POLITIQUE – Virulences, violences, saccages… à l’approche d’un 19ème samedis gilets jaunes, la France en est venue à cela: des militaires vont être postés devant les bâtiments publics et les institutions de la République pour libérer des policiers et leur permettre d’intervenir avec mobilité.

Le débat de BFM-TV mercredi soir a offert une scène, relevée finement par France Info le lendemain matin, et particulièrement signifiante: Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont non seulement pilonné cette décision de leurs tirs croisés mais ont aimablement entremêlé leurs critiques.

Veulent-ils vraiment que l’ordre public soit enfin rétabli, les samedis ? On en doute. L’ordre républicain et le calme démocratique contrarient leur plan, leur espérance de grand trouble, qui leur permettrait non pas de résoudre les problèmes mais d’encore plus les exploiter, pour progresser dans les esprits, les urnes, et peut-être accéder au pouvoir. Ensemble ? Par effet de courte-échelle des radicalités, sociales et nationales ?

Les gilets jaunes ont offert à FI et RN une idéale couverture (commune)

En ce débat de BFM-TV, le Président de la France Insoumise a en tout cas, sans scrupules, publiquement complété les propos de Marine Le Pen. Il l’a interrompu pour ajouter une approbation, ou une protestation, bien commune.

Un alignement des mots et des stratégies, le reflet d’une connivence manifeste entre nationaux-populistes, devenue possible et active depuis des mois grâce aux inattendus « gilets jaunes », qui leur ont offert une idéale couverture. Toute une série de «gens», pour reprendre le mot mélenchonien, sont ainsi entrés depuis des mois en synergie et en stimulations réciproques.

Des gens en virulence qui, dans la doctrine et la stratégie de Mélenchon, assumée par écrit aussi notamment sur son blog (1), correspondent parfaitement à l’objectif de « l’insurrection » (il y ajoute le mot « citoyenne » pour habiller, comme les dictatures du bloc communiste s’appelaient « démocraties populaires ») Lire la suite

Jean-Philippe Moinet

1) Notamment, parmi d’autres, celui du 4 janvier dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.