BECHaLaH: Le plus beau des Cantiques (vidéo)

par Caroline Elisheva Rebouh le 4.02.2020

 

Ce Chabbat précède celui de Ytro dans la sidra duquel figurent les « Dix paroles divines » souvent désignées par les « dix commandements ».

Cette péricope narre les dernières hésitations de Pharaon à libérer ce peuple qui a aidé par son dur labeur à ériger des constructions encore visibles de nos jours……

Les semaines précédentes ont été denses en événements sur naturels et pleins d’enseignements.

Aujourd’hui, le peuple juif (ce qu’il en reste car les 600,000 hommes de 20 à 60 ans auxquels il faut ajouter les femmes les enfants et les vieillards soit un total de plus de 2 millions ne représentent qu’un cinquième du peuple tel qu’il était à la veille de la plaie des ténèbres), s’apprête à franchir à pied sec la mer Rouge (ou mer des joncs en hébreu : yam souf).

Et, ce prodige qu’HaShem opéra devant tout ce peuple, ainsi que la noyade de Pharaon et de son armée provoquèrent une volonté de rendre grâce à HaShem par ce cantique célébrant la splendeur de ce qui se produisit alors.

Le « camp » des enfants de Jacob, tel un joyau dans son écrin, était entouré des colonnes de nuées le jour et de colonnes de feu la nuit.

Tout le temps de la traversée de la mer et plus tard, tout le temps de la traversée du désert, le peuple marcha sans être incommodés par la chaleur, les pierres ou des insectes : le sol était agréable, des vapeurs aux senteurs d’hysope (lavande), de myrrhe, et d’encens, se dégageaient tout au long de leur parcours, ces prodiges s’ajoutèrent au fait que leurs vêtements ne s’usaient pas, ne se salissaient pas, que ces habits s’adaptaient aux mesures des usagers au fur et à mesure…..

Le peuple, entonna, en suivant les paroles de Moïse, un chant, un cantique, un hymne, plein d’exaltation pour célébrer la Gloire divine…. Az Yashir Moshé ou bené Israël Alors, Moïse et les enfants d’Israël entonnera ce chant…..

Les commentateurs expliquent ce verbe au futur (sans la présence d’un vav conversif) pour signifier qu’au temps de la Rédemption, Moïse, qui n’a pas été enseveli en Israël, se trouvera à la tête de tous les Juifs qui sont morts à l’extérieur d’Israël, pour les ramener en Terre d’Israël….

Certains événements survenus juste avant la sortie d’Egypte, pourraient être qualifiés de « dramatiques » tels le fait que Moïse se mit en quête des ossements de Joseph, présageant de l’entrée dans le pays des ancêtres, et permettre ainsi au fils bien aimé de Jacob et Rachel de trouver un repos éternel.

De plus, en partant d’Egypte, les esclaves devenus hommes libres se sont pourvus d’armes. La question est de savoir s’ils avaient l’intention de livrer la guerre à quelqu’un…. Ils n’avaient pas la moindre idée du fait qu’ils allaient être attaqués par surprise par Amalek……….

Ils s’armèrent pour pouvoir faire face tout en s’en remettant au Roi Suprême qui règlerai les batailles et gèrerait les victoires en les accordant à qui de droit.

Dans cet hymne chanté par le peuple entier, les Sages ont mis en exergue le fait que parmi les poursuivants d’Israël, chacun trouva la punition qui lui convenait : certains sont morts et furent emportés comme fétus de paille, certains furent absorbés par les flots et coulèrent comme du plomb…..

Les hommes délivrés de l’esclavage égyptien étaient encore ébranlés par ce qu’ils avaient vécu cependant, la « tourbe nombreuse » (‘erev rav ou mélange de personnes qui se mêlèrent aux Juifs à la sortie d’Egypte) influait lourdement sur les sentiments des Juifs qui se laissèrent troubler et furent saisis de frayeur…

Au moment où les plaies furent infligées aux Égyptiens, l’expression retenue fut « le doigt de D ». HaShem infligea de nombreuses punitions de Son Doigt !

En revanche, c’est avec beaucoup plus d’ampleur que La Main de D. propulsa Israël hors d’Egypte et c’est de Sa Main tendue qu’IL leur accorda Ses bienfaits (Puissance 5 ! ).

A l’analyse des faits, nous pouvons percevoir combien le mérite de nos Patriarches fut GRAND ….

En effet, Le peuple sans autre qualificatif comme il est mentionné dans la Torah fut le témoin de toutes sortes de prodiges et de miracles et de bienfaits tout en se conduisant de manière inqualifiable alors qu’Abraham a fait l’objet d’épreuves mais a continué à prouver son attachement à D. sans jamais rien demander et sans jamais regarder en arrière !!!!

De manière à permettre le passage de tout ce peuple en un temps record (les égyptiens les poursuivant), l’Eternel divisa la mer en 12 couloirs (un par tribu) et le vent qui souffla si fort sécha le sable pour permettre au peuple de passer facilement et sans s’embourber.

Le peuple grandit le Nom divin en clamant « mi kamokha baelim HaShem » (מי כמוך באלים ה’) Qui est comme Toi parmi les plus grands ? et les initiales de cet hémistiche forment un nom sacré : מכב »י qui peut se lire aussi comme un sigle quelconque mais ici avec une portée symbolique beaucoup plus forte………… MAKABI !!!

Au son des tambourins le peuple progressa dans sa marche vers la liberté.
La découverte des sources d’eau, et du moyen de rendre l’eau potable, ne fait pas taire ces esprits négatifs et agitateurs sur les esprits desquels rien n’a de prise.

Les esprits des uns excitant l’esprit des autres, une fois de plus, ils eurent des requêtes : en Egypte dirent-ils ils avaient du pain et de la viande à manger … mais,…… ils avaient oublié le fait qu’ils ne recevaient des Egyptiens qu’une quantité moyenne de pain sans levain pour qu’ils soient rassasiés et puissent travailler à moindre coût !

La Miséricorde divine permit à ce peuple dur et ingrat et prompt à lâcher prise et à s’enflammer de boire et de manger de ce pain céleste, nourriture des Anges, dont il sera conservé une quantité en témoignage et en souvenir. Cette manne fut d’une valeur spirituelle élevée et inestimable.

Les cailles elles aussi s’abattirent sur le camp d’Israël a un tel point que ce n’était plus de la nourriture qui tombait du ciel mais tout simplement de quoi se goinfrer.

Amalek se profila dans cette sidra riche en rebondissements. Le peuple parmi lesquels s’étaient infiltrés des « esprits forts » était en proie aux doutes sur son avenir bien qu’ils aient été les témoins de tous les miracles produits par HaShem pour eux.

Le doute en hébreu se dit « safek » ספק dont la valeur numérique est de 240. Nos Sages mettent en garde le peuple contre toutes sortes « d’Amalek » qui jalonnent notre histoire : en effet, à chaque fois que le doute s’insère dans la foi d’Israël, un AMALEK, surgit עמלק est lui aussi d’une valeur numérique de 240…

Caroline Elishéva REBOUH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.