Israël déclare que l’officier libanais chargé de la frontière est une taupe du Hezbollah

Jérusalem exhorte la FINUL à expulser le Major Yahya Husseini de son postet, l’accusant de servir « d’agent de liaison » (taupe) pour le groupe terroriste hezbollah,

[NDLR: comme c’est le cas de 90% de cette armée mexicaine à la solde de l’Iran] 

A Hezbollah observation post on the Israeli-Lebanese border, according to the IDF. Photo released on June 22, 2017. (IDF Spokesperson's Unit)

Un poste d’observation du Hezbollah à la frontière libano-israélienne. Photo publiée le 22 juin 2017. (Unité du porte-parole de Tsahal)

Israël a fait appel à la force de maintien de la Paix dans le Sud-Liban afin qu’elle limoge l’officier supérieur de l’armée libanaise de son poste de commandement à la frontière nord d’Israël, l’accusant d’être un agent secret du Hezbollah, selon le quotidien Yedioth Aharonoth, ce vendredi.

Jérusalem a demandé à la FINUL de s’assurer que le Major Yahya Husseini, qui sert « d’agent de liaison » pour le Hezbollah, soit expulsé de sa position immédiatement, selon ce reportage.

Le Hezbollah a infiltré et « placé » Husseini au sein de l’armée libanaise dans le but d’augmenter l’influence du groupe terroriste au sein de l’armée, stipulent les sources des renseignements militaires israéliens.

Israël démontre qu’Husseini maintient un contact constant et continu avec les agents opérationnels du Hezbollah, reçoit ses instructions de leur part et transmets toutes les informations dont il dispose à l’organisation terroriste.

D’après le reportage et à la connaissance d’Israël, Husseini est le premier officier supérieur de l’armée libanaise à travailler directement à un poste d’influence pour le Hezbollah.

La requête à la FINUL intervient, alors que l’ONU, a étendu mercredi, le mandat de la mission des casques bleus de l’ONU, qui expirait jeudi, en étoffant le pouvoir élargi dévolu à ces forces, afin qu’elles répondent plus efficacement au défi constant de l’accumulation d’armes du Hezbollah dans cette zone.

Un casque bleu espagnol conduit un véhicule blindé dans la ville libanaise d’Adaisseh, près de la frontière avec Israël, le 19 janvier 2015. (AFP/Mahmoud Zayyat)

Conséquence des changements intervenus, approuvés par le Conseil de Sécurité de l’ONU, la FINUL accroîtra ses activités de surveillance au sud-Liban, y compris par l’entrée et la fouille des villages à l’intérieur desquels le groupe terroriste du Hezbollah opère impunément depuis 11 ans sans discontinuer. Au-delà du mandat théorique, cette mission peut s’avérer compliquée, voire dangereuse, dépendant de la « compliance » du Hezbollah aux lois internationales. C’est donc loin d’être gagné. Le seul moyen sera, vraisemblablement, d’exercer des pressions fortes sur l’armée et le gouvernement libanais, afin qu’ils réapprennent douloureusement les lois d’airain de la « souveraineté », une notion totalement éthérée pour la mentalité clientéliste libanaise. Le premier geste consiste à opérer un premier « nettoyage » des forces « occultes » au sein de l’armée qui n’obéissent qu’au Hezbollah libano-iranien.

La résolution de l’ONU met en exergue que la FINUL a l’autorité pour « prendre toutes les mesures nécessaires » dans les zones où ses forces sont déployées et qu’elle doit garantir que cette zone d’opérations « n’est pas utilisée pour des activités hostiles de quelque type que ce soit ».

Les pouvoirs étendus interviennent à la suite de plaintes de la part d’Israël concernant l’échec de l’organisme international à empêcher le Hezbollah de renforcer son arsenal de missiles et son omniprésence géographique dans les villages chiites du sud du Litani.

Des soldats espagnols de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) conduisent un véhicule blindé d’urgence  après avoir pris en charge le corps d’un casque bleu espagnol de 36 ans tué lors d’un bombardement de l’armée israélienne des zones frontalières, à la suite d’une attaque du Hezbollah qui a fait deux morts israéliens. (Photo credit: AFP/MAHMOUD ZAYYAT)

« Les conditions au sud du Liban sont treès dangereuses de nos jours. Les nuages de la guerre s’accumulent », a déclaré l’Ambassadrice américaine Nikki Haley à l’ONU, après le vote du conseil. « La FINUL existe pour empêcher la guerre de survenir à nouveau et elle est supposée faire en sorte que cela n’arrive pas ».

©JForum avec agences.

1 COMMENTAIRE

  1. Et pas de commentaires de Tsipi Livni qui se glorifiait de cette résolution des Nations Unies à la fin de la dernière guerre du Liban demandant le désarmement du Hezbollah ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.