Audrey Azoulay future Première ministre ? Son lien méconnu avec Emmanuel Macron.

Parmi les nombreux noms qui alimentent les rumeurs pour le ou la futur(e) Premier(e) ministre, celui d’Audrey Azoulay a été évoqué. L’ancienne ministre de la Culture de François Hollande a un lien méconnu avec Emmanuel Macron.

C’est un nom qui revient régulièrement ces derniers temps, Audrey Azoulay pourrait devenir la Première ministre d’Emmanuel Macron. L’identité du chef de gouvernement du second quinquennat du président de la République est attendu dès ce lundi 16 mai, après la démission de Jean Castex, mais personne ne sait véritablement quand l’annonce sera faite. Parmi les noms qui alimentent la rumeur, celui d’Audrey Azoulay semble crédible. Il aurait même pu être soufflé à l’oreille du chef de l’État par Alexis Kohler, le bras droit d’Emmanuel Macron et camarade de promotion de l’ex-ministre de la Culture de François Hollande.
Tous les deux étaient à l’ENA, dans la promotion Averroès (1998-2000). Deux autres personnalités bien connues de la vie politique ont également fait partie de cette promotion, Agnès Pannier-Runacher, ministre ministre délégué en charge de l’Industrie pour Emmanuel Macron, et Fleur Pellerin, l’autre ministre de la Culture de François Hollande. Trois ex-ministres, un secrétaire général de l’Élysée avec Alexis Kohler, cette promotion semble avoir connu un véritable succès ! Et cela pourrait être encore plus le cas si Audrey Azoulay était effectivement nommée Première ministre.

Alexis Kohler et Emmanuel Macron, une relation fusionnelle

La proximité entre Alexis Kohler et Emmanuel Macron en agace plus d’un au sein de La République en marche. “C’est lui qui segmente l’organisation pour la rendre imperméable”, a dénoncé un cadre de LREM dans un article Journal du dimanche, paru le 27 mars. Une conseillère du gouvernement a même indiqué avoir l’impression d’être “en face d’une muraille de Chine”.
Beaucoup de marcheurs pensent que “l’omniprésence de Kohler pourrait être un mauvais signal”, a souligné un proche du chef de l’État dans l’hebdomadaire. Pourtant, Emmanuel Macron semble lui accorder toute sa confiance. Selon un haut-fonctionnaire, le secrétaire général de l’Élysée était la “tour de contrôle de la campagne” présidentielle, allant même jusqu’à le qualifier de “jumeau taiseux du président”.

Alexis Kohler: les confidences du «vice-président» d’Emmanuel Macron

Critiqué par une partie de l’entourage du président, l’indispensable secrétaire général de l’Élysée est bien parti pour rester.

Le «nain de la cathédrale» le hante. Ce nain, c’est le personnage principal d’une légende que l’on se raconte de génération en génération à Strasbourg. Il s’agit d’un petit bonhomme qui, durant la construction de l’édifice gothique, entre le XIIe et le XVe siècle, ne cessait de jouer les Cassandre sur le chantier. «C’est trop lourd, c’est trop gros, c’est trop grand, c’est trop ambitieux, c’est trop fragile, c’est pas solide, ça va s’effondrer…», avait-il coutume de répéter en boucle aux architectes et aux ouvriers qui œuvraient à l’élévation de la bâtisse. Au point que ces derniers ont fini par l’emmurer dans l’un des piliers pour ne plus jamais l’entendre. «Je ne veux pas être le nain de la cathédrale», explique aujourd’hui Alexis Kohler. Conscient que la «technocratie», dont il est l’une des figures les plus emblématiques au sommet de l’État, n’a plus tellement bonne presse en macronie.

Bien que péjoratif, le terme n’est «pas un gros mot» pour lui. C’est même plutôt une indispensable qualité. Il n’empêche, la courte campagne d’Emmanuel Macron a révélé une guerre larvée entre les différents camps qui entourent le chef de l’État. L’idée est insupportable au secrétaire général de l’Élysée, mais il ne lui a pas échappé qu’elle circule. Avec le bataillon des «politiques» en tête de la fronde. Cette bataille d’influence n’a certes pas empêché la réélection du président hier, mais elle pourrait poser demain la question de la reconduction du «vice-président». Incontournable et inamovible jusqu’ici, ce moine-soldat de 49 ans – au service de son champion depuis 2014 – ne semble plus intouchable.
Emmanuel Macron a promis que son second quinquennat serait différent. Mais peut-il changer si celui que beaucoup décrivent comme son «jumeau» exerce les mêmes fonctions à ses côtés? Les critiques se multiplient contre le numéro deux du Palais en cette période de temps suspendu postélectoral. Souvent dans son dos, d’ailleurs. Alors, à défaut de les entendre directement, l’intéressé les lit toutes. Et il s’en défend. «Quand vous participez à la décision, vous êtes aussi le paratonnerre des déceptions. C’est ainsi, c’est normal», confie-t-il au Figaro.

Plus sec qu’à son arrivée

Comme tout Alsacien qui se respecte, il tourne au «jus de pomme pétillant» plutôt qu’au café. Comme toute personne de l’Est qui s’assume, il connaît l’image de raideur qu’on lui prête. Rectitude ou rigorisme? «On me fait rarement le reproche d’être hétérodoxe», glisse-t-il parfois, maniant l’ironie et l’autodérision. Ce qui ne l’empêche pas d’être parfois cassant, souvent sans le vouloir. «Bonjour à toutes et tous. Je suis ravi de vous revoir, d’autant que c’est sans doute la dernière fois que l’on se retrouve tous sous ce format-là», aurait-il ainsi récemment lancé, en ouverture d’une de ces grandes réunions de cabinet qu’il préside une à deux fois par an. «Factuellement, il avait évidemment raison. Mais sur le plan managérial, c’est limite limite…», commente un participant, encore sonné par la brutalité de cette introduction.
Des anecdotes comme celle-là, Alexis Kohler pourrait s’en faire des colliers. Ce n’est pas faute, pourtant, d’avoir mis un point d’honneur à ne jamais convoquer ses équipes le soir ni le week-end, pour préserver au maximum leur vie privée. «Jamais. Sauf peut-être à une ou deux occasions… Et encore», relève-t-il. Tant pis si personne ne lui en fait crédit. Il est là pour servir le président, pas pour se faire des amis.
Depuis le début du quinquennat, rares sont ceux qui ont traversé le mandat au même poste. Surtout à l’Élysée, où ils se comptent sur les doigts d’une main. C’est son cas. Après cinq ans dans la lessiveuse du pouvoir, il paraît d’ailleurs plus sec qu’à son arrivée. Sa nuque flotte désormais dans ses vestes de costume. La tension propre à la fonction se mesure aux millimètres gagnés par ses dents sur ses ongles. L’impatience affleure parfois. La jambe tressaute sous le bureau, la voix devient plus coupante, la réponse se fait courte quand il a le sentiment de perdre son temps dans des «débats de coléoptères».
Son bureau, qu’il quitte peu, n’est pas à l’image de la machine intellectuelle structurée souvent décrite. Des livres entassés çà et là, des photos et des cadres pas tous accrochés, des coupelles pleines de cartes de visite, les incontournables maquettes d’avion Airbus ou de fusée Ariane, un tronçon de câble Nexans, un vieux transistor reconditionné qu’il actionne avec son téléphone… Il y a de tout, et donc rien pour accrocher le regard du visiteur curieux, ni le renseigner sur sa personnalité. Le cerner suppose plutôt de l’écouter et l’observer. À condition de le rencontrer.

Un «batracien qui fait avancer les choses»

Toujours muni d’un feutre noir et d’un bloc-notes, Alexis Kohler aime illustrer les démonstrations dans lesquelles il se lance. Il le fait avec les mots – il compare son rôle à une «gare de triage» et une «courroie de transmission» ; mais aussi avec les images – il n’hésite pas à dessiner un terrain de foot pour expliquer que le président fixe un cadre «intangible», et qu’il revient ensuite au gouvernement, au Parlement et aux corps intermédiaires d’évoluer à l’intérieur, sans en franchir les lignes. Lorsqu’il s’exprime, il ne se présente pas comme le porte-parole du chef de l’État, mais il se sait dépositaire de la parole présidentielle. D’où ces précautions qui virent au tic, lorsqu’il prend soin de se couvrir derrière des «entre guillemets» ou des «si j’ose dire» toutes les deux phrases. D’où, aussi, cette absolue discrétion dans laquelle il se complaît, refusant la moindre parole publique. Certains Français l’ont découvert au moment de l’affaire Benalla, lorsqu’il a été auditionné en direct par la commission d’enquête du Sénat.
Mais si le grand public connaît son visage et le son de sa voix, c’est uniquement parce qu’il lui revient, statutairement, d’annoncer la composition des gouvernements, seul sur le perron de l’Élysée. L’exercice a plus ou moins amusé ses prédécesseurs, mais ce n’est pas celui qu’il préfère. Depuis son bureau mitoyen de celui d’Emmanuel Macron, où le président passe souvent une tête, lui se voit plutôt comme une sorte de «batracien qui fait avancer les choses».

Le monde tourne toujours, non ? Alexis Kohler

Faire avancer les choses, c’est consulter à tour de bras, à raison de trois créneaux par demi-journée. Plus d’un patron d’entreprise, et pas toujours parmi les plus grandes, est ressorti de son bureau convaincu que les nombreuses petites feuilles noircies par son interlocuteur étaient une marque d’intérêt, d’écoute et d’attention. «Il est toujours irréprochable de courtoisie», témoigne le dirigeant d’un grand groupe industriel. Livrant ce faisant le récit inverse de certains courtisans, qui se sont sentis «agrafés au mur» après avoir cru bon de venir se vendre ces dernières semaines pour un poste de ministre dans le futur gouvernement. «Tu vois, toi et moi, on a un truc en commun, c’est que si le président n’est pas réélu, on n’a plus de travail. Donc on va prendre les choses dans l’ordre: tu vas plutôt me dire ce que tu peux faire pour aider à sa réélection, et puis après on discutera éventuellement de ce que tu peux faire derrière. C’est comme ça que ça marche, et ça vaut pour moi le premier», se souvient d’avoir été rembarré l’un d’entre eux, trop pressé de connaître son avenir.
l faut dire qu’Alexis Kohler partage avec Emmanuel Macron le goût de la maîtrise des horloges. «Lui aussi trouve cela assez jubilatoire», constate un ami, selon qui les deux hommes s’agacent autant qu’ils s’amusent du spectacle du petit Paris des affaires ou de la politique, qui spécule à n’en plus finir sur une nomination qui se fait attendre. «Le monde tourne toujours, non?», raille souvent le bras droit du président. Le secrétaire général de l’Élysée, étatiste de nature, ne dédaigne pas de ramener les solliciteurs à leur condition.

Une grande loyauté

Alexis Kohler reçoit beaucoup, mais parle peu en son nom. Que ce soit en tablée élargie ou en petit comité, le quadragénaire grisonnant veille à ne jamais trop s’avancer, ne crée jamais l’interstice dans lequel beaucoup pourraient tenter d’enfoncer un coin entre le président et lui. «Il est essentiel, pour le président, d’avoir quelqu’un en qui il a confiance, qui puisse assurer la continuité des choses, et dont la parole vis-à-vis des interlocuteurs tiers a de la valeur», résume-t-on à l’Élysée pour définir sa mission. Chaque arbitrage qu’il rend doit donc être parfaitement aligné avec le chef de l’État, qu’il connaît par cœur. Et chaque désaccord qu’ils peuvent avoir doit rester dans le secret de leurs conversations, qui sont ultra-régulières et quasi continues.
«Il ne se démarque jamais du président, même quand on se lâche un peu entre nous», sourit un ancien conseiller. «J’ai rarement rencontré quelqu’un d’une telle loyauté», abonde Benoît Ribadeau-Dumas, l’ancien directeur de cabinet d’Édouard Philippe à Matignon. Et pour cause, si le couple exécutif a pu tanguer à l’époque, le «président bis» assure n’avoir jamais cherché à alimenter quelque défiance que ce soit. «Il ne dit jamais de mal de qui que ce soit dans l’écosystème», confirme-t-on autour d’Emmanuel Macron.

Il avait été le grand gagnant du premier quinquennat, mais sera-t-il le premier perdant du second ? Un membre du premier cercle d’Emmanuel Macron

Au point que les échos de divergences récentes relèveraient selon lui du «fantasme». «Il avait été le grand gagnant du premier quinquennat, mais sera-t-il le premier perdant du second?», s’interroge pourtant à voix haute un membre du premier cercle d’Emmanuel Macron. Citant notamment les reculs du chef de l’État dans l’entre-deux-tours sur le report de l’âge légal de départ en retraite à 65 ans, ou la volonté de rémunérer les enseignants au mérite. Résultat, plusieurs intimes du président s’interrogent sur la perte d’influence du très puissant bras droit. «Le programme, tel qu’il a été présenté, est assez aligné avec ce qui a été conçu», s’est contenté de répondre l’intéressé à un Marcheur historique, qui le lui attribue. Évoquant, pour appuyer sa thèse, la conservation du «en même temps», le maintien de «l’ancre thématique» que sont la valeur travail et la poursuite du dépassement. Fidèle au macronisme originel, mais enrichi de «l’accent tonique» sur l’écologie.
Le constat suffit selon lui à assécher les procès en «hypercentralisation» ou en «enfermement» que lui intentent ses détracteurs. «Il est très important que le chef de l’État ait accès à toute la diversité des avis. Je ne suis pas là pour filtrer, censurer, ou décider qui a le droit ou qui n’a pas le droit de parler au président. Il serait malsain et néfaste que les choses marchent ainsi», balaie-t-il auprès du Figaro. Il est vrai, cependant, que tout passe par lui et que rien ne lui échappe. Au point d’en faire une cible idéale. Responsable de rien quand les choses fonctionnent, mais coupable de tout au moindre faux pas. «La technocratie, c’est ce qu’on accuse quand un truc ne marche pas. Et quand ça marche, on dit que c’est de la politique», résume un haut fonctionnaire. Exemple: la défiance macroniste à l’égard des corps intermédiaires ou des élus locaux, si dévastatrice ces cinq dernières années, est souvent imputée au secrétaire général. En privé, il s’agace quand les syndicats se comportent à ses yeux davantage en organisations politiques qu’en partenaires sociaux ou quand les grands élus lui paraissent surtout occupés à lorgner «le bureau d’à côté».

«Aucune ambition politique ni électorale»

Invisible et omniprésent à la fois, Alexis Kohler a choisi de prendre le revers de la maxime selon laquelle «ce qui se conçoit bien s’énonce clairement». Ainsi de son indubitable proximité avec Emmanuel Macron, qu’il ne revendique jamais lui-même. Contrairement à leur – moins évidente – «complémentarité», où il peut lui arriver de se montrer plus prolixe. Quitte à puiser chez Jacques Chirac, et son célèbre slogan: «La politique, c’est l’art de rendre possible ce qui est nécessaire.» En gros, quand Emmanuel Macron exprime ce qui est nécessaire, Alexis Kohler lui répond ce qui est possible. Et ils le font cheminer ensemble jusqu’à le faire aboutir.
N’en déplaise à certains hauts fonctionnaires, rétifs et timorés à l’idée de s’aventurer hors des sentiers battus. Plus à l’aise dans les terrains connus que dans les terres inconnues. Le secrétaire général de l’Élysée ne leur jette pas la pierre: il est l’un d’eux. Il connaît par cœur leurs maisons et leurs missions pour y être passé lui aussi, à Bercy. Pratique quand il s’agit de devoir les secouer. Un peu moins lorsque l’on a gardé certains réflexes en partage. Tellement, d’ailleurs, que d’aucuns verraient bien Alexis Kohler intégrer le gouvernement, et rejoindre ses premières amours au ministère de l’Économie et des Finances. «Ministre? Ce n’est pas son kif!», réagit un haut fonctionnaire.

J’en connais peu qui aient un tel niveau de probité à ce niveau de pouvoir, exercé pendant aussi longtemps Un ancien ministre

«Sans l’affaire MSC, il aurait peut-être été premier ministre en 2020», veut croire l’un de ses visiteurs. Car, c’est la rançon du pouvoir, Alexis Kohler a eu son «moment Mediapart». Visé depuis juin 2020 par une enquête (classée en 2019 puis rouverte sur une plainte) pour «prise illégale d’intérêts» en raison de ses liens avec l’armateur italo-suisse, il est aussi tacitement visé par une enquête du parquet national financier depuis juin 2021 pour des soupçons de «trafic d’influence» dans le dossier de la fusion Veolia-Suez. Dans le flou sur le calendrier judiciaire qui l’attend, le secrétaire général de l’Élysée se dit serein, mais se garde de tout commentaire sur le fond. Tout juste lâche-t-il que ce tourbillon l’a blessé, ainsi que sa famille. «J’en connais peu qui aient un tel niveau de probité à ce niveau de pouvoir, exercé pendant aussi longtemps», dit de lui un ancien ministre.
Dans le huis clos du Palais de l’Élysée, Alexis Kohler a récemment fait comprendre qu’il n’avait «aucune ambition politique ni électorale»Signe qu’il se verrait bien rester encore quelques années là où il est. Quitte à battre un jour le record de longévité au poste, qu’il feint de ne pas connaître, citant faussement les «neuf ans» de Dominique de Villepin… Qui y a en réalité tenu près de sept ans, entre 1995 et 2002. Pour l’heure, ceux qui souhaitent son départ sont probablement plus nombreux que ceux qui l’imaginent sérieusement partir.

JForum – Le Figaro

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.