Ki TaVo: Béni dans la ville, et béni dans le champ

chiourim.com mis à jour le 31.08.2020

Il est écrit, parmi les bénédictions de la parachath Ki tavo, que « tu seras béni dans la ville, et béni dans le champ » ( Devarim 28, 3), et plus loin que seront bénis « le fruit de ton ventre, le fruit de ton sol, le fruit de tes animaux, la portée de tes bœufs, les fécondités de ton menu bétail, ta corbeille et ta huche » (versets 4 et 5).

On peut se demander ce que vient ajouter la seconde partie de la bénédiction (« le fruit de ton ventre… ») à la première (« dans la ville et dans le champ ») : Celle-ci n’a-t-elle pas déjà une portée générale, puisqu’elle s’applique en tous lieux ?

Il faut distinguer, a expliqué rav Aaron Levine z’l , entre deux sortes de bénéficiaires des bienfaits particuliers de Hachem :

Il y a ceux qui sont gratifiés de ces bienfaits en un lieu spécifique, mais pas ailleurs.

Il existe aussi une autre catégorie, celle des gens qui sont comblés en tous lieux et dans tous les domaines de leurs activités.

Mais comme le dit en hébreu une expression devenue emblématique, mechané maqom mechané mazal (« Qui change d’endroit change de mazal »).

Celui que les bienfaits divins n’atteignent qu’en un lieu particulier ne bénéficie pas d’une véritable bénédiction. Sa félicité ne tient qu’à son mazal , c’est-à-dire à des raisons mystérieuses qui lui ont valu d’être avantagé, mais sans que ce soit dû nécessairement à ses vertus. Tout déplacement d’un lieu à un autre entraînera – peut-être – un changement dans son destin, en mieux ou en pire.

La « bénédiction dans la ville » et la « bénédiction dans le champ » sont des effets du mazal , elles ne tiennent pas compte du mérite, et elles sont révocables à tout moment, dès l’instant où leur bénéficiaire modifie le lieu de ses activités.

Les véritables bénédictions, ce sont celles dont le bénéficiaire profite en tous lieux, et où qu’il se trouve. Elles ne dépendent pas d’un mazal , mais de l’octroi d’un bienfait par Hachem .

Nous le constatons à la lecture du verset qui définit le regard porté par Potifar sur Joseph : « Son maître (Potifar) vit que Hachem était avec lui (Joseph), et que tout ce qu’il faisait, Hachem le faisait prospérer en sa main » ( Berèchith 39, 3).

La redondance, apparemment inutile, contenue dans le verset, nous apprend que Potifar avait compris que la réussite de Joseph était due à une véritable bénédiction, et pas simplement à un mazal . Puisqu’il réussissait en « tout ce qu’il faisait », c’est que rien de contingent ne limitait ses aptitudes.

De la même manière, notre paracha annonce que les enfants d’Israël bénéficieront d’une véritable bénédiction, et pas d’un simple mazal .

Cette bénédiction « tous azimuts » est mise en évidence par l’énumération de tous les domaines (« le fruit de ton ventre », etc.) dans lesquels elle se manifestera.

chiourim.com

Ki TaVo: quel est le propre de l’Homme?

Caroline Elishéva REBOUH le 31.08.2020

Le mois d’Eloul compte 4 semaines donc 4 parashot particulières dans l’une il sera question de la nomination de rois (parashat shoftim), la deuxième abordera le thème d’Amalek (ki tetsé), la troisième celle des bikourim (ki tavo) et la quatrième juste avant Rosh Hashana avec nitsavim qui campe le décor du fait que nous nous préparons à faire face à nos responsabilités, à être prêts au jugement sur nos actions, et prêts à recevoir le joug du royaume des cieux (Ol Malkhouth Shamayim).

Le monde a commencé à être créé le 25 Eloul ce qui revient à dire qu’Adam (le premier homme de l’Univers a été créé le 1er jour de Tishré ou 1er jour de Rosh Hashana, un vendredi). Ce vendredi fut un jour riche en événements et il précéda le 1er Shabbat de l’Univers…

Ce premier vendredi fut riche en événements car l’homme fut créé, le Créateur préleva sur Adam une partie de son corps pour en faire sa compagne, l’Éternel introduisit ces deux êtres au Jardin d’Eden, IL leur interdit de manger de l’arbre de la connaissance.

Adam « se retira » pour aller dormir car il « était très fatigué » et, c’est alors que le serpent mis à profit ce repos pour entretenir

Ève de propos mensongers. Ève goûta du fruit défendu, convainquit son « époux » qui en mangea aussi et, quand arriva l’heure de rendre des comptes, Adam s’esquiva en reportant la faute sur sa femme mais pas n’importe comment : il eût pu prétexter : « je me suis laissé convaincre par Eve » mais il rétorqua-en démontrant qu’il n’était qu’un monstre d’ingratitude –« c’est à cause de cette femme que Tu m’as donnée ! » Au lieu de trouver l’occasion de remercier D. de lui avoir donné une compagne, il se déleste de sa propre responsabilité et reporte son incapacité à lutter contre le mauvais penchant en quelque sorte sur le fait que le Créateur lui a offert une compagne pour la vie.

L’ensemble des exégètes s’accordent à qualifier ces paroles d’acte d’ingratitude ! Parce que l’homme n’a rien fait.

Il s’éveille jouit de tous ses sens, de toutes ses facultés et il évolue sans se douter que chaque fois qu’un doigt remue, qu’à chaque son qu’il perçoit, qu’à chaque pas, que chaque son qui s’échappe que chaque chose qu’il voit tout cela est un ensemble d’un nombre incalculable de miracles et que, si d’aventure, l’un fait défaut il plonge dans « l’obscurité »……..

En conséquence, l’homme qui a le privilège de penser et de parler se doit de remercier l’Eternel de le combler de Ses faveurs….

Le propre de l’homme est de rester redevable de chaque faveur qui lui est accordée car RIEN ne peut exister sans la Miséricorde divine.

La première faute commise au monde par le premier homme donna naissance au premier jugement au monde le jour de Rosh HaShana. La faute commise ne fut pas seulement la désobéissance mais l’ingratitude et l’hérésie dont Adam fit preuve.

Rosh HaShana s’accordent à dire les Sages est une fête qui possède un rapport profond avec les BIKOURIM (les fruits primeurs) car, si à Shavouoth il était d’usage d’offrir et de présenter au Temple les premiers fruits (abricots, cerises, pêches, prunes …)

C’est à l’automne qu’apparaissent d’autres fruits parmi lesquels se trouvent les fruits dits d’Israël ou si l’on veut mieux s’exprimer ce sont les fruits qui ont été sélectionnés pour couronner la Terre d’Israël : la vigne, les figues, les grenades, les olives (huile d’olives) et les dattes (le miel).

Lors de la visite des explorateurs, il a fallu 8 hommes (et pas des freluquets) pour porter une grappe de raisins, un homme pour porter une figue qui pesait des centaines de kilos et encore un homme pour porter la grenade.

La Torah ne rapporte nullement le fait qu’on ait pu rapporter des olives ou des dattes car ces fruits n’ont été cités que par rapport à ce que l’on pouvait en tirer : huile et miel, et pas en tant qu’aliment direct.

Les explorateurs eux aussi ont fait preuve d’ingratitude, mais, en réalité pas eux seulement ont fait preuve d’ingratitude vis-à-vis d’HaShem : le peuple tout entier l’a fait en réclamant de la nourriture terrestre au lieu de nourriture céleste !

Les Sages nous apprennent qu’en mangeant la manne, qui n’est autre que la nourriture des Anges, le peuple n’avait plus rien à évacuer (de ce que l’organisme évacue normalement) et, ils ne purent s’y habituer bien que cela durât 40 ans !!!

Cependant, ils trouvèrent encore à redire, et ils se révoltèrent… Ils ont « ignoré » tous les miracles qu’HaShem leur faisait chaque jour, ils ont « omis » de remercier et ils ont ignoré HaShem sauf lorsqu’Amalek les a attaqués ils se sont alors mis à crier « AU SECOURS » vers l’Eternel réclamant Son aide….leur hérésie et leur amour-propre n’ayant aucune mesure. Ingrats et hérétiques………

Moïse était un homme humble. Il était doté d’une patience immense et d’un amour sans limite pour ce peuple si dur à diriger et pourtant… il a fini par perdre patience au point que sa faute commise l’a empêché d’entrer en Eretz Israël. Et, il ne s’est trouvé personne parmi le peuple pour supplier HaShem pour lui !!! Alors que, pour ce peuple prompt à la révolte, prompt à la désobéissance et oublieux des bienfaits qui lui sont prodigués, le grand Prophète est intervenu de nombreuses fois afin d’intercéder pour eux auprès du Tout Puissant !!!

De ces quatre parashot du mois d’Eloul sont à partager ainsi : les trois premières intéressent bien les hommes alors que la quatrième (Nitsavim) fait allusion à ce qui adviendra à la fin des temps : HaShem permettra la reconstruction du 3ème Temple et, en ceci, s’accomplira le destin du Peuple qui reprendra le chemin vers la Montagne où réside le D d’Israël au sein de Son Peuple.

A nous, le peuple de prouver que nous en sommes dignes : en faisant teshouva et en regrettant sincèrement les erreurs passées, en aimant notre prochain, en priant et en méditant, en multipliant notre générosité envers ceux qui sont défavorisés (même par rapport à nous, il y a toujours plus bas…) et surtout, en parlant avec Lui, en Lui confiant nos espoirs, nos déceptions, nos soucis, nos chagrins… nous ne trouverons pas d’oreille plus sincère ou compatissante et nos vœux ne sauraient être mieux acceptés que par Lui !!!

Caroline Elishéva REBOUH

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.