Chabbat VaYéRa: Abraham celui qui accourt vers…(vidéo)

1
227

VaYéRa 5780: une dimension extraordinaire (vidéo)

par Caroline Elishéva REBOUH

 

 

 

Depuis la sidra précédente de LEKH LEKHA, nous savons que l’une des immenses qualités du Patriarche est le ZELE : HaShem enjoint le personnage de partir, et, sans hésiter, il s’en va… Pas d’hésitation, pas de tendance à la procrastination……. HaShem demande et Abram exécute, immédiatement et sans délai.

Vayéra commence par une suite d’événements brefs, exécutés par le Patriarche avec célérité: il court, il se précipite….comme le fidèle qui court pour se rendre à l’office du matin (Chaarit) dont Abraham est la figure principale. Et pourtant, il est presque centenaire et l’acte de circoncision l’a affaibli et la Torah insiste : “il souffre”….

Le texte souligne aussi qu’Abram est assis à l’entrée de la tente alors pourquoi court il ? et où va-t-il ? Les envoyés divins sont à l’entrée, quelle est donc la distance qui le sépare de ses hôtes ? La réponse à la question n’est pas dans la distance mais dans l’acte et l’empressement à réaliser ce qui a été demandé.

C’est ce même empressement qui a été formulé au pied du Mont Sinaï, lorsque la Torah a été proposée au peuple juif qui a répondu : “na’âssé venishma” (nous ferons -d’abord- et nous écouterons -ensuite).

Bien qu’Abram et Saraï n’aient pas hésité à quitter la terre qui les a vus naître, il reste en eux des points obscurs aux yeux humains dont HaShem désire purifier ces êtres d’exception qui sont ceux que l’Éternel a choisis. Purifié par la circoncision des impuretés de Babel et Saraï purifiée par le fait que les menstrues qui sont apparues à Babel ont cessé opérant ainsi une scission entre ce qui était et ce qui sera: la maternité du descendant direct du couple dans la pureté et la sainteté.

C’est ainsi que la lettre “youd” qui termine le nom de Saraï et dont la valeur numérique est de 10 (symbole de perfection) va être remplacée par deux lettres “‘hé” (valeur numérique 5 que multiplie 2 = 10) dont le symbole est HaShem ce qui vient à signifier qu’e l’Eternel a donné Sa bénédiction aux deux membres du couple pour réaliser Sa promesse de donner à ce couple une descendance nombreuse.

Nous avons vu le fait que le Créateur a trouvé la perfection chez Abraham, ainsi que l’inscrit la prière quotidienne : ומצאת את לבבו נאמן לפניך וכרת אתו ברית

Tu as trouvé son cœur fidèle et Tu as conclu une alliance avec lui. Pourquoi le texte hébraïque inscrit-il “levavo” et pas “libo” son cœur ? Le redoublement de la lettre beth vient illustrer le fait que tout en Abraham était parfait le bon penchant comme le mauvais (qui ne l’était pas).

Le texte spécifie qu’Abraham a vu les anges au-dessus de lui. Quel est le sens de cette précision ? Puisque la Torah enseigne qu’Abraham s’est précipité et qu’il a couru… L’auteur du shney louhot haberith (le Rav Hourewitz) exprime ainsi son opinion : Abraham était humble et il eut la révélation de l’identité de ses visiteurs lorsqu’il aperçut dans une vision prophétique que ces trois voyageurs étaient – sur le plan spirituel – largement placés “au-dessus” de lui. Cette situation étant considérée, en conséquence, sur le plan spirituel.

Les trois anges sont Michaël (signification de ce nom : Qui est comme D.) pour annoncer le début de la descendance d’Abraham, Gabriel (dont le nom implique la notion de la force de l’Eternel) porteur de l’avis de destruction de Sodome et Gomorrhe) et Refaël, l’ange chargé du souhait de complet rétablissement destiné au plus ancien mâle circoncis alors (Refaël étant le messager divin apportant la guérison).

Ces envoyés étaient nécessaires pour que la naissance d’Isaac soit bien perçue comme un prodige et non pas comme un événement tardif mais naturel. De même que le Midrash narre le fait qu’à l’occasion du sevrage d’Isaac, la médisance ayant cours sur cette naissance hors du commun, Sarah convia toutes les femmes du voisinage (proche et lointain) avec leurs nourrissons et, elle se mit en charge de nourrir de son propre lait maternel tous les bébés présents afin de prouver aux invitées le fait qu’elle était la véritable mère d’Isaac et qu’elle avait largement la possibilité de nourrir non pas un seul enfant mais plusieurs sans que son lait ne se tarisse !

Dans cette péricope certaines répétitions lexicographiques sont présentes pour mettre le lecteur sur la voie. Ainsi le verbe “voir’ est inscrit chaque fois pour signaler que le patriarche fait l’objet d’une révélation.

En fait, la stature d’Abraham est telle que le Créateur lui adresse très souvent la parole. Ces “entretiens” sont courants et la proximité, ainsi que la considération sont telles qu’HaShem ne conçoit pas de détruire Sodome et Gomorrhe (Sdom et Amora en hébreu) sans en référer à ce serviteur qu’IL a trouvé si fidèle.

HaShem se prête volontiers au “marchandage” d’Abraham en faveur des Justes qui pourraient exister dans ces villes… Mais le Maître du Monde a offert au vieillard la possibilité d’exprimer toute sa mansuétude et sa compassion pour un peuple qu’il ignore, gratuitement, par bonté et gratuitement sans compter sur une récompense quelconque.

Revenons-en au rire de Sarah……… Sarah avait toute sa vie espéré devenir mère mais, son souhait ne se réalisant pas elle pensa selon la façon de penser de l’époque qu’en “se faisant remplacer” par sa servante, elle pourrait avoir une descendance.

Pourtant Ishmaël qui naquit de l’acte de procréation entre Abraham et Agar n’est pas considéré “aux yeux” d’HaShem comme le descendant d’Abraham puisque lorsque celui-ci reçoit l’ordre de sacrifier son “seul et unique” fils et de son “bien-aimé” c’est d’Isaac qu’il s’agit et non pas d’Ishmaël lorsque beaucoup plus tard, après la mort de Sarah, Abraham prépare sa succession (nous le reverrons prochainement), il ne transmet pas la même chose aux fils que Ketoura et d’autres femmes lui ont enfanté et il donna à Isaac un tout autre héritage.

Agar était d’origine égyptienne. Païenne. C’est d’ailleurs vers son berceau d’origine qu’elle dirigea ses pas lorsqu’elle fut répudiée par Abraham. Et, lorsque bien des années plus tard elle revint sous la tente du patriarche, son nom avait changé : elle s’appelait Ketoura du mot ketoret qui signifie encens, car dans sa tribu on en utilisait beaucoup lors du culte rendu aux idoles.

Le rire dans cette péricope revêt une grande importance et des aspects différents selon qui émet le rire et selon les circonstances qui provoquent cette réaction et selon, également l’importance du personnage :
Lorsqu’à l’annonce de la prochaine naissance d’un fils de Sarah, son épouse bien-aimée, Abraham sourit de bonheur, de satisfaction. D. a promis, D. donnera sans aucun doute.

Cela va se réaliser et il est heureux. Abraham ne se pose aucune question. Il n’a aucun problème avec cela : HaShem est Maître du Monde, IL est Maître des destinées humaines. IL a ses raisons qu’il n’appartient à personne de connaître ! Son sourire est donc motivé par le bonheur et la reconnaissance.

Lorsqu’à l’annonce de la prochaine maternité Sarah rit, cela est perçu différemment car elle s’explique en prétextant le fait que son époux est un vieillard (elle aussi d’ailleurs) et que le tribut féminin avait cessé chez elle depuis bien longtemps.

Ce qui manquait chez elle c’est le fait de reconnaître que le Créateur de toutes choses est TOUT PUISSANT et peut défier les lois de la nature. C’est cette différence d’optique et le degré de sainteté d’Abraham qui fait, comme le dit le Midrash que Sarah a été réprimandée car elle “n’a pas misé” sur la promesse qui allait enfin se réaliser !

Le rire d’Agar s’explique différemment : elle est servante et parce qu’elle a donné un fils à son maître elle se croit devenue supérieure à Sarah. Agar, en guematriya est 204 ce qui se rapproche de la racine hébraïque רד = descendre ; en effet, la présence de cette femme idolâtre a fait baisser le niveau de spiritualité dans la tente d’Abraham et les railleries de cette femme sont nuisibles.

Quant à Ishmaël, sa raillerie est également nocive et la Torah décrit le personnage de façon simple et concise : וישמעאל…יהיה פרא אדם Ishmaël sera un homme sauvage…(Bereshit XVI, versets 10 à 12).

Le rire peut donc être gratifiant tout comme il peut être nocif.
Nous ne terminerons pas ces propos sans souligner deux expressions que l’on remarque dans cette péricope : la première est lorsqu’Abraham “lève les yeux” cette locution signifie qu’à chaque fois HaShem décille les yeux du patriarche.

A la destruction de Sodome et Gomorrhe, Edith, la femme de Loth, regarde en arrière. Elle est transformée en statue de sel. La raison en est qu’il ne faut jamais regarder en arrière, ne jamais regretter ce qui a pu être.

Et, d’ailleurs Loth n’a pas joui du même statut qu’Abraham puisqu’il s’est séparé du patriarche et il est reparti vers son lieu de naissance.
La règle générale à retenir est la suivante : HaShem a tracé un destin à Son peuple.

Ce destin se réalisera dans son intégralité et au moment où IL aura décidé opportun de le faire. Nous ne sommes que des microcosmes et malgré tous les progrès réalisés par l’homme notre niveau d’intellect (même le supérieur) ne représente qu’une partie infime de l’Intelligence divine (vocabulaire humain).

Reposons nous sur Lui et faisons Lui confiance et prions Le dans un langage simple qui sort du cœur dans une prière courte et sincère et nos maux sont soulagés immédiatement ou presque.

Ce commentaire est dédié à la Mémoire d’Abraham Elbeze Z’l et Benyamin Haïoun Z’l 

Caroline Elishéva REBOUH

Caroline Elisheva  Rebouh Ben Abou
אלישבע  רבוה בן אבו 
MA Hebrew and Judaic Studies Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

https://youtu.be/FaHBlOUd8DM

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.