Vue du mont Hermon, couvert de neige, sur les hauteurs du Golan dans le nord d’Israël, le 18 janvier 2019. (Hadas Parush / Flash90)

WASHINGTON (JTA) – Le président Donald Trump a déclaré qu’il était temps de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

« Après 52 ans, il est temps que les États-Unis reconnaissent pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui revêt une importance cruciale sur le plan stratégique et en matière de sécurité pour l’État d’Israël et la stabilité régionale! », a déclaré Trump jeudi sur Twitter.

Le gouvernement du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a fait pression pour la reconnaissance du plateau stratégique qu’Israël conquis sur la Syrie lors de la Guerre des Six jours en 1967.

Les républicains au Congrès, dirigés par le sénateur Ted Cruz, R-Texas, ont avancé une législation pour reconnaître le Golan comme appartenant à Israël.

Le sénateur Lindsey Graham, RS.C., plus tôt ce mois-ci, a visité le Golan et a déclaré qu’il ferait pression pour obtenir la reconnaissance.

Israël considère qu’il est désormais particulièrement crucial de maintenir le Golan à cause de l’instabilité persistante en Syrie.

On ne sait pas quelle action Trump prendrait, le cas échéant. Dans un tweet qui a immédiatement suivi, le principal négociateur de Trump au Moyen-Orient a qualifié la déclaration de Trump de « décision ».

«Une autre décision audacieuse, courageuse et historique prise par @POTUS qui comprend Israël et ses besoins en matière de sécurité», a déclaré Greenblatt.

En 2017, Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et a déplacé l’année dernière l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Le tweet de Trump vient à la veille de la visite de Netanyahu à Washington et un peu plus de deux semaines avant les élections israéliennes.

RON KAMPEAS

2 Commentaires

  1. En fait, pourquoi la Syrie aurait-elle eu des droits sur le Golan ?
    En quoi cette état issu du gibus français aurait mérité ce plateau, mis à sa disposition pour n’être finalement qu’une place forte pour détruire le Jeune Etat Juif naissant ?
    Car cette Syrie fait bien partie de cette Palestine à partager, et non pas l’Assyrie _Achour_ celle de l’epoque des Mèdes et des Perses de l’Histoire, sur l’Iran et l’Irak d’aujourd’hui…
    « Après l’accord Sykes-Picot, les Français et les Britanniques se répartissent administrativement les territoires de l’Empire ottoman déchu, créant artificiellement des pays distincts. L’accord met fin à la Syrie historique, Bilad al-Cham, qui comprenait la Syrie actuelle, le Liban, la Jordanie, la Palestine (actuels territoires palestinien et israélien). La période du mandat voit la montée du nationalisme et de la révolte contre l’armée française. » wiki..
    Voila donc, encore, une » republique » ayant reçu ses instructions des deux pays en voie de punition-extinction aujourd’hui, la France et l’Angleterre, pour empêcher la floraison du tronc de Yshaï, la lignée de David, qui va produire, incessamment, le règne du Mashia’h, bimera beyamenou,…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.