ARCHIVE. Jean-Marie Le Pen dans sa villa de Montretout, à Saint-Cloud, le 25 juillet 2018. LP/Olivier Corsan

L’ancien président du Front national a remis en cause la version officielle des autorités

C’est une nouvelle provocation dont Jean-Marie Le Pen aurait pu se dispenser. Dans son journal de bord vidéo hebdomadaire, publié ce vendredi sur son blog, l’ex-président du Front national verse dans la thèse complotiste au sujet de la profanation de sépultures juives en Alsace.

Dans la nuit de lundi à mardi, une centaine de tombes ont été dégradées au cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin).

« Comme par hasard, la veille de la manifestation (contre l’antisémitisme, NDLR), c’est une bonne opération de com’» « d’autant qu’il y avait le surlendemain le dîner du Crif » en présence de « tout le gratin de la société française, sauf moi », lance Le Pen sur un ton badin.

Avant cela, le cofondateur du Front national, rabiboché avec sa fille Marine après des années de guerre ouverte, estime que « s’il y avait de l’antisémitisme en France, ce genre d’opération aurait eu lieu dans 300, 500 ou 1 000 cimetières ».

Là où selon lui, le cimetière de Quatzenheim a été « vandalisé de manière très professionnelle, très propre », par « des spécialistes » dont « on voit d’où ils peuvent venir ».

L’eurodéputé de 90 ans minimise la mobilisation lors de la manifestation, mardi soir, à l’appel des partis politiques. Le Parti socialiste a évoqué 20 000 participants à Paris, « la police aurait dit 10 000, ce n’est pas un grand succès, il n’y a pas d’antisémitisme en France qui justifie une mobilisation », assure-t-il.

Jean-Marie Le Pen met même en doute la hausse de 74 %, en 2018 par rapport à 2017, des agressions de juifs.

« Je demande qu’on nous donne la liste de toutes les exactions qui ont été commises contre les juifs, de telle façon qu’on puisse faire la différence entre un graffiti, un meurtre, un coup de téléphone ou un croche-pied à l’école », dit-il d’une voix plus rauque qu’à l’habitude.

L’ancien président d’honneur du FN semble en phase avec l’électorat du Rassemblement national.

Selon une enquête pour la Fondation Jean-Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch, 36 % des sympathisants du Rassemblement national approuvent l’idée selon laquelle « il existe un complot sioniste à l’échelle mondiale », contre 22 % pour l’ensemble des Français.

leparisien.fr

2 Commentaires

  1. Ce vieillard n’a en effet plus grand chose à perdre. Passera-t-il l’hiver, ou le prochain printemps ? Pourquoi lui donner pareil écho ? On devrait cependant lui admirer cette obstination, et l’utiliser pour placer Dieu tout le temps en face de nous, comme un Témoin Obligé. Puisque CeLui-là lui prête encore vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.