Laissez entrer nos familles en Israël ! Témoignage

Verrouillage des voyages liés au coronavirus : laissez entrer nos familles entrer en Israël ! Témoignage

Chaque personne a son histoire à raconter à ses enfants et petits-enfants sur la façon dont ils ont vécu la pandémie et le confinement.

Cela fait plus de deux ans que le corona est devenu l’actualité et a commencé à se répandre à travers le monde, faisant des centaines de milliers de morts et provoquant des bouleversements dans le monde entier.
Presque aucune personne sur la planète n’a été épargnée d’une manière ou d’une autre par cette tragique pandémie. Chaque personne a une histoire à raconter à ses enfants et petits-enfants sur la façon dont elle l’a vécue.
Ce n’est pas seulement mon histoire. Mais l’histoire de centaines sinon de milliers d’immigrantes qui se sont mariées seules, qui étaient enceintes seules et qui ont accouché seules parce que le gouvernement excluait leurs familles pendant les moments les plus importants de leur vie.
C’est l’histoire de la façon dont les gouvernements successifs d’Israël m’ont fait sentir, ainsi qu’à de nombreux immigrants, comme des citoyens de troisième classe, dans un pays où nous sommes venus volontairement et avec empressement et pour lequel nous avons quitté toute ma famille et mes amis.
Cela peut être long, mais supportez-moi pendant que je vous dévoile mon histoire, chers lecteurs.
J’ai quitté le Canada pour Israël en 2011, après avoir réalisé qu’en Israël, je pouvais m’épanouir et vraiment comprendre la liberté et la force que la vie dans ce pays pouvait m’offrir.
Alors que ma famille était toujours à l’autre bout du fil du message texte ou de l’appel FaceTime, j’ai passé beaucoup de ces années depuis que j’ai fait mon aliyah, seul. J’ai grandi seul. J’ai traversé la guerre seul. J’ai traversé un chagrin seul. J’ai traversé des crises seule.
Mais j’étais accro à ce pays, sachant surtout que le confort de la maison et l’étreinte chaleureuse de mes parents et de mes sœurs n’étaient qu’à un ou deux trajets en avion.
Israël était mon pays et Tel-Aviv était ma ville.
C’était en Israël où j’ai rencontré mon mari, et nous étions sur le point de nous marier, lorsque la corona a frappé. J’avais hâte de voir toute ma famille – y compris ma famille élargie qui n’était jamais allée en Israël – rencontrer cet homme et ce pays dont j’étais tombé amoureux.
Tout le monde avait acheté ses billets, j’avais choisi la robe de mariée de mes rêves et trouvé le lieu le plus incroyable avec vue sur la mer Méditerranée. C’était quelque chose que j’avais espéré partager avec ma famille, à l’époque encore à quelques minutes d’avion.
Puis en un clin d’œil, tout a basculé.
Le Corona a tout arrêté. Le mariage au coucher du soleil de 450 personnes au bord d’une falaise qui m’excitait a été annulé au dernier moment. C’était comme s’écraser contre l’arrière d’un camion à pleine vitesse.
Alors que le nuage noir d’un confinement semblait se rapprocher de plus en plus, nous avons pris la décision de néanmoins nous marier. Le lendemain, nous nous sommes mariés dans la synagogue de mon beau-père, sous le tallit de mon beau-père, avec seulement 15 invités. Je portais la robe de mariée de ma mère, mais ma famille était bloquée au Canada et aux États-Unis et a dû la rejoindre via Zoom.
Le plus drôle, c’est que le rabbin qui était censé nous épouser a reçu un diagnostic de corona ce matin-là, et alors que nous nous efforcions de mettre de l’ordre dans le mariage, nous avons également dû nous démener pour trouver un nouveau rabbin pour nous épouser.
Maintenant, je ne suis pas une personne émotive, mais j’ai eu le cœur brisé ce soir-là. Je n’ai jamais rêvé que je me marierais seule. Un an plus tard, je ne considère toujours pas la cérémonie comme un « mariage ». C’était une cérémonie religieuse, rien de plus.
Un chat est vu en train de traverser les voies ferrées du tramway de la rue Jaffa à Jérusalem au milieu du verrouillage renforcé du coronavirus. (crédit : MARC ISRAEL SELLEM/THE JERUSALEM POST)Un chat est vu en train de traverser les voies ferrées du tramway de la rue Jaffa à Jérusalem au milieu du verrouillage renforcé du coronavirus. (crédit : MARC ISRAEL SELLEM/THE JERUSALEM POST)

Je suis tombée enceinte peu de temps après et j’ai passé toute ma grossesse dans une sorte de confinement – ​​soit imposé par le gouvernement de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, soit auto-imposé.

Tout au long des neuf mois, je n’ai pensé qu’à la solitude. Pas une seule fois je ne me suis senti seul pendant toutes ces années où j’étais seul en Israël. J’ai toujours eu l’option de vols vers le pays natal de mes parents, mais ce n’était plus une option.

Avec mes parents et mes sœurs dans des groupes à haut risque, j’étais sûr qu’ils ne pourraient pas se rendre en Israël pour l’accouchement. Par chance, j’ai pu obtenir une exemption pour que ma sœur soit ici avec moi pour la naissance et brit milah de mon fils.

J’ai eu de la chance. Et, mec, avais-je besoin de ma sœur ! Non seulement elle a aidé avec tout ce dont une nouvelle mère a besoin, mais elle m’a aidé à sortir de mon confinement auto-imposé. J’avais besoin d’avoir un membre de ma famille avec moi pour être l’épaule sur laquelle je pouvais m’appuyer.

Chaque nouvelle mère peut vous dire que vous avez besoin de votre famille après l’accouchement, non seulement pour les aspects physiques de la période post-partum, mais aussi pour les aspects mentaux. Maintenant, j’ai mon mari et sa merveilleuse famille. J’ai vraiment de la chance avec eux. Croyez-moi, ils sont incroyables. Mais les beaux-parents ne sont pas les mêmes que votre propre chair et votre propre sang.

Et mon fils ?

Encore une fois, le virus. Je ne peux pas simplement monter dans la voiture, conduire sur l’autoroute et me garer dans l’allée de mes parents. Il n’y a pas plus facile un ou deux vols qui peuvent m’amener, mon mari et mon fils dans ma famille.

Oui, il y a les appels FaceTime quotidiens, surtout ceux de mes adorables neveu et nièce qui appellent sans arrêt pour demander à parler à leur cousin. Les messages texte et les photos quotidiens partagés entre nous sont également réconfortants.

Mais nous sommes des océans séparés. Et je ressens chacun de ces 8 781 kilomètres qui nous séparent.

Un petit-enfant est censé être élevé entouré de sa famille, de sa famille israélienne aimante, de ses savta et saba et de ses cousins ​​avec qui il aura des ennuis. Mais il a besoin de ces câlins de Bubby et Opa. Mon père demande toujours s’il le reconnaîtra une fois qu’ils se rencontreront, ou s’il sera confus parce qu’il n’est plus derrière un appareil.

Ce nouveau chapitre – celui qui a besoin de cette chaleureuse étreinte familiale, l’odeur de la cuisine de ma mère (Dieu, sa poitrine est à tomber), les histoires de mon père (sa voix est la plus apaisante et la plus rassurante qui soit) – est en pause.

Israël a ouvert son ciel pour ce qui a semblé être une courte pause avant que le variante Omicron ne conduise le gouvernement Bennett à les fermer à nouveau.

Ma mère était censée s’envoler pour Israël à la mi-décembre, environ deux semaines après la fermeture du ciel, pour fêter l’anniversaire de mon fils. Elle a même pris sa retraite après près de cinq décennies de pratique de la pédiatrie afin de venir nous rejoindre. Elle s’est battue pour obtenir son troisième vaccin afin de venir avec nous.

Le comité des exceptions du gouvernement ne regardera même pas ma mère si nous envoyons une demande. Nous ne célébrons pas un mariage ou une bar-mitsva. Pire, si je m’étais attendue à accoucher, sa demande aurait été refusée.

C’est parce que les parents d’immigrants qui doivent accoucher ne sont plus exemptés de ces exigences.

Est-ce absurde ? Des exemptions sont accordées pour les grands événements qui peuvent réellement propager le corona, comme les mariages, mais pas pour les naissances.

Ma situation n’est pas unique. J’ai lu tellement de messages sur les réseaux sociaux de femmes enceintes qui supplient pour que leurs parents soient autorisés à entrer dans le pays. Les histoires sont déchirantes.

Je suis sûr que beaucoup diraient que j’ai de la chance. Je me suis mariée et j’ai eu un enfant pendant cette terrible période que nous vivons. Ils ont raison, j’ai de la chance. Mais j’ai aussi mal.

Je souffre parce que je vois des Israéliens, y compris l’épouse de notre Premier ministre, s’envoler pour des vacances.

Pendant ce temps, les futures mères qui ont quitté leur famille pour s’installer en Israël commenceront seules ce nouveau chapitre de leur vie. Ils n’auront pas leur mère sur laquelle s’appuyer lorsqu’ils en auront le plus besoin.

Contrairement à l’année dernière à laquelle je m’attendais, Israël et le monde entier ont beaucoup appris sur le coronavirus, y compris le fait que nous devrions nous attendre à ce que de nouvelles variantes apparaissent régulièrement. Mais avec un vaccin, nous sommes hautement protégés.

Si les Israéliens vaccinés peuvent voyager à l’étranger, pourquoi les étrangers vaccinés ne peuvent-ils pas venir pour des raisons humanitaires comme la naissance d’un petit-enfant ?

J’aime Israël, je l’aime. Mais je n’aime pas me sentir comme un citoyen de troisième classe. Chaque expatrié, en fait chaque être humain, ressent ce besoin pour sa famille.

Naftali et Gilat Bennett et tous les autres politiciens en Israël devraient le savoir.

S’il vous plaît, Laissez entrer nos familles:

1 COMMENTAIRE

  1. D’autant que Pfizer a trouvé un traitement -Paxlovid- qui diminue 90 % la force du virus et évite les hospitalisations
    Israël a un comportement schizophrène
    Et cette affaire de Corona commence à sentir le mensonge – on nous révélera les détails dans 40 ans quand le caractère confidentiel sera levé LOL –
    C’est comme le chekel qui est à 3 et qui sera bientôt à 2….
    Et tout ce « luxe » débridé étalé sur tous les panneaux qu’on voit sur les routes que ce soit pour les appartements ou les séjours Chabbatiques ou autres, marchés sauvages et dérégulés de l’immobilier et de l’alimentation l’Israelien qui ne peut plus se loger
    Lo tov tout ça – populations non protégées par le gouvernement, voire même délibérément maltraitées, idolâtrie de l’argent au détriment de l’homme, deuxième temple détruit et personne qui se pose de question ou qui fait des rapprochements….
    Ce ne sont pas les voies de la Torah tout ça …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.