Lev Tahor : les dirigeants de la secte juive arrêtés lors d’un raid dans la jungle mexicaine ont été libérés.

Les dirigeants d’une secte juive arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés de trafic d’êtres humains et de crimes sexuels au Mexique ont été libérés.

Leur avocat a déclaré que les deux hommes, qui sont des citoyens étrangers, ont été libérés jeudi soir faute de preuves. Cela faisait suite à une évasion massive d’environ 20 membres de la secte détenus dans un établissement gouvernemental après le raid sur leur base dans la jungle la semaine dernière.

La secte, Lev Tahor, est connue pour ses pratiques extrémistes et impose un régime strict à ses adeptes. Il prône le mariage des enfants, inflige des peines sévères même pour les transgressions mineures et oblige les femmes et les filles dès l’âge de trois ans à se couvrir complètement avec des robes.

Une source impliquée dans l’opération contre le groupe a déclaré à la BBC que la décision de libérer le couple sapait « le travail juridique impressionnant et sans faille accompli par le bureau du procureur général et la police avant et pendant le raid ».

Les deux hommes étaient en état d’arrestation depuis le raid du 23 septembre. Le ministère israélien des Affaires étrangères les a identifiés comme citoyens israéliens et canadiens. L’avocate, Yaret Jiménez, a déclaré à l’agence de presse espagnole Efe que ses clients avaient été « acquittés à 100% » des infractions présumées. Mme Jiménez a suggéré que les accusations portées contre ses clients ont été utilisées comme prétexte par les autorités pour effectuer le raid afin de retirer un enfant de l’enceinte.

Un garçon de trois ans a été libéré lors du raid et a retrouvé son père, un ancien membre de la secte. Le couple est rentré chez son père en Israël mardi. L’opération était le résultat de deux années d’activités secrètes qui ont commencé lorsque l’homme, Yisrael Amir, a fait appel à un ancien membre de l’agence de renseignement intérieure israélienne, le Shin Bet, pour obtenir de l’aide pour faire sortir son fils.

Le complexe du groupe, à 17,5 km au nord de Tapachula dans l’État du Chiapas, a été perquisitionné après des mois d’enquête et de surveillance impliquant les autorités mexicaines et guatémaltèques et une équipe privée de quatre hommes d’Israël comprenant d’anciens agents du Mossad et du Shin Bet.

Environ 20 membres de la secte retirés de l’enceinte ont été détenus dans un établissement gouvernemental de la ville de Huixtla, dans l’ouest du pays, pendant que les autorités décidaient quoi faire d’eux. Cependant, ils ont éclaté dans des scènes dramatiques mercredi soir, escaladant un garde qui était tombé en essayant de les arrêter et disparaissant dans la nuit. On ne sait pas où ils sont allés.

Le groupe est arrivé au Mexique en provenance du Guatemala voisin, où la plupart des membres vivent encore, plus tôt cette année. La direction de la secte au Guatemala est au centre d’une affaire d’enlèvement depuis 2018. Neuf des membres de la secte ont été inculpés, dont quatre ont jusqu’à présent été condamnés.

Lev Tahor – hébreu pour Cœur Pur – a été formé en Israël en 1988 et compterait jusqu’à 350 membres, selon un groupe d’anciens membres. Il a été contraint de se déplacer d’un pays à l’autre ces dernières années après avoir été surveillé par les autorités locales. Il est actuellement réparti entre Israël, les États-Unis, la Macédoine du Nord, le Maroc, le Mexique et le Guatemala.  Alors que le groupe est souvent décrit comme ultra-orthodoxe, il suit ses propres règles et a été déclaré « secte dangereuse » par un tribunal israélien. Ses dirigeants ont nié avoir enfreint les lois locales et affirment que le groupe est ciblé en raison de ses convictions.

——————————————

Des membres de la secte juive Lev Tahor détenus au Mexique s’évadent.

Une vingtaine de membres d’une secte juive détenus dans un établissement au Mexique après une descente de police dans leur base dans la jungle ont pris la fuite.

Des images montraient des hommes, des femmes et des enfants sortant du site de Huixtla, dans l’ouest, mercredi soir. Ils étaient là depuis le raid de vendredi dernier lorsque deux membres ont été arrêtés, soupçonnés de traite des êtres humains et d’infractions sexuelles graves.

La secte, Lev Tahor, est connue pour ses pratiques extrémistes et impose un régime strict à ses adeptes. Il prône le mariage des enfants, inflige des peines sévères même pour les transgressions mineures et oblige les femmes et les filles dès l’âge de trois ans à se couvrir complètement avec des robes. Les médias locaux ont déclaré que les membres du groupe protestaient contre leur détention depuis leur arrivée, notamment en émeutes et en agressant le personnel.

Une vidéo de l’agence de presse Reuters montre les détenus, vêtus de robes dorées, grises et blanches, se frayant un chemin devant deux gardes à une porte alors qu’un de leurs membres la maintient ouverte. L’un des gardes essayant de les retenir tombe et le groupe grimpe sur lui alors qu’ils s’échappent. On voit un jeune se retourner et donner des coups de pied au garde alors qu’il est allongé sur le sol.

On ne sait pas où le groupe est allé. Associated Press a déclaré qu’ils avaient été récupérés par un camion et se dirigeaient vers la frontière avec le Guatemala, tandis que le site d’information El Heraldo de México a déclaré qu’ils avaient parcouru plusieurs kilomètres à pied avant de disparaître dans la nuit.

Leur complexe, à 17,5 km au nord de Tapachula dans l’État du Chiapas, a été perquisitionné par une unité de police d’élite après une enquête de plusieurs mois et une opération de surveillance impliquant les autorités mexicaines et guatémaltèques et une équipe privée de quatre hommes d’Israël, dont l’ancien Mossad et agents de renseignements intérieurs.

Vingt-six membres ont été retrouvés sur le site, parmi lesquels des Israéliens ayant la double nationalité, dont le Canada, les États-Unis et le Guatemala, a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères.

Il a indiqué qu’un citoyen canadien et un citoyen israélien ont été arrêtés, tandis que deux autres membres recherchés auraient quitté l’enceinte deux jours avant le raid et sont recherchés. Cinq autres ont été arrêtés pour avoir prétendument enfreint les règles d’immigration. L’opération découlait d’un appel à un ancien membre de l’agence de renseignement intérieure israélienne, le Shin Bet, par un ancien membre de la secte, Yisrael Amir.

M. Amir a fui la base du groupe au Guatemala en 2020, devant y laisser son fils alors âgé d’un an. Son fils a été libéré lors du raid de la semaine dernière et ramené en Israël avec son père. Le groupe vivait au Guatemala depuis 2014, mais en janvier, des membres sont entrés illégalement au Mexique, s’installant dans la jungle.

La direction du Guatemala est au centre d’une affaire d’enlèvement depuis 2018. Neuf des membres de la secte ont été inculpés, dont quatre ont jusqu’à présent été condamnés.

JForum.fr – BBC news

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.