Le Yémen dans la ligne de mire: les options d’Israël en réponse à la menace Houthi

L’armée houthie du Yémen sait déjà qu’Israël fait face avec succès aux lancements de drones et de missiles de croisière – ce qui les amène à une user d’une nouvelle menace – « s’emparer de tout navire qui tente d’atteindre Israël ». Face à la menace des terroristes houthis, quelles sont les options de ripostes dont dispose Israël, et pourquoi l’Égypte en serait la principale perdante?

Depuis le début des combats, Israël a réussi à faire face aux lancements de drones et de missiles de croisière depuis le Yémen, mais la menace Houthi est plus présente que jamais. Hier (samedi), les rebelles ont annoncé qu’ils attaqueraient tout navire qui navigue vers « Israël – sans exception. Naviguant, depuis n’importe quel pays – tout navire est une cible légitime », a menacé le porte-parole de l’armée houthie. Un expert israélien du commerce maritime a prévenu : « Sans intervention immédiate des forces militaires, les compagnies maritimes peuvent refuser d’atteindre les ports d’Israël. »

Jusqu’à présent, Israël s’est montré prudent et n’a pas agi contre l’armée rebelle, principalement par crainte qu’elle n’endommage les installations pétrolières de la région à l’aide de drones suicides, ce qui entraînerait un problème mondial. Et malgré cette approche choisie par l’establishment sécuritaire, il ne fait aucun doute que la nouvelle menace devrait conduire à une manière de penser différente.

Les lancements qu'ils ont effectués (photo : tirée de la documentation publiée par les Houthis)Photo : Extrait d’un document publié par les Houthis

Alors, que peut réellement faire Israël ?

Alors que la menace venant du Yémen augmente et que ceux dont les intérêts sont lésés en termes de délais de livraison des marchandises se multiplient, la pression est exercée sur Israël pour qu’il agisse. La vigilance s’est accrue dans tous les pays de la région et les États-Unis travaillent également de différentes manières pour tenter de contrôler la menace houthie. L’Égypte, par exemple, est le principal pays qui sera touché si les rebelles mettent à exécution leur menace de bloquer les navires israéliens, car dans une telle situation, aucun navire ne passerait par le canal de Suez.

Israël dispose de plusieurs options d’« actions douces » qu’il peut mener. Le principal concerne les cyberattaques qui provoqueront des perturbations dans les infrastructures centrales du Yémen. Par exemple, une attaque de ce type pourrait entraîner la fermeture d’un port au Yémen, qui constitue le principal axe de trafic du pays, à tel point que même la nourriture n’y entrerait pas. En fait, il est possible d’endommager n’importe quelle infrastructure critique pour le pays, y compris les bases militaires des Houthis. C’est une opération qui nécessite un renseignement de qualité.

La distance entre Eilat et YémenLa distance entre Israël et le Yémen et la route commerciale de la mer Rouge

Israël a déjà compris qu’il s’agit d’un domaine qui doit être traité d’une manière particulière, et qu’une autre possibilité pour faire face à la menace Houthi est d’attaquer le commanditaire: l’Iran. On sait que l’Iran est à l’origine de la vague d’attaques en provenance du Yémen. La question peut donc être posée : pourquoi ne pas y prendre des mesures significatives ? Les États-Unis, Israël et d’autres pays occidentaux peuvent former une coalition qui déciderait de mettre un terme à cet événement : en d’autres termes, nous savons qui est le guide et, au lieu de prendre les armes, nous pouvons frapper la tête de la pieuvre.

Un expert du commerce maritime, qui connaît les détails, s’est entretenu avec N12 et a expliqué que la nouvelle menace des Houthis nécessite des dommages à l’ensemble du commerce mondial. En outre, il a souligné que les principales perturbations concernent les chaînes d’approvisionnement et moins les coûts de transport.

Les Houthis s'emparent du navire Galaxy LeaderLes Houthis ont publié un document : voici à quoi ressemblait leur prise de contrôle d’un navire en mer Rouge

Le même expert a comparé le scénario dans lequel les rebelles Houthis s’emparaient des navires en route vers Israël, aux attaques de pirates somaliens au cours des deux dernières décennies, qui ont entraîné des dommages importants aux expéditions de nourritures de l’aide internationale vers les zones en détresse de Somalie.

« Cela crée un fardeau économique dû aux mesures de sécurité à la fois sur les navires et sur les flottes de guerre », précise-t-il. « Les augmentations de prix dues aux Somaliens ont été relativement négligeables, mais d’autres conséquences telles que l’augmentation des stocks, les longs délais de livraison et le harcèlement des navires sont intolérables », a-t-il ajouté. Selon lui, sans l’intervention immédiate des forces militaires, les compagnies maritimes pourraient refuser de visiter directement les ports israéliens : « Cela pourrait être un scénario « apocalyptique », mais il existe. »

JForum.fr avec www.mako.co.il/
Photo : Marine américaine

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires