NiTSaViM VaYeLeCH: Les Bûcherons et les puiseurs

Caroline Elishéva REBOUH le 07.09.2020

La sidra de cette semaine est couplée avec Vayélekh et, elle est la dernière de cette année la prochaine parasha sera celle de Haazinou qui sera celle de Shabbat Shouva et donc la première de la nouvelle année.

La Torah s’exprime ainsi :
אַתֶּם נִצָּבִים הַיּוֹם כֻּלְּכֶם, לִפְנֵי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם: רָאשֵׁיכֶם שִׁבְטֵיכֶם, זִקְנֵיכֶם וְשֹׁטְרֵיכֶם, כֹּל, אִישׁ יִשְׂרָאֵל. י טַפְּכֶם נְשֵׁיכֶם–וְגֵרְךָ, אֲשֶׁר בְּקֶרֶב מַחֲנֶיךָ: מֵחֹטֵב עֵצֶיךָ, עַד שֹׁאֵב מֵימֶיךָ

Vous êtes placés aujourd’hui, vous tous, en présence de l’Éternel, votre D. : vos chefs de tribus, vos anciens, vos préposés, chaque citoyen d’Israël ; vos enfants, vos femmes et l’étranger qui est dans tes camps, depuis le fendeur de bois jusqu’au puiseur d’eau.

La plupart des mefarshim (exégètes) se sont interrogés sur la mention faite des fendeurs de bois et des puiseurs d’eau, les interrogations étant les suivantes : d’où viennent ces gens, pourquoi eux et pas d’autres….

En effet, la scène se passe « un peu » avant l’entrée du peuple dans le pays offert par HaShem à Son peuple et, peu de temps avant la mort de Moïse.

Le troisième mot du verset qui ouvre cette section, est « hayom ». Le Zohar explique à plusieurs que lorsqu’il est écrit ainsi « hayom » ou bien « vayehi hayom » cela indique que l’évènement a lieu pour Rosh HaShana. Dans la Torah, la situation se déroule donc environ 5 mois avant que Moïse ne « rejoigne ses pères ».

Tout au long des 40 années de pérégrinations dans le désert, les enfants d’Israël n’ont pas manqué d’eau puisque le puits de Myriam (be’er Myriam), était disposé de telle façon que l’eau arrivait par des sortes de canaux directement à chaque tente. En ce cas pourquoi est-il question de puiseurs d’eau ? Et de fendeurs de bois ? Cela semble être hors du contexte géographique. Et pourtant….

Lors de la sortie d’Egypte, se sont joints des non-Juifs que les Sages ont dénommée la « tourbe nombreuse » (Erev rav en hébreu que je traduirais plutôt le grand mélange). A ce « erev rav » se sont ajouté des Cananéens qui ont confié à Moïse, leur désir ardent de se convertir au judaïsme et d’accepter sur eux le joug de la Torah.

Pour d’innombrables raisons qui ne nous appartient pas aujourd’hui d’analyser, Moïse avait assigné à ces nouvelles recrues un lieu proche du campement. L’heure étant à la passation de pouvoirs entre Moïse et Josué, Moïse décréta que, désormais, le peuple devant prendre possession du pays, tout le peuple y compris les Cananéens convertis qui occupaient des fonctions précises : fendeurs de bois ou puiseurs d’eau.

Pour quelles raisons Moïse confia-t-il à ces personnes de telles professions ? De nombreuses opinions se sont fait jour parmi lesquelles celles qui suivent : les idolâtres installaient leurs temples idolâtres aux abords de forêts, de bosquets et de sources en conséquence, les nouveaux « citoyens » étaient les mieux préparés pour abattre ces arbres ou pour puiser de l’eau lors de la prise de possession de lieux dans la nouvelle contrée.

D’autres opinions se construisent autour du fait que le texte énonce : méhotevé etsim vead shoavé mayim. C’est-à-dire « ….depuis les fendeurs de bois jusqu’aux puiseurs d’eau » Ces opinions se reposent sur le fait qu’Abraham fut le premier fendeur de bois et le premier puiseur d’eau en ceci : lorsqu’Abraham entendit la requête d’HaShem de Lui sacrifier son seul et unique fils, Abraham qui avait su pourtant tenir tête au Créateur pour Sodome et Gomorrhe, n’a pas desserré les lèvres et n’a pas tergiversé. Il aurait pu, également, essayé de gagner du temps mais, tout au contraire, il s’est levé de bon matin, il a coupé du bois, de manière à ne pas perdre de temps et d’exécuter l’ordre divin sans plus tarder.

Le jour de Rosh Hashana, tout rappelle le sacrifice d’Isaac et la foi inébranlable des deux patriarches : Abraham qui exécute les ordres divins sans discuter et Isaac qui accepte sans discuter et, dans cet acte conjoint du père et du fils qui exécutent sans chercher à comprendre que face à l’Éternel, la volonté humaine n’a aucune valeur.

Et dans ce silence presqu’intégral qui prend une place immense entre les deux hommes, se détachent la foi immense des deux hommes vers le Maître du Monde, l’amour impalpable qui lie ces deux êtres et la bénédiction divine immanente qui va suivre, formant ainsi un triangle de communication tel qu’en disserte le Maharal de Prague.

La station debout des fidèles pendant les offices de Rosh Hashana rappelle justement le fait que toute l’humanité est convoquée devant l’Éternel pour faire pardonner nos fautes à tous et que ces fautes seront pardonnées par égard pour l’amour et la soumission des patriarches s’inclinant devant la volonté du Tout Puissant.

Les sonneries du Shofar rappellent le sacrifice d’Isaac remplacé par le bélier car le Ayil (bélier) s’est empêtré par ses cornes dans les buissons tout comme nous nous emberlificotons avec nos pêchés dans les méandres de la vie terrestre.

La prière de la Amida (où l’on se tient debout) comporte ç bénédictions en rapport direct avec la prière de Hanna qui, à 9 reprises, va prononcer le nom de D. pour réclamer à HaShem la faveur d’un fils qu’elle portera et qu’elle allaitera et offrira à D. pour être Son envoyé sur terre. Elle ne demande pas pour elle, elle demande pour l’Éternel !

La cérémonie même du Tashlikh que l’on récite à l’office de minha du premier jour de Rosh HaShana rappelle aussi la ligature d’Isaac car, en chemin vers le Mont Moriah, nous confie le Midrash, le Satan fit jaillir un fleuve puissant pour empêcher Abraham et son fils d’arriver au lieu choisi par l’Éternel pour construire l’autel et, le flux de ces eaux alla en augmentant jusqu’à ce qu’Abraham requit l’assistance divine par ces mots, qui depuis, devinrent une locution par laquelle les humains expriment leur détresse : מים הגיעו עד נפש mayim héguiou ad nafesh ou l’eau est arrivée jusqu’à l’âme soit on n’en peut plus dirait-on familièrement.

Le texte énonce « depuis » (les fendeurs de bois) « jusqu’aux » (puiseurs d’eau) les exégètes font pour la plupart allusion au fait, nous l’avons dit qu’Abraham fut le premier fendeur de bois mais il fut aussi le PREMIER CROYANT et, le « jusqu’au » fait allusion à la fin des temps où Eliahou HaNavi annoncera l’arrivée du Mashiah et où l’Humanité entière devra se rendre à l’évidence et CROIRE.

C’est à Rosh HaShana que se tint le Premier Jugement de l’Histoire de l’Humanité lorsqu’Adam se tint devant le Créateur et dut rendre des comptes sur sa conduite.
Dès l’entrée en Canaan, les fendeurs de bois et les puiseurs d’eau ont trouvé leur place dans la société judéenne biblique.

Roch Hachana 2020 (5781):
De la soirée du vendredi 18 septembre
À la soirée du dimanche 20 septembre 2020

 

Caroline Elishéva REBOUH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.