Il aura fallu presque deux mois à Netanyahou pour constituer un gouvernement qui, pour le moment, ne semble pas promis à une grande stabilité si la coalition ne s’élargit pas au cours de son mandat.

– Les réformes importantes annoncées par le futur ministre des Finances pourront-elles être mises en œuvre avec une majorité d’un siège?

– Le cabinet israélien sera-t-il en mesure de résister aux pressions internationales à venir sur le dossier palestinien ? Le Premier Ministre aura-t-il les mains libres pour imposer la réforme du système électoral afin d’améliorer la gouvernance de l’Etat d’Israël ?

– Les fractures sociales mises à jour par les élections pourront-elles être réduites par un gouvernement déjà engagé par des dépenses budgétaires accordées aux partis de la coalition ?

Etat en pleine croissance, Israël est un pays dont certains secteurs sont en crise, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan moral. La police, la justice et l’armée font face aujourd’hui à de graves difficultés, avec la mise en examen de hauts gradés de ces institutions dans des affaires de corruption ou de harcèlement sexuel. Jusqu’à présent ces secteurs avaient su préserver la confiance de la population, mais ces dernières semaines de fortes brèches ont entamé ce capital.

Même la sécurité intérieure des citoyens est mise en danger avec la recrudescence des attentats d’origine criminelle et règlements de compte des gangs de la pègre israélienne.

Israël a besoin  aujourd’hui d’un leadership sans faille, tant au niveau du pouvoir exécutif qu’à celui du pouvoir législatif et du pouvoir juridique. Les élections ont apporté une réponse claire entre deux mouvances politiques, mais elles ont aussi posé des questions sur la confiance dans le pouvoir et les institutions, dans lesquels les Israéliens ne se reconnaissent pas.

Le système électoral transforme chaque échéance en une sorte de référendum pour le Premier ministre, or si l’on interrogeait les Israéliens sur des questions essentielles, on constaterait qu’ils ont en majorité des avis différents des partis pour lesquels ils ont voté, sur  de nombreux points.

Un régime politique stable permettrait, comme c’est le cas dans d’autres démocraties, d’équilibrer la politique du gouvernement par une intense activité parlementaire, dans laquelle l’opposition jouerait aussi un rôle, ou encore par un travail de réflexion en profondeur de l’appareil juridique sur le long terme. Mais la réalité politique d’Israël, où depuis trois décennies la plupart des mandatures ne vont pas à leur terme, ne facilite pas cette tâche de construction d’un paysage politique stable.

Le gouvernement n’a pas le temps d’appliquer une politique ou de réformer, la Knesset ne peut accomplir son rôle de législateur serein, et la justice n’a pas la capacité de servir de régulateur des lois adoptées souvent dans l’urgence. Ces questions étaient aussi inscrites les bulletins de vote, et il serait bon que les nouveaux dirigeants élus en décryptent le contenu.

Michaël Bar-Zvi   

Chronique du 14 mai 2015 – Kaf He Be yaar 5775 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.