Les Journées qui forgent la Nation israélienne (Douglas Altabef)

Ce sont des jours grisants et lourds en Israël. À partir de la Pâque, nous revivons notre naissance nationale en tant que peuple juif et les grandes actions et les miracles que Dieu a accomplis en notre nom.

Peu de temps après, le jour de Yom Hashoah, nous baissons la tête sous le choc et l’incrédulité face à la capacité d’inhumanité de l’humanité alors que nous nous souvenons de l’Holocauste (Shoah). Nous sommes laissés bouche bée par l’horreur et le fort sentiment que nous n’avons pas de réponses à bon nombre des questions les plus brûlantes sur ce que signifie être humain.

La semaine suivante, nous avons deux jours qui définissent à la fois Israël comme un État-nation moderne et qui, vus dans leur ensemble, n’ont d’équivalent nulle part ailleurs dans le monde.

Bien sûr, je fais référence à Yom Hazikaron, le jour du souvenir des soldats tombés au combat, et à Yom Ha’atzmaout, le jour de l’indépendance d’Israël.

Ces jours ont non seulement un lien intime les uns avec les autres, mais partagent un lien profond avec la Pâque et Yom Hashoah.

Yom Hazikaron ressemble à Yom Hashoah, en ce sens que les deux jours nous sommes envahis par un sentiment de perte. Mais à Yom Hashoah, nous secouons et inclinons la tête devant un crime aussi incompréhensible et tragique. À Yom Hazikaron, en revanche, nos têtes sont hautes, levées vers le ciel, pour ainsi dire, dans la compréhension, l’appréciation et la gratitude. Nous savons pourquoi nos soldats sont morts. Leurs morts étaient significatives et intentionnelles – des sacrifices au nom de ceux qui témoigneraient de ce qu’ils ont fait en notre nom.

Bien sûr, c’est un jour de grande tristesse, car pour nous, la perte d’une vie – peu importe la détermination ou la volonté du sacrifice – est aussi la destruction d’un monde. Mais il ne s’agissait pas de morts de victimes, comme l’étaient celles de nos frères pendant l’Holocauste. Ce sont les morts de héros, de personnes qui ont sciemment pris un risque au nom de leur pays ou, dans le passé, sur l’idée que les Juifs pourraient un jour avoir un pays.

Il y a eu un héroïsme extraordinaire de la part de Juifs individuels pendant l’Holocauste – des actes de compassion et de résistance. Mais aucun Juif n’a assumé la tâche de l’héroïsme comme une décision consciente. Au lieu de cela, leur héroïsme était une réaction au fait d’avoir été envoyé en enfer, un destin qui, pour beaucoup, a provoqué un comportement presque surhumain. C’était une épreuve qu’ils n’avaient pas choisie.

Si la Pâque célèbre la naissance du peuple juif en tant qu’entité politique collective, alors Yom Ha’atzmaout célèbre la renaissance de l’État-nation politique auquel ce peuple a été promis et qui a effectivement été amené et donné il y a plus de 3 000 ans. À sa manière, cependant, Yom Ha’atsmaout est aussi un jour de commémoration, car ce n’est qu’avec un souvenir reconnaissant et humble que nous pouvons vraiment intérioriser la signification de ce que la journée célèbre.

À la Pâque, nous nous souvenons que nous nous tenons sur les épaules de géants – nos ancêtres qui ont quitté l’Égypte, sont venus en Terre d’Israël, nous ont donné une vitalité historique et ont légué à l’humanité le génie de la sagesse et de la tradition juives.

À Yom Hashoah, nous nous souvenons que nous nous tenons au milieu des cendres de nos ancêtres bien-aimés, dont le grand crime a été d’avoir été bénis, de faire partie de la chaîne de transmission qui a quitté l’Égypte et a connu la Terre d’Israël. Nous leur promettons que leur mort ne sera pas vaine. Qu’à partir de la conscience fulgurante de leur cauchemar, nous redoublerons d’efforts, en leur mémoire, pour vivre et ne pas mourir en tant que juifs ; vivre une vie de dignité et de sens; et de dire au monde que ceux qu’ils ont cherché à anéantir vivent.

À Yom Hazikaron, nous honorons ceux qui ont réalisé cette promesse sous la forme de l’État d’Israël. Et le jour de Yom Ha’atzmaout, nous célébrons cette réalisation elle-même avec une journée de grande appréciation, non seulement pour nos ancêtres mais plus particulièrement pour ceux dont les efforts et le sacrifice ont rendu cela possible.

Ma femme et moi avons le privilège de célébrer chaque année ces journées inextricablement liées dans notre petite ville de Haute Galilée. Rosh Pina est l’une des plus anciennes communautés d’Israël moderne, et à la veille de chaque Yom Hazikaron, nous nous réunissons pour lire les noms de ceux qui sont morts pour notre défense. De plus, en raison de nos racines historiques, nombre de nos héros de Rosh Pina sont morts avant la formation de l’État dans la défense des communautés juives lors d’émeutes arabes ou d’attaques de tireurs d’élite émanant des hauteurs du Golan alors détenues par la Syrie.

Le lendemain matin, nous montons la colline jusqu’au cimetière militaire de Rosh Pina, un lieu d’une dignité indescriptible, pour assister au service commémoratif annuel. Comme c’est le cas pour les rituels les plus puissants, le service est le même chaque année, la seule variation étant le membre de la Knesset qui prononce une allocution. Des gerbes sont déposées sur une tombe collective, un salut en trois coups est tiré par une vingtaine de soldats et des fleurs sont distribuées pour être déposées sur les nombreuses tombes du cimetière. En se promenant parmi eux, on est frappé par la jeunesse des défunts, et on se demande ce qu’il aurait pu être.

C’est très fort de voir la tombe de Meir Dagan, ancien chef du Mossad et général des Forces de défense israéliennes, à côté des tombes des fils de nos voisins. Les tombes sont indiscernables, à l’exception des détails personnels.

Tel est le pouvoir de la mission et du dévouement.

Il y a des rassemblements autour de nombreuses tombes, avec la famille et les amis qui se saluent, entièrement déterminés à s’assurer que le défunt sait que nous sommes tous là pour lui.

De manière quelque peu maniaque, la noirceur de la journée passe ensuite à l’exaltation alors que nous nous réunissons à la tombée de la nuit pour célébrer l’anniversaire de notre nation avec des chants et des danses, des sketches et des feux d’artifice. Nous rendons hommage à un citoyen local, puis les enfants partent jouer sur un certain nombre d’attractions gonflables gonflables. C’est une fête de petite ville et je ne la manquerais pour rien au monde. C’est le point culminant de jours d’appartenance, de sentiment de faire partie de quelque chose de tellement plus grand et plus important que nous-mêmes.

L’une des leçons que l’Occident apprend ces jours-ci est l’importance de la reconnaissance. Sans une appréciation reconnaissante de ce qu’il a fallu pour nous accorder la richesse matérielle et la sécurité dont tant d’entre nous jouissent, tout cela disparaîtra inévitablement.

C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles ces journées en Israël sont si importantes. Pendant que nous célébrons ce que nous avons, nous le faisons tout en étant conscients de ce qu’il a fallu pour y arriver. Ce n’est qu’avec cette reconnaissance que nous pourrons maintenir la détermination de faire en sorte que nos arrière-petits-enfants aient la même opportunité et le même désir de se souvenir de nos tragédies et de célébrer nos triomphes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.