Le caveau des Patriarches (Hébron en Judée-Samarie)

La religion face à la “Grande Faucheuse” (Rabbin M. Pitchon)

Par le rabbin Moshe Pitchon  28e jour du Ômer

La mort nous empêche d’ignorer notre vulnérabilité et notre impuissance. Nous essayons de détourner l’effet émotionnel en pensant numériquement : 1… 10… des milliers… des centaines de milliers… plus le nombre est élevé, moins la douleur est grande.

La contextualisation est une autre de nos stratégies pour essayer d’atténuer l’impact de la mort. Le rythme biologique, l’âge, les circonstances… Quiconque a perdu un être cher, cependant, sait que rien n’atténue le vide dans nos vies causé par l’incapacité de voir, de serrer dans ses bras, de parler à nos proches.

Si quelque chose se compare à la dévastation émotionnelle causée par la mort, ce n’est que la peur de mourir. Notre incapacité à contrôler la mort est l’une des plus grandes sources d’angoisse dans nos vies.

Dès ses débuts, l’humanité s’est tournée vers la religion pour trouver une sorte de soulagement de la terreur et de l’angoisse causées par la mort. Il l’a trouvé dans l’affirmation de la religion que le péché était l’auteur. Théoriquement, maintenant la mort pourrait être, sinon évitée, du moins gérée. Même lorsque cette explication a échoué, la religion a maintenu son attrait en affirmant que la mort n’est pas définitive.

Si nous acceptions de manière claire et simplement que nous devons mourir, cela n’aurait pas vraiment d’importance quand et la cause. Mais le projet humain a toujours été d’éradiquer la mort. Génération après génération, nous semblons nous rapprocher de notre objectif en identifiant plus précisément nos ennemis et en les neutralisant.

Outre les armées des grandes nations, les tueurs du dernier siècle étaient les bactéries – la variole 3 millions, le paludisme, 1 million. Ensuite, l’amélioration de l’hygiène et de la prophylaxie complétée par la découverte d’antibiotiques a ajouté 30 ans à la durée de vie moyenne. Si au dix-neuvième siècle cette moyenne dans de nombreux pays était de 47 sept ans, en 2002, cette espérance était déjà passée à 77 ans.

Il est vrai que nos blessures auto-infligées – addiction, dégradation de l’environnement, pauvreté, guerre et erreurs humaines, maladies dégénératives, cancer – font de l’éradication de la mort un rêve encore lointain. Aujourd’hui, cependant, nous sommes suffisamment bien placés pour nous assurer que les virus ne continueront pas à nous tuer.

Des incroyables groupes de talents humains et des ressources technologiques dans le monde entier sont axés sur l’éradication de ce fléau. Au moins 254 thérapies et 95 vaccins pour traiter Covid 19 sont en cours. La découverte et la fabrication de vaccins et de médicaments pans viraux capables de faire face à ce qui peut arriver est faisable et à un coût ne dépassant pas 1 U$ pour chaque être humain sur terre.

S’il reste un obstacle majeur, c’est la résolution humaine, pas sa capacité. La volonté est un produit instable, qui a gardé la porte entrouverte pour les infections virales telles que le SRAS, Ebola et certainement le VIH.

Covid-19 a tout le potentiel pour changer la donne dans la prévention des infections virales, car cette fois les leçons des épidémies précédentes semblent avoir finalement pénétré la psyché humaine. Les épidémies, après tout, obligent les sociétés à reconnaître les valeurs qu’ils estiment.

Malgré les efforts de certains dirigeants qui ont tenté de manipuler la pandémie à des fins politiques, il est devenu clair que l’expertise et les institutions sont importantes et qu’il existe une communauté mondiale.

La religion fait aussi son chemin, comprenant que la toute-puissance de Dieu ne concerne pas tant le pouvoir de contrôler comme le pouvoir de qualifier. Les êtres humains ont la capacité et, avec elle, la responsabilité de faire du monde dans lequel nous habitons un environnement moins menaçant et perturbateur.

La question de savoir si ces leçons prendront racine et changeront notre façon de penser et de gérer le monde dans lequel nous vivons dépend de chacun de nous. Nous comprenons maintenant que nous avons le pouvoir et l’obligation de jouer un rôle dans la gestion, au moins, de comme et quand nous devrons mourir.

Les gouvernements et les scientifiques ont le soutien des citoyens pour agir en fonction des connaissances et des expériences qu’ils possèdent. Cependant, il appartient aux peuples du monde de se démêler des reproches, des jeux de jalousies et des doctrines théologiques mal conçues pour défendre l’objet ultime de la responsabilité humaine: la vie.

Par le rabbin Moshe Pitchon

21stcenturyjudaism.com

 

Afficher l’image source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.