En Israël, des chercheurs veulent sauver les gazelles menacées d’extinction Afp | 

Le nombre de gazelles de montagne en Israël est estimé à environ 5 000 et tend à diminuer sous l’effet de l’urbanisation. Photo MENAHEM KAHANA / AFP

Le nombre de gazelles de montagne en Israël est estimé à environ 5 000 et tend à diminuer sous l’effet de l’urbanisation. Photo MENAHEM KAHANA / AFP

Dans la Forêt des Martyrs, à l’ouest de Jérusalem, l’écologiste israélien Guy Dovrat fait son chemin entre les pins pour récolter des matières fécales de gazelles. « C’est un animal très discret », assure le professeur de 42 ans qui dirige une étude sur l’alimentation des gazelles au centre de recherche agricole israélien Volcani.
Le mammifère aux cornes, coutumier de la savane, au corps brun et élancé reposant sur de fines pattes « s’adapte » à l’écosystème de cette forêt de six millions d’arbres plantés dès 1951 et symbolisant les six millions de juifs ayant péri pendant la Shoah.
À l’aide d’une petite pelle, Ori, postdoctorant du groupe, saisit quelques billes qu’il reverse aussitôt dans un sachet, sous le regard attentif de Guy Dovrat. Ces échantillons permettront d’obtenir des informations sur la nutrition des gazelles, telles que la quantité de protéines, indique le chercheur. « Ce sont de petits herbivores relativement sédentaires, à l’alimentation variée et très sélective », souligne-t-il.
L’idée est de comprendre ce que les gazelles mangent, afin de rendre cet espace plus adapté à leur survie. Car bien qu’elle soit une espèce protégée en Israël depuis 1955, la gazelle de montagne, présente au Levant et inscrite sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature, risque de disparaître, ont récemment alerté des scientifiques.
Le dernier bastion des gazelles de montagne

Le nombre de gazelles de montagne en Israël est estimé à environ 5 000 et tend à diminuer sous l’effet de l’urbanisation, expliquent le professeur Yoram Yom-Tov, du département de zoologie de l’université de Tel-Aviv, et le Dr. Uri Roll, de l’université Ben-Gourion de Beersheva, dans une étude publiée dans la revue académique Oryx-The International Journal of Conservation.
La construction de routes, de villes et de logements dans un petit pays qui a vu la population humaine augmenter rapidement a réduit leur habitat, et entraîné une importante fragmentation du territoire qui empêche les populations de gazelles de se déplacer et les isole les unes des autres.
Elles font aussi face à de nombreux dangers – voitures, prédateurs naturels (loups et chacals) ou encore la chasse – pourtant interdite en Israël.
Ce pays est « le dernier bastion des gazelles de montagne », mais « certaines populations déclinent (…) malgré le potentiel de reproduction considérable de l’espèce », conclut l’article qui préconise de ralentir l’expansion urbaine.

https://www.lavoixdunord.fr/920691/article/2021-01-15/en-israel-des-chercheurs-veulent-sauver-les-gazelles-menacees-d-extinction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.