« La maladie n’a pas encore dit son dernier mot » (Pr. Blitzer)

 

L’effet quatrième vague: l’écart dramatique des hospitalisations et de la mortalité entre les vaccinés et les non vaccinés

Conséquences de la quatrième vague : Dans le contexte de la tendance à la baisse de la quatrième vague, le professeur Ran Blitzer, chef du cabinet d’experts de Magen Israël et chef de la division innovation de la Clalit, est arrivé ce soir (samedi) pour une interview dans « Meet the presse » – dans lequel il a abordé l’écart important pour ceux qui ont choisi de ne pas recevoir le vaccin contre le corona. 1 990 patients corona ont été diagnostiqués hier avec près de 100 000 tests, dont 464 patients graves et 195 sous respirateurs.

1 personne sur 260 âgée de 60 à 40 ans qui n’a pas été vaccinée a été hospitalisée pour une maladie grave

Les données de la Clalit montrent que pour le groupe d’âge des 60 ans et plus , une personne sur 70 a été hospitalisée pour une maladie grave (contre 1 sur 630 chez les vaccinés). De plus, environ 40% des non vaccinés sont décédés après avoir contracté le virus.

Les conséquences de la quatrième vague se reflètent également de manière significative chez les personnes âgées de 40 à 60 ans qui n’ont pas été vaccinées contre le Corona. Ainsi, une personne sur 260 non vaccinée a été hospitalisée pour une maladie grave (contre 1 sur 3 700 chez les vaccinés). Les données montrent également qu’environ 7% des non vaccinés sont morts du corona.

Il n’y a pas d’appareils Acmo disponibles

« La maladie n’a pas encore dit son dernier mot », a souligné le professeur Blitzer dans une interview. « Le prix de cette chose atteint le seuil de capacité du système de santé. Chez les patients graves, nous n’avons pas encore atteint le seuil de capacité. Mais aujourd’hui, il n’y a pas d’appareils Acmo disponibles – alors que nous sommes en déclin chez les patients graves.

Dans l’ombre des critiques adressées au ministère de la Santé, qui cherchait à prendre des mesures pour empêcher l’augmentation de la morbidité, le chef du cabinet d’experts de Magen Israël a déclaré : « Je ne pense pas que nous ayons eu tort. « Le fait que le danger ne se soit pas matérialisé ne signifie pas qu’il y a un danger. Nous avons dit que dès qu’il y aurait une diminution, nous arrêterions. »

1 990 nouveaux patients corona ont été diagnostiqués hier avec près de 100 000 tests, dont 464 patients atteints d’une maladie définie sévère et le nombre de patients sous respirateurs est passé à 195. 2,01 % des tests sont positifs. Depuis le début de la pandémie, 7 894 personnes sont décédées. 3,7 millions de personnes ont été vaccinées avec trois doses du virus, et plus de 5,6 millions de personnes ont reçu deux doses du vaccin.

Pendant ce temps, après une attaque par des fonctionnaires de l’environnement du ministre de l’Éducation contre le chef des services de santé publique, le Dr Sharon Elrai-Price, des professionnels du ministère de la Santé ont attaqué hier soir le ministre Yifat Shasha-Bitton sur la décision d’isoler après heures de cours.  » « Au lieu de distribuer des notes pour le travail sacré des travailleurs de la santé, vous feriez mieux de vous occuper de combler les lacunes en matière d’éducation, car les données d’inscription publiées ne sont pas encourageantes. »

Hier, la tendance baissière de la quatrième vague s’est poursuivie avec une baisse de tous les indices. Le nombre de patients difficiles est tombé à 460, avec le nombre de nouveaux patients difficiles ajoutés quotidiennement dans les services se situant à seulement environ 35, trois fois moins qu’au plus fort de la quatrième vague.

Le coefficient d’infection a également diminué, à 0,73, et le nombre de vaccinés avec une troisième dose continue d’augmenter, à plus de 3,7 millions d’Israéliens qui ont reçu le rappel.

infos-israel.news/

COVID-19: EN ISRAËL, LES EFFETS ENCOURAGEANTS DE LA TROISIÈME DOSE DE VACCIN

Premier pays au monde à avoir lancé sa campagne de troisième dose de vaccin, Israël a vu sa situation épidémique s’améliorer nettement depuis cet été, lors duquel le nombre de contaminations avait explosé avec la propagation du variant Delta.

A l’instar de plusieurs pays européens, la France a commencé à administrer une troisième dose de vaccin anti-Covid aux personnes les plus fragiles. En Israël, la campagne de vaccination pour cette troisième dose a commencé dès le 1er août, pour faire face à la propagation du variant Delta.

D’abord ouvert aux personnes de 60 ans et plus, l’âge minimal du rappel a progressivement été abaissé. Tous les habitants éligibles de l’État hébreu sont désormais invités à se faire injecter cette troisième dose, dont les adolescents à partir de 12 ans.

Cette décision, alors inédite dans le monde, a été pensée par les autorités comme une manière de lutter contre une reprise de l’épidémie, boostée par le variant Delta, et semble porter ses fruits.

Près de 40% des habitants d’Israël ont reçu trois doses

En septembre, le nombre de nouveaux cas quotidiens en Israël frôlait ou dépassait en effet la barre des 11.000, pour retomber à 3119 au 6 octobre. Le nombre de patients graves est aujourd’hui de 472, contre 759 le 30 août, d’après les chiffres du ministère de la Santé israélien.

Actuellement, plus de 3,6 millions de personnes ont déjà reçu une troisième dose de vaccin en Israël, soit près de 40% de la population. Dans le détail, plus de 80% des 70-79 ont été triplement vaccinés, près de 40% des 20-29 ans. Le taux frôle les 70% chez les plus de 90%, d’après des chiffres arrêtés au 6 octobre.

Play Video

Sur 100.000 habitants âgés de 60 ans ou plus, on dénombre aujourd’hui environ 132 cas graves chez les non-vaccinés, et seulement deux en moyenne chez les triple vaccinés. Pour ceux ayant reçu une ou deux doses, le nombre de cas graves s’élève à 21. Même constat sur le nombre de décès: sur ce même groupe, 5,2 personnes qui meurent du Covid-19 ne sont pas vaccinés, contre 0,2 chez ceux ayant reçu les trois doses.

« 30 fois plus de protection que si on est pas vacciné »

« Malgré beaucoup de cas de contaminations, la troisième dose a réussi à freiner le nombre de cas graves et là, on commence à voir une réduction des contaminations et aussi une réduction de ces cas », a détaillé le Pr Cyrille Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie à l’université Bar Ilan de Tel Aviv, au micro du 20h de TF1 ce mercredi.

« Sur les dernières semaines, il y a eu 70 décès: 52 personnes qui n’étaient pas du tout vaccinées, 16 qui avaient reçu deux doses, et seulement deux avec trois doses (…) Le booster protège 30 fois plus que si on n’est pas vacciné et 7 fois plus que si on a reçu deux doses », ajoute-t-il dans les colonnes du Parisien.

Si l’administration d’une troisième dose semble avoir joué pour endiguer une troisième vague, d’autres facteurs, comme la météo ou l’instauration du pass sanitaire, peuvent également l’expliquer. Encouragées par les chiffres, les autorités israéliennes ont décidé ce mercredi la levée du pass sanitaire pour les activités en extérieur, ainsi que dans les piscines.

Fanny Rocher Le 

www.bfmtv.com

le professeur Ran Blitzer, chef du cabinet d’experts de Magen Israël et chef de la division innovation de la Clalit a abordé l’écart important pour ceux qui ont choisi de ne pas recevoir le vaccin contre le corona.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.