fbpx
A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Israel À quoi ressemblera le monde du travail après le Covid-19?

À quoi ressemblera le monde du travail après le Covid-19?

247 vues
0

À quoi va ressembler le monde du travail après le Covid-19 en Israël?

(IsraelValley Tel-Aviv). En Israël, après des mois de télétravail contraint à cause du Covid-19, de nombreuses entreprises de taille importante (les filiales de grands groupes américains installées de puis des années dans le pays) réfléchissent désormais à leur fonctionnement post-pandémie.

À quoi ressemblera le monde du travail après le Covid-19 en Israël? Depuis plus d’un an, des milliers de personnes se sont habitués à travailler chez eux. Réunions sur Zoom, conversations avec les collègues sur Teams et le chat sur les genoux : le télétravail est devenu leur nouvelle routine en Israël.

Et beaucoup y ont pris goût. Il est clair qu’en Israël le Covid-19 aura marqué profondément les habitudes de travail. Dans le bâtiment de l’Export Institute à Tel-Aviv (Industry House), comme l’a constaté IsraelValley, un tiers des locaux sont vides. Les employés travaillent de chez eux. Les longs couloirs de l’Industry House  sont silencieux.

Avant la pandémie, le télétravail concernait uniquement quelques employés. Pendant le confinement, ce chiffre a grimpé, en quelques semaines seulement. Il y a réellement eu une banalisation de l’usage et cela semble aujourd’hui irréversible.

Le travail à domicile est principalement exercé par les personnes hautement qualifiées des grandes villes, tandis que chez les jeunes, les ultra-orthodoxes, les Arabes et les habitants de la périphérie, le constat est différent.

Selon un expert : « La leçon à tirer de cette période de « télétravail de crise », c’est que les salariés, dans la grande majorité, y ont trouvé leur compte même s’ils ont souffert du rythme en 100 % télétravail.

Aujourd’hui, plusieurs études montrent ainsi qu’une grande majorité d’entre eux sont d’accord pour continuer à travailler depuis chez eux, mais deux ou trois jours par semaine. Maintenant, toute la question est de savoir comment on passe de ce « télétravail de crise » à un « télétravail de croisière », plus pérenne.

Pendant la pandémie, tout était loin d’être parfait : les salariés ont été nombreux à noter une intensification de leur charge de travail et à mettre de côté leur droit à la déconnexion. Ces conditions de travail ne sont pas tenables sur le long terme.

Pour certaines entreprises, le télétravail, c’est la possibilité de faire des économies en rognant sur l’espace et les installations. Elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir adopter un système de « flex-office », lorsque les salariés n’ont plus de poste fixe et personnel mais le partagent à plusieurs. Et c’est loin de faire l’unanimité.

Dans les secteurs de la haute technologie et des services financiers et des assurances, le taux de télétravail est particulièrement élevé avec respectivement 49% et 41%, tandis que dans des secteurs comme la construction et le commerce de détail, de très faibles taux de travail à domicile ont été observés.

(IsraelValley)

LE PLUS (1). Une étude du Centre Taub (Israël) a été publiée récemment. Le télétravail est-il l’avenir ? Apparemment oui mais pas pour tout le monde. Les jeunes, employés, indépendants et travailleurs vivant dans certaines localités sont moins en mesure de travailler à domicile. Cela ressort d’une étude publiée par le Centre Taub.

S’adapter aux confinements et à la crise économique : un défi majeur !

Lors du deuxième confinement, on a constaté une augmentation du taux de licenciements par rapport au premier. Les travailleurs les plus touchés par le deuxième confinement sont les vendeurs et les secrétaires. Comme on le sait, le fléau du Covid a entraîné deux confinements et à l’une des crises économiques les plus graves de l’histoire du pays.

D’innombrables entreprises ont fermé leurs portes et, par conséquent, de nombreux propriétaires d’entreprise ont dû rechercher des moyens nouveaux de générer des revenus. Presque aussitôt, certains ont eu le privilège de conserver leur emploi et de pouvoir télétravailler. Souvent, la productivité des employés a même pu augmenter. Peut-être que l’avenir des salariés est dans le télétravail ?

Un accès inégal au télétravail.

L’étude de l’Institut Taub montre que bien que, au cours de la dernière décennie, le taux de travail à domicile en semaine en Israël augmente, la capacité de travailler à domicile est possible principalement pour les ingénieurs, les techniciens et les employés, cette part diminue considérablement pour les travailleurs de l’industrie, de la construction, de l’agriculture, de la vente et des services, mais aussi les travailleurs non qualifiés.

Selon les données présentées par le Centre Taub, à partir de 2019, dans des pays comme la Finlande et les Pays-Bas, le taux d’employés qui travaillent à domicile est le plus élevé et se situe autour de 14% des travailleurs. En revanche, dans des pays comme la Bulgarie et la Roumanie, cette pratique est peu mise en œuvre et la proportion de travailleurs qui ont déclaré travailler à domicile atteint à peine 1% de la population active.

Quant à Israël, environ 4,4% des travailleurs en 2019 ont indiqué qu’ils travaillaient à domicile « presque tous les jours de la semaine » – un taux inférieur à la moyenne des pays européens, qui était d’environ 5,3% cette année-là. Les données de l’enquête révèlent qu’au moment du premier confinement (mars 2020), la proportion de travailleurs travaillant à domicile était d’environ 21%.

(1) citron.co.i
Par Israelvalley août 30th, 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.