ROSH HASHANA EN RACCOURCI ET EN VRAC

 

Roch Hachana 2019

De la soirée du dimanche 29 septembre

À la soirée du mardi 1 octobre

 

Rosh HaShana est appelé également Yom HaZikaron notamment en souvenir de la ligature d’Isaac.

Ce jour est aussi désigné comme étant Yom Térouâ car on y sonne du shoffar.

Dans le Zohar, ce jour est aussi le : YOM DINA RABA ou le jour du grand jugement, car tous les êtres vivants se présentent devant le Trône céleste, ainsi que toutes les nations.

Le jugement de chacun sera scellé en ce jour solennel et tout y sera décrété : la paix ou la guerre, l’abondance ou la famine, la richesse ou la misère, les ressources de chacun, la santé, les naissances, les mariages, même l’eau, les pluies, les vents…….. en conclusion : le bilan annuel est dressé, examiné, corrigé et les conclusions paraphées.

Les mitsvoth sont nombreuses pour Rosh HaShana mais il me semble que les coutumes sont plus nombreuses encore variant de communauté en communauté.

Au début du mois d’Eloul, déjà, les Sefaradim (originaires d’Espagne), et les Bné Edot HaMizrah (originaires du Moyen-Orient), ont commencé à prier les selihoth alors que dans les communautés Ashkenazes, la liturgie de repentance n’a commencé que le dimanche précédent Rosh HaShana seulement.

Dans la plupart des communautés Ashkenazes, les hommes revêtent le « kittel »/ « sargeness » ou linceul qui est un vêtement blanc destiné à remémorer la fragilité de la vie et du destin humain. On a coutume de ne pas dormir l’après-midi, d’autres dorment après 14h….. Il faudrait un livre entier pour répertorier toutes les coutumes.

Lors du seder certains légumes sont consommés parce que leur nom en hébreu ou dans la langue parlée par les ancêtres n’était pas de bon augure ou bien le contraire comme par exemple certains ne consomment pas de carottes car en hébreu cela se dit guezer qui veut dire : « arrêt/décision » pour que ne soient prises que de bonnes décisions etc…….

Le premier jour de fête, après Minha ou prière de l’après-midi prend lace la cérémonie de tashlikh chez les sefaradim et bené êdot hamizrah et également dans certaines communautés ashkenazes.

Cette cérémonie a lieu, généralement, au bord de la mer ou d’un lac, d’un fleuve ou cours d’eau, éventuellement à côté d’un bassin ou d’une autre source d’eau en souvenir d’Abraham Avinou : en effet, lorsque le patriarche s’est dirigé vers le Mont Moriah pour y procéder à la ligature d’Isaac, « le Malin » a détourné les eaux de la rivière pour empêcher Abraham et Isaac d’arriver à destination, et, petit à petit, l’eau est arrivée jusqu’au menton des deux hommes à tel point qu’Abraham s’exclama : « מים הגיעו עד נפש » (l’eau est arrivée jusqu’à mon âme) . Les hommes tout comme les femmes doivent suivre cette « cérémonie ».

De manière à pouvoir dire la bénédiction de « shéhéhéyanou » à chaque repas de fête, il est conseillé de poser sur la table des fruits nouveaux qui sont abondants en ce début de saison : grenades, dattes fraîches, bananes, avocats, mandarines, oranges, goyaves, plaquemines (afarsémonim), jujubes, nouvelles olives, coings, etc….

Rashi, à propos des sacrifices que nous devrions présenter si nous avions le Temple s’exprime ainsi : d’une part les brebis présentées sont un symbole qui représente Israël toujours pourchassé et victime des nations (prédateurs) et d’autre part, leur nombre pendant toute la semaine de souccoth s’élève à 98 pour contre balancer le nombre de malédictions destinées à Israël s’il n’observe pas la Torah.

Le nombre de jours qui nous sépare du jour de Kippour est très restreint et il nous faut nous efforcer d’opérer un retour sur nous-mêmes le plus profondément et sincèrement possible et pratiquer la tsedaka vraiment de manière généreuse.
Le Zohar nous rappelle un verset des psaumes où le roi David dans une simplicité exemplaire s’exclame devant l’Eternel qu’il est lui aussi, pauvre et sans recours (Psaume 86).
En ces jours où nous voyons à quel point les desseins divins prennent forment, il est urgent de prendre conscience qu’il appartient à l’être humain de se réconcilier avec son Créateur et de prendre de nouvelles résolutions pour qu’IL revienne résider parmi nous.

Caroline Elishéva REBOUH

Chers Amis,
Dans moins d’une semaine nous serons tous en fête sous toutes les latitudes, nous accueillerons avec le sourire et pleins d’espoir une nouvelle année.
Mesdames, si vous faites des haloth n’oubliez pas d’ajouter à la pâte un peu de sucre/miel pour que l’année soit douce.
Avant l’entrée de la fête, n’oubliez pas d’allumer une bougie qui durera 48 heures de manière à permettre d’allumer le gaz ou les braises du barbecue et (pour ceux qui n’ont pas encore cessé de fumer) pour vous permettre d’allumer une cigarette.
Pendant la fête il est permis de cuisiner….
Je vous souhaite une bonne et excellente année nouvelle pour qu’elle soit pleine de bonnes nouvelles, douce comme du miel, pleine de bénédictions en tous genres, pleine de santé,que nos tefiloth soient acceptées ainsi que notre repentir, que ceux qui aspirent à se marier se tiennent sous la houppa  très prochainement avec l’élu/e de leur cœur, que ceux qui désirent être parents le soient et que toute l’année le sourire et le bonheur ne vous quittent point !
Cordialement

          Caroline Elisheva  Rebouh Ben Abou
אלישבע  רבוה בן אבו 

MA Hebrew and Judaic Studies
Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.