jour plus une c’est-à-dire lors de l’office du matin Shaharith שחרית et pour Arvit (prière du soir) ou Maâriv מעריב, mais aussi, le soir, au coucher, lorsque nous nous apprêtons à dormir et à prendre une nuit de repos bien mérité. Dès notre plus jeune âge on nous apprend à réciter par cœur au moins le premier paragraphe et nous en apprenons l’importance.
La lecture du Shémâ le soir, s’intitule : קריאת שמע על המיטה (lecture du shémâ au lit) kryat shémâ au lit – entendez au coucher.
Le verset qui retient toute notre attention et toute notre concentration est :
שמע ישראל ה’ אלו-הנו ה’ אחד
En récitant ce verset, nous posons sur nos yeux notre main droite de la façon suivante : le pouce reposant sur l’œil droit, l’auriculaire sur l’œil gauche et les trois doigts du milieu de la main sur le front comme la lettre shine, le pouce comme un daleth et l’auriculaire comme un youd pour former sur notre visage le nom de D « SHA-DAY ».
En dehors des trois récitations quotidiennes, on lit le Shémâ lors d’un décès ou encore à l’office de néîlah de Yom Kippour.


Le verset insiste sur le fait qu’Israël en tant que peuple ou qu’individu, s’identifie comme un corps acceptant l’Eternel comme D. et comme D. Unique.
Une particularité graphique saute aux yeux car les dernières lettres des mots SHEMA et EHAD sont écrites en grandes lettres et lors de la lecture du verset la cantillation insiste bien sur ces deux lettres en prolongeant la sonorité du daleth du mot ehad.

En réunissant ces deux lettres, nous tirons deux enseignements le premier, dans le sens de la lecture forme le mot êd עד dont le sens est témoin c’est-à-dire qu’en disant « shémâ Israël », nous déposons un témoignage devant D et devant les hommes que nous recevons sur nous le Royaume des cieux « עול מלכות שמים » (ôlmalkhout shamayim) et également le joug des mitsvoth « ôl ‘hamitsvoth » «  » עול המצוות.
En même temps, si nous inversons le mot êd, nous obtenons le mot dâדע qui signifie « sache » car le savoir, la connaissance דעת daât, est indissociable de la foi : sans connaître, et sans comprendre on ne peut véritablement pas prendre conscience des mitsvoth que D a transmises à Son peuple. Et, sans savoir, un témoin ne peut témoigner car, s’il ne sait pas sur quoi témoignerait-il ?
Shémâ Israël est un verset que les douze enfants de Jacob ont récité au chevet de leur père mourant (Pessahim 56a).
Dans la guemara Berakhoth (13b), une recommandation est faite tant au scribe (sofer) qu’au fidèle quant à la lecture du « daleth » du mot éhadsur lequel il faut insister pour que ce mot éhad ne soit pas confondu avec le mot « aher » qui signifie « autre » ce qui amènerait à D ne plaise à un sens erroné et que ne soit interprétée la phrase HaShem est Un comme HaShem est autre (hass veshalom)…………..
Le Shémâ Israël n’est pas seulement une profession de foi mais aussi un acte d’amour entre un peuple et son D Lequel donnera à « sa fiancée bien-aimée : Israël » une dot ou un cadeau d’épousailles : ארץ חלב ודבש : eretz halav oudevash : un pays où coulent le lait et le miel. En effet, les versets se terminant tous deux par eretz halav oudevash précèdent directement les deux premiers paragraphes du Shémâ tant dans vaethanan, que dans ékev faisant comprendre de cette manière que d’une part en aimant l’Eternel, nous recevrons ce cadeau inestimable qu’est Eretz Israël et d’autre part lorsqu’au deuxième paragraphe du shémâ le texte commence par les mots « vé’haya im shamoâ tishméôu el mitsvotay » c’est-à-dire si vous écoutez [et observez] Mes mitsvoth…… [alors, vous recevrez ce pays où coulent le lait et le miel].
L’amour des sujets vers leur Roi ou l’amour de la fiancée pour son Bien Aimé conduit le peuple à écouter, à entendre plutôt qu’à voir, et c’est pour cela que nous fermons nos yeux pour le Shémâ de manière à écouter les mitsvoth de D plutôt qu’à essayer de voir.
C’est à la lecture des premiers versets du troisième paragraphe que s’attache la soumission au joug des mitsvoth puisqu’y est mentionnée la mitsva des tsitsioth.
Lorsque Yaacov réunit ses enfants peu avant sa mort pour leur enseigner le Shémâ Israël, et après que tous ensemble se soient écriés SHEMA ISRAEL………………, Yaacov répondit à voix basse « Baroukh Shemkevodmalkhoutoléôlamvaêd » ברוך שם כבוד מלכותו לעולם ועד (loué soit D dont le royaume est éternel).
La famille de Jacob est étroitement associée à la lecture du Shémâ puisque, comme nous venons de le voir la profession de foi Shémâ Israël ainsi que le verset murmuré a été récité par Jacob lui-même et, une bénédiction de Joseph à ses enfants est récitée lors du Shémâ d’avant le coucher.
Selon les rites les textes de la lecture du Shémâ au moment du coucher varient de l’un à l’autre cependant la lecture du Shémâ reste la même ainsi que les versets suivants qui sont, comme nous l’avons dit supra, les paroles de Joseph à Ephraïm et Menashé :
המלאך הגואל אותי מכל רע יברך את הנערים ויקרא בהם שמי ושם אבותיי אברהם ויצחק וידגו לרוב בקרב הארץ.
‘hamale’akh ‘hagoëlotimikol râ yivarekheth ‘hanéârimveyikaréba’hemshemiveshemavotayAvra’hamveYtshakvyidegoularovbekerev ‘haaretz.
Que l’Ange qui m’a délivré de tout mal bénisse ces enfants, et que mon nom soit rappelé par eux ainsi que le nom de mes pères, Abraham et Isaac et ils fructifieront principalement dans le pays.
Dans le rituel de prières nous pouvons voir que les prières changent selon le moment où ces textes sont récités (matin, soir, shabbat, fêtes, rosh hodesh etc….) par contre les deux textes de Shémâ Israël qu’il soit lu au cours de la prière de Shaharith ou de Arvith, pour shabbat, fête ou pas le texte est le même ainsi que dans tous les rites le Shémâ reste le même.

Shema-Israel-Prayer_422_281

Caroline Elisheva Rebouh

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.