L’UPI continue d’agir en tant que relations publiques pour les organisations terroristes

Il n’est pas fréquent qu’un média grand public publie un article si plein de désinformation qu’il se ridiculise en tant que source d’information crédible. Nous avons écrit ceci en février concernant l’incapacité d’UPI* à produire…

Channa Rifkin

Il n’est pas fréquent qu’un média grand public publie un article si plein de désinformation qu’il se ridiculise en tant que source d’information crédible.

Nous l’avions écrit en février concernant l’incapacité de l’UPI à produire des informations fiables. Cinq mois plus tard, rien n’a changé. Le délinquant en série Adam Schrader utilise toujours sans vergogne les groupes terroristes et les agences palestiniennes gérées par l’État comme principales sources dans ses articles .

Être journaliste comporte une immense responsabilité. Rendre compte des problèmes mondiaux complexes au public n’est pas quelque chose de désinvolte. Même si beaucoup ont un programme, il est tout simplement inacceptable et irresponsable pour un journaliste de copier systématiquement des communiqués de presse apparents de groupes terroristes reconnus et de les faire passer pour ses propres articles.

Au cours des dernières 24 heures, deux articles ont été publiés qui semblent être du contenu sponsorisé à la fois par le Hamas et par l’agence de presse palestinienne officielle WAFA. Dans le premier article, intitulé « Haniyeh vante les efforts diplomatiques du Hamas dans le message de l’Aïd », la seule source de Schrader est le Hamas, et la seule personne citée ? Ismail Haniyeh, chef politique du Hamas. L’article tout entier caresse l’ego de Haniyeh, le décrivant comme le diplomate du siècle.

Schrader souligne la prétendue proposition de cessez-le-feu du Hamas début mai, qui, selon lui, avait été approuvée par le Qatar et l’Égypte.

Le chef du Hamas a souligné l’approbation, le 6 mai, d’une proposition de cessez-le-feu négociée par l’Égypte et le Qatar, qui décrivait un plan en trois phases pour désamorcer le conflit en cours. Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accepté cette proposition sous certaines conditions.

S’il était intègre, il écrirait qu’un accord ne pourrait être « approuvé » si Israël n’était pas impliqué dans le processus de négociation. Il n’a pas reconnu ce fait important car, encore une fois, il utilisait uniquement le Hamas comme source.

De même, son deuxième article intitulé « Israël utilise le bâtiment de l’UNRWA comme poste de tireur d’élite, selon le rapport » est tout aussi absurde – citant WAFA, ainsi qu’Amnesty International, une ONG palestinienne, et l’organisation israélienne politisée B’Tselem – dont aucun n’a de points de vue critiques sur le rapport en question.

L’agence de presse palestinienne officielle, connue sous le nom de WAFA, a rapporté que les forces israéliennes ont arrêté un Palestinien et blessé un mineur avec des éclats d’obus dans le camp de réfugiés de Far’a, au nord-est de la ville de Naplouse en Cisjordanie occupée, au cours de l’opération.

Cette arrestation intervient alors que près de 9 300 prisonniers palestiniens ont été arrêtés et sont actuellement détenus dans des prisons et des centres de détention israéliens, selon la Société des prisonniers palestiniens. Environ 250 prisonniers sont des enfants… Les Palestiniens et leurs partisans assimilent souvent cette pratique à un enlèvement.

Il n’est pas clair si les intentions sont délibérément malveillantes, motivées par un agenda ou si elles résultent d’une pure paresse. Quoi qu’il en soit, aucun contexte n’est donné au raid de Tsahal contre un centre d’aide de l’ONU ou à l’arrestation d’un « Palestinien » lors du raid et d’autres lors de raids précédents.

Même s’il attribue les faits à leurs sources, on ne peut ignorer son rapport unilatéral.

Nous soupçonnions que Schrader répétait un document de relations publiques du Hamas en février lorsque nous avons écrit que l’UPI utilisait effectivement les propres arguments du Hamas.

Dans ce cas, ce ne sont pas seulement les arguments du Hamas, mais aussi ceux des autres partisans du terrorisme.

Comme nous l’avions dit à l’époque, « rempli d’erreurs, de préjugés anti-israéliens flagrants et de quelques justifications épouvantables inspirées du Hamas… il est difficile de croire qu’une agence de presse soi-disant respectable publierait de tels articles… »

… ou même continuer à employer cet écrivain. Il n’est même pas près de faire son travail. D’un autre côté, l’UPI semble être une cause perdue.

JForum.fr avec HonestReporting 

Crédit image : Nedal Eshtayah/Anadolu via GettyImages

Channa Rifkin

Channa Rifkin
Channa a commencé sa carrière dans le journalisme audiovisuel en tant que productrice et correspondante pour ILTV et i24NEWS, en se concentrant sur Israël, le Moyen-Orient et le monde juif. Elle a étudié la communication et les sciences politiques à l’université Bar-Ilan et a obtenu une maîtrise en diplomatie et études des conflits à l’université Reichman en Israël.

*United Press International (UPI ou United Press) est une agence de presse américaine créée en 1907. Elle a été, avec Associated Press, Reuters et l’Agence France-Presse, une des quatre principales agences de presse au monde avant de décliner puis s’éteindre dans les années 1990.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires