Les Russes installent l’Iran et le Hezbollah à Quneitra

Moscou a testé les « lignes rouges » d’Israël en amenant des officiers iraniens et du Hezbollah à Quneitra, samedi et dimanche. On les a repérés à 2 kms de la frontière du Golan israélien.

Moins d’une semaine après que le Premier Ministre Binyamin Netanyahu ait mis en garde Vladimir Poutine à Sotchi qu’Israël posait des lignes rouges à l’installation permanente iranienne en Syrie – en particulier près de ses frontières, Moscou soumet l’avertissement du Premier Ministre au test.

Les sources des renseignements militaires de Debkafile révèlent en exclusivité que, samedi et dimanche, (26-27 août), les forces russes ont délibérément installé des officiers des Gardiens de la Révolution Iranienne et du Hezbollah au sein d’un « centre administratif » conjoint qu’ils ont mis sur pied dans la ville de Quneitra.

Les guetteurs de surveillance les ont vus se déplacer à environ 2 kms de la frontière du Golan, le point le plus près où se sont jamais avancées des troupes hostiles iraniennes et du Hezbollah vers la frontière d’Israël avec la Syrie. Ils ont été amenés depuis leur base de Khan Arnaba, à 6 kms à l’est du Golan.

Nos sources expliquent que ce « centre administratif » est un organisme militaro-civil établi par les Russes pour administrer la zone de désescalade de Quneitra, l’une des quatre sur lesquelles les Présidents Trump et Poutine se sont entendus d’établir en Syrie,lorsqu’ils se sont rencontrés à Hambourg  le 7 juillet.

Israël a répété ses objections à cet accord sur sa frontière, de manière véhémente, mais Moscou comme Washington ont fait la sourde oreille. Ils ont assurés Israël qu’il n’y avait rien à craindre,puisque les observateurs russes garderaient le contrôle dans cette zone et personne d’autre.

Durant le mois de juillet, les forces russes ont commencé à prendre pied sur le Golan syrien, puis y ont installé leur Centre de Commandement et relié entre eux dix postes d’observation le long de la frontière syro-israélienne. Mais tout d’un coup, samedi, tout àa changé.

On a repéré les officiers russes en vêtements civils conduisant les officiers iraniens et du Hezbollah, également vêtus d’habits civils, dans la ville de Quneitra pour les installer dans le bâtiment qui abrite le « centre administratif ». Afin de masquer cette intrusion comme s’agissant d’un événement d’ordre purement « civil », les Russes ont aussi amené avec eux pour la promenade, les anciens gouverneurs syriens de Quneitra et de Dera’a, la ville frontalière avec la Jordanie.

Depuis au moins quatre ans, divers groupes rebelles syriens locaux ont été soutenus par Israël, grâce à une aide médicale et logistique.

Cependant, immédiatement à leur arrivée, les officiers russes, iraniens et du Hezbollah ont contacté ces chefs de milice par Skype et leur ont donné trois options :

1. Jouer le jeu avec leur « centre administratif » de Quneitra et faire ce qu’on leur dit de faire, en échange de quoi la protection russo-syrienne leur serait garantie, ainsi que des approvisionnements réguliers de nourriture, d’eau et de soins médicaux.

Ils seraient alors dans l’obligation de rompre tout lien avec Israël.

2.  Déposer les armes devant l’armée syrienne et se disperser volontairement.

3. S’ils rejettent les points 1 et 2 , ils seraient libres de se réimplanter dans toute autre localisation syrienne de leur choix en bénéficiant d’un sauf-conduit et de garanties pour eux et leurs familles.

Nos sources insistent qu’il importe peu de savoir laquelle des 3 options exactement les chefs rebelles du Golan choisiront, il n’empêche qu’Israël perd peu à peu sa zone de sécurité sur la frontière du Golan avec la Syrie et la voit être remplacée par des forces iraniennes et du Hezbollah à sa place, sous les auspices des Russes.

 

DEBKAfile  Reportage Exclusif 27 août 2017, 8:40 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

6 Commentaires

  1. A 2km avec un bon snipper c’est jouable.
    Au moins 1 victime iranienne leur rappellerait qu’il y a bien une ligne rouge.
    Sinon nous perdrons toute credibilite aux yeux de Poutine.

  2. Bibi est un très mauvais diplomate, à force de faire confiance à Poutine et Trump Israel se retrouve avec des forces russes, iranienne et hezbolah sur sa frontière du Golan. Aucun 1er ministre israelien n’aurait par le passé laissé se détériorer cette situation qui est extrêmement dangereuse pour Israël. Seul Bibi avec son manque de courage et de leadership place Israël dans cette situation.Il devient urgent que Bibi se reprenne et devienne contient que pour Israël le statut quo n’a jamais été une solution.

  3. Il est devenu à présent nécessaire que Trump se bouge un peu. Ce dont je doute un peu, vu sa non-réponse aux tirs de missiles de la Corée du Nord. L’Arabie saoudite surveille de très près la présence d’Iraniens en Syrie. Il est à noter que le Qatar vient de se rapprocher de l’Iran. Pourquoi ? Que craint-il ?

    Quelqu’un peut-il apporter une réponse à la question suivante ? Quelles sont les relations entre la Russie et l’Inde ?

  4. je crois qu’elie a vu juste.
    0 Ainsi parle le Seigneur Dieu: « II arrivera, ce jour-là, que des projets germeront dans ton esprit et que tu méditeras un mauvais dessein. 11 Tu diras: « Je veux marcher contre ce pays aux villes ouvertes, surprendre des gens paisibles qui vivent en toute sécurité, habitant tous sans remparts, n’ayant ni verrous ni portes, » 12 pour faire du butin et te livrer au pillage, pour porter la main sur des ruines repeuplées et sur un peuple rassemblé d’entre les nations, en possession de biens et de richesses, et qui habite le nombril de la terre.

  5. Laissons courrir, Assad a fait venir le Hesbollah, puis les Russes, les Russes ont fait venir les Iraniens, Poutine occupe désormais la Syrie avec l’aide des Amerlocks, mais c’est pas suffisant, Poutine fait venir un deuxième soumarin, voilà 10 ans que Poutine rêve du gaz de Leviathan, Bibi a fait tourner la tête de Poutine, il faut à Poutine tout le gaz des côtes syriennes et libanaise, la base de missiles vue par les satellites israéliens ne peut être que de fabrication russkof.

    Les Russes ne sont en Syrie que pour le gaz. Celui d’Israël appartient aussi aux USA donc Patouche Poutine!
    A mon avis, Poutine ne cherche pas la guerre à Israël, çà lui coûterait trop cher, les 5 F35 pourraient transformer ses sousmarins en confettis, il veut seulement sa part du gaz ensuite, il donnera aux Iraniens ce qu’il leur a promis… la destruction d’Israël… coût, zéro rouble ce sera l’affaire des Iraniens…

    Tel est le plan de l’ami nommé Poutine… Mais Poutine ne connaît pas Tsahal, qui transforme trois camions et quatre planches de bois en une base aérienne lanceuse de missiles dont aucun ne rate jamais sa cible, tandis que le dôme de fer suivi de la fronde « the sling » de David, (ici, la fronde de Bibi) ne manquera pas de renvoyer the russian goliath lui, ses migs, ses deux sousmarins et ses SS300 dans ses mornes plaines de Russie, plaine ma plaine… mieux valait rester à Sotchi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.