Dire les prières: à haute ou basse voix?
Rav Chlomo Atlan le 20.01.2020
La prière par la pensée ou par la parole? à haute ou basse voix?
D’après tous les décisionnaires, il faut dire la prière et prononcer de façon audible les paroles,  il est mieux de l’entendre de façon à être quitte.
Il y a des prières qui se disent à haute voix, comme par exemple le kaddish où il faut dire de toutes ses forces : « amen yhée chemé raba mévarakh etc… » comme on peut le voir dans le choulhan aroukh simane 61 sameh 1 halaha 4, de façon à réveiller la néchama (l’âme) de chacun d’entre nous et répondre Amen dans le cadre d’une prière collective, un minyan formé d’au moins 10 hommes de plus de 13 ans….
Il y a des prières qui se font a voix normale, comme par exemple la prière de la journée, les psouké dézimra, les halélouya, le kriat schéma (sauf le premier verset), les brahots etc…
Mais même ici, il faudra entendre ce que l’on dit a priori, si on n’a pas entendu, on sera quitte a fortiori, donc il faut un petit peu entendre les paroles qui sortent de notre bouche, il faut bien prononcer.
Maintenant, il y a des mitsvot (commandements) qui se font à voix basse, comme la amida, la amida (1) c’est plus intérieure, donc à voix basse, la majorité des décisionnaires de l’explication littérale (pchat, sens simple) disent que la téfila se dit à voix basse, et a priori il faut écouter un petit peu ce que l’ont dit, mais attention!! comme nous dit le choulha aroukh au simane 101 halakha 2, et aussi le michna broukha seif 5, il y est rapporté, attention de ne pas déranger ton voisin qui lui aussi fait la téfila, donc c’est à voix très légère de façon à ce que celui qui prie, puisse s’écouter.
Pour ceux qui suivent les décisionnaires de la Kabbale, nous avons le devoir de prononcer la prière (la pensée ça suffit pas), mais elle se fera sans qu’on puisse l’entendre, comme on peut le voir dans le kaf haim simane 101 seif katan 8.
Pour conclure, il est bien de pouvoir toujours entendre la prière qu’on dit, sauf dans la amida (la prière des 19 bénédictions), ou d’après la kabbale, c’est mieux de ne pas l’entendre, de façon à ne pas déranger le voisin à cause du son de la voix
Bilan: nous pouvons apprendre une chose importante, c’est qu’on peut prononcer mais la pensée ne suffira pas, cela veut dire que même si nous avons une très bonne intention, mais que celle-ci n’est pas suivi d’une action, cela ne suffit pas, comme nous le dit le Maharal de Prague dans le nétiv a avoda au chap 2, c’est quoi le défi à relever, c’est d’extraire à l’extérieur le meilleur qui se trouve à l’intérieur de nous-mêmes et à partir de cela je commence à réparer le monde, c’est a dire, dà prononcer et verbaliser et faire sortir les mots que ce soit à moyenne ou haute voix sauf pour la amida même si on ne  l’entend pas!
Rav Chlomo Atlan
(1) En effet la Amida, prière obligatoire et centrale dans le quotidien, doit être dite à voix basse, de manière à s’entendre soi-même, sans que les autres personnes n’entendent. Si quelqu’un a prié à voix basse au point de ne pas s’entendre tout en prononçant les mots avec ses lèvres, il sera quitte de son obligation de prier. Mais s’il n’a pas formulé les mots avec les lèvres mais a prié dans son cœur, il ne sera pas quitte de la Téfila et devra la recommencer. Voir Choul’han ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm 101, 2, Michna Broura et Biour Halakha sur place. (Rav Shimon GRIFFEL)

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.