Palestinian men gather to apply for work permits in Israel, at Jabalia refugee camp in the northern Gaza Strip, on October 6, 2021. (Photo by Mahmud hams / AFP) (Photo by MAHMUD HAMS/AFP via Getty Images)

Israël a accordé des permis de travail, alors que les Palestiniens préparaient le massacre du 7 octobre

par Bassam Tawil

À la veille de l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, les autorités israéliennes avaient délivré des permis de travail à quelque 18 500 Palestiniens de la bande de Gaza, selon le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) du ministère israélien de la Défense, un organisme chargé de Affaires civiles palestiniennes. Israël a été contraint de révoquer les permis de travail pour des raisons de sécurité après les atrocités du 7 octobre perpétrées par le Hamas et des milliers de Palestiniens « ordinaires ».

Cela était particulièrement vrai à la lumière des preuves selon lesquelles certains travailleurs avaient utilisé leur temps en Israël pour recueillir des renseignements sur les communautés israéliennes ciblées le 7 octobre. Les permis de travail de 80 000 autres Palestiniens de Cisjordanie ont également été suspendus en 2017. suite à l’attaque du Hamas. Avant le massacre du 7 octobre, plus de 170 000 Palestiniens travaillaient en Israël, constituant une source de revenus importante pour l’économie palestinienne.

Le 28 septembre 2023, un correspondant de l’Agence France-Presse (AFP) a déclaré avoir vu « des foules de Palestiniens attendant au terminal [frontière d’Erez] dès le petit matin, dont beaucoup avaient passé la nuit dans le complexe ».

Awni Obu Oma, un ouvrier palestinien du bâtiment de la bande de Gaza, aurait déclaré : « Nous avons appris à minuit que le terminal d’Erez allait ouvrir aujourd’hui, et j’attends ici depuis 1h du matin. » De nombreux Palestiniens, désireux de travailler en Israël, étaient prêts à attendre des heures au poste frontière avant son ouverture pour trouver un emploi en Israël. Les Palestiniens de la bande de Gaza qui étaient autorisés à travailler en Israël bénéficiaient d’un grand nombre des mêmes droits que les travailleurs israéliens, notamment une assurance maladie et un régime de retraite.

Les syndicats palestiniens ont déclaré que la réouverture de la frontière entre Israël et Gaza était une « étape positive »: les travailleurs avaient des revenus bien plus élevés en Israël que dans la bande de Gaza, où les salaires sont bas et le chômage est répandu. Vers 10h00, près de 6 000 travailleurs avaient franchi le portail, a déclaré à l’AFP un agent des frontières palestinien présent au poste-frontière.

Le geste de bonne volonté israélien consistant à augmenter le nombre de permis de travail palestiniens est intervenu quelques jours seulement après que les Palestiniens se soient révoltés près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza et aient attaqué des soldats israéliens avec des pierres, des cocktails Molotov et des engins explosifs. Les travailleurs palestiniens étaient heureux de la décision d’Israël de négliger l’émeute.

Ayman al-Rifi, qui travaillait dans un restaurant de la ville côtière israélienne de Jaffa, a déclaré :

« Je suis très heureux que le poste frontière soit ouvert. Nous n’avons rien à voir avec ce problème [les émeutes]. J’espère que les travailleurs resteront à l’écart de ces problèmes car si le poste frontière d’Erez est fermé, nous souffrirons. »

Le même jour, Reuters a cité Khaled Zurub, un ouvrier palestinien de 57 ans, qui a déclaré : « Nous voulons aller travailler et gagner notre vie pour nos enfants parce que la situation était trop mauvaise pour nous ces deux dernières semaines. »

Deux mois avant l’attaque menée par le Hamas, au cours de laquelle 1 200 Israéliens ont été assassinés et des milliers d’autres blessés, les autorités israéliennes auraient discuté d’une augmentation encore du nombre de permis de travail pour les Palestiniens dans la bande de Gaza, afin d’apaiser les tensions et d’améliorer les conditions de vie. des habitants de la bande de Gaza dirigée par le Hamas.

La chaîne de télévision publique israélienne Kan 11 avait alors souligné que le nombre de permis avait atteint un « niveau record » et qu’Israël souhaitait « améliorer la situation économique dans la bande de Gaza ».

En octobre 2021, Israël a autorisé les Gazaouis à demander un permis de travail en Israël pour la première fois depuis la prise de contrôle violente de la bande de Gaza par le Hamas en 2007.

La plupart des travailleurs de Gaza étaient employés dans les secteurs de l’agriculture, de la construction et du tourisme et recevaient des salaires compris entre 70 et 250 dollars par jour, en fonction de leurs compétences, soit cinq fois le revenu qu’un travailleur peut percevoir à Gaza. Bande.

En mars 2022, le site The New Arab a cité Mohammed Kamal, un père de quatre enfants de 38 ans originaire de la bande de Gaza, disant qu’il prévoyait d’arrêter ses études de maîtrise pour commencer à travailler en Israël :

« J’ai obtenu mon diplôme universitaire en 2008, mais je n’étais pas en mesure de travailler dans mon domaine et j’ai été obligé de travailler comme comptable dans une usine locale. Après des années d’efforts, j’ai réussi à obtenir une bourse de maîtrise pour terminer mes études, mais maintenant, je dois arrêter cela parce que je préfère travailler et gagner de l’argent pour mes enfants et ma famille. »

Kamal a ajouté qu’il prévoyait de travailler en Israël comme assistant d’un de ses proches dans le secteur de la construction.

« Je pourrai gagner environ 120 dollars par jour, alors que je ne peux même pas gagner 250 dollars par mois à Gaza. En raison des conditions politiques et économiques difficiles, la population de la bande de Gaza souffre grandement de la pauvreté et est incapable de construire une maison. avenir pour leurs enfants comme pour leurs parents. »

En 2022, Benny Gantz, alors ministre de la Défense, a révélé qu’Israël prévoyait d’augmenter le nombre de permis de travail pour les Palestiniens de la bande de Gaza de 5 000 à 20 000. Le journal panarabe Asharq Al – Awsat a rapporté :

« Les autorités politiques [israéliennes] estiment que l’augmentation progressive du nombre de travailleurs palestiniens incitera le Hamas à envisager toute escalade, car il tiendra compte du fait que le mouvement ouvrier florissant est un facteur majeur de soutien à l’économie.

« Les travailleurs rapportent à l’enclave [de Gaza] jusqu’à 90 millions de shekels [environ 24 millions de dollars] par mois, compte tenu de la situation économique difficile et qui se détériore. »

Les tentatives d’Israël pour soutenir l’économie palestinienne n’ont néanmoins pas réussi à empêcher des milliers d’Israéliens d’être assassinés, violés, décapités, mutilés et brûlés vifs le 7 octobre par des terroristes du Hamas et des Palestiniens « ordinaires ». Il semble que les meurtriers et les violeurs de la bande de Gaza aient perçu les gestes de bonne volonté d’Israël comme une indication de la faiblesse d’Israël. En outre, ils ont apparemment perçu la controverse en Israël autour du projet de réforme judiciaire du gouvernement israélien comme un signe qu’Israël était devenu extrêmement faible, en particulier lorsque les manifestants anti-gouvernementaux ont menacé de boycotter le service militaire de réserve.

Les atrocités du 7 octobre rappellent que le conflit israélo-palestinien n’a pas pour but d’améliorer les conditions de vie des Palestiniens ou de renforcer leur économie. Le conflit porte plutôt sur le désir de la majorité des Palestiniens de massacrer les Juifs et de détruire Israël.

Les sondages d’opinion réalisés avant et après le 7 octobre ont constamment démontré que la majorité des Palestiniens soutiennent le Hamas et estiment que les atrocités commises ce jour-là étaient « correctes ». Plus de 80 % des Palestiniens estiment que les massacres « ont placé la question palestinienne au centre de l’attention et ont éliminé des années de négligence aux niveaux régional et international », a noté le Centre palestinien de recherche politique et d’enquête dans son dernier sondage du 12 juin. .

Aujourd’hui, les Palestiniens peuvent reprocher au Hamas non seulement de les avoir entraînés dans une guerre désastreuse avec Israël, mais aussi d’avoir laissé des dizaines de milliers de familles sans emploi suite à la perte de leur permis de travail en Israël.

Au lieu de laver le cerveau et d’endoctriner leur peuple contre Israël et les Juifs, il faut exiger des dirigeants palestiniens qu’ils se concentrent sur la création d’opportunités d’emploi et sur la relance de l’économie palestinienne, ce que le flux d’aides internationales les a empêché de faire.

Les Palestiniens gagneraient également grandement s’ils réalisaient qu’il y a en réalité des répercussions désastreuses lorsqu’ils « mordent la main qui les nourrit ».

Après les atrocités du 7 octobre, il serait absurde de supposer qu’Israël accueillera à nouveau des dizaines de milliers de travailleurs de la bande de Gaza. Beaucoup de ces travailleurs à qui Israël a ouvert ses portes travaillaient apparemment en Israël de jour et de nuit, retournant à Gaza et fournissant au Hamas des cartes et des dessins très détaillés de chaque maison des communautés frontalières d’Israël, ainsi que des rapports sur chacun d’entre eux, y compris les chiens de compagnie.

Un massacre n’était pas le résultat auquel beaucoup s’attendaient après la volonté des Israéliens d’aider à améliorer la vie de leurs voisins palestiniens.

Ahmed Fouad Alkhatib, influenceur des médias sociaux et ancien résident de la bande de Gaza, a déclaré :

« Avant le massacre du 7 octobre, 20 000 Gazaouis recevaient des permis de travail en Israël et avaient des interactions quotidiennes agréables avec les Israéliens, y compris avec les soldats au passage d’Erez. Ce fait n’efface pas tous les autres problèmes et problèmes qui existaient avant le 7 octobre. au lieu de cela, il illustre les complexités de la vie dans l’enclave côtière et comment tant de personnes aspiraient à avoir des contacts avec les Israéliens pour gagner décemment leur vie et se concentrer sur les besoins de leurs familles et de leurs communautés. Les représentations en noir et blanc de Gaza avant la guerre non seulement inexactes, mais incapables de traduire les réalités riches en couleurs qui existaient, dans lesquelles le potentiel de coexistence et de paix était présent dans les événements quotidiens ; les relations interhumaines entre les travailleurs palestiniens et les Israéliens étaient une fenêtre sur ce à quoi l’avenir pourrait ressembler ; Un de mes amis à Gaza a quitté le secteur des ONG et a travaillé en Israël jusqu’en août dernier ; en moins de 10 mois, il a remboursé ses énormes dettes, s’est construit un appartement et s’est marié. Il a fait l’éloge des entrepreneurs israéliens avec lesquels il a travaillé et avait un tel respect pour tous ceux avec qui il entrait en contact.

Bassam Tawil est un Arabe musulman basé au Moyen-Orient. Le travail de Bassam Tawil est rendu possible grâce au généreux don de quelques donateurs qui ont souhaité rester anonymes. Gatestone est très reconnaissant.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org
Sur la photo : des hommes palestiniens dans le nord de la bande de Gaza se rassemblent pour demander un permis de travail en Israël, le 6 octobre 2021. (Photo de Mahmud Hams/AFP via Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Patrick

Je voudrai bien voir à quoi ressemble les appartements de tous ces traites aujourd’hui!!!

marco darmon

QUAND ON PENSE QUE 90 % DES PALESTINIENS ARABES DE GAZA ET CISJORDANIE ONT APPLAUDI LES POGROMS DU HAMAS FATAH DJIHAD CIVILS QUI ONT ASSASSINE ¨PLUS DE 1500 ISRAELIENS ET POUR CELA FAUT PLUS LEUR DONNER DE TRAVAIL COMME CES GENS LA N ONT PAS DE RESPECT POUR ISRAEL QUI LEUR A DONNER TRAVAIL ET MEILLEUR VIE POUR EUX ..

FAUT EXPULSER CES ARABES DE GAZA VERS L EGYPTE ET LEURS FRERES DE CISJORDANIE IDEM DOIVENT ETRE EXPULSER VERS L ARABIE ..JORDANIE IRAK EMIRATS ..ILS ONT TELLEMENT DE HAINE CONTRE ISRAEL ETAT JUIF QU IL FAUT PLUS LEUR DONNER DE TRAVAIL A CES GENS LA §§

SI ENCORE PARMI EUX YAURAIT DES ARABES QUI EN ONT MARRE DU HAMAS FATAH DJIHAD ETC OK FAUDRA LEUR INTERDIRE DE PRATIQUER LEUR ISLAM ET LES FEMMES ARABES SE SONT ISLAMISEES GRAVE COMME EN FRANCE EUROPE AMERIQUE OU L ON VOIT DE PLUS EN PLUS DES FEMMES MUSULMANES PORTANT HIJAB… HABAYA …VOILES ETC … ELLES NE VEULENT PAS DEVENIR LAICS PARCE QUE DERRIERE TOUT CA IL Y A L ARABIE SAOUDITE QATAR ETC QUI POUSSENT A ISLAMISER LES ARABES DE PLUS EN PLUS ..§

HIER JE SUIS ALLE A L HOPITAL D EAUBONNE ET J AI ETE SURPRIS DE VOIR DES CENTAINES DE FEMMES TURQUES HABILLEES EN HABAYA NOIRES QUI PLEURAIENT QQ1 QUI A DU DECEDER A L HOPITAL ..ET COMMENT CES FEMMES NE TRAVAILLENT PAS PARCE QUE LEURS MARIS ON LES A FAIT VENIR POUR TRAVAILLER EN FRANCE ..ET TOUT CA EST LA FAUTE DES GOUVERNANTS ET DE L EUROPE QUI VEULENT FAIRE VENIR LA RACAILLE MUZZ EN EUROPE

POUR CELA TOUT CA DOIT S ARRETER EN VOTANT MASSIVEMENT POUR LE RN ET LES LR/RN AUQUEL NOUS DEVONS TOUS FAIRE BARRAGE AUX ANTISEMITES DE LFI ..

LES JUIFS QUI ONT APPELE A VOTE POUR LFI M ECOEURENT COMME AGNES BUSZIN FILLE DE RESCAPES DE LA SHOAH VENDUE A MACRON ..OU LA RACAILLE DE ARIE ALIMI AVOCAT DEFENDANT LES ISLAMISTES ALORS QUE CE MR ALIMI A ETE A L ECOLE JUIVE DE SARCELLES OZAR ATORAH YA QQ CHOSE QUI VA PLUS CHES CES JUIFS LA POUR VOTER POUR DES PARTIS QUI VEULENT RECONNAITRE UN ETAT TERRORISTE HAMAS FATAH ….HONTE A CES TRAITRES JUIFS AUQUEL J ESPERE HACHEM LEUR FERA PAYER LEUR TRAHISON /

Guidon

Résumé et conclusion : ce qui a été fait ne doit plus l’être et c’est même le contraire qui doit être fait !